Sculpture3D : l’outil numérique au service des œuvres

Ce dimanche, je suis allé visiter le musée des Beaux-Arts de Tours. Ce n’est pas la première fois que je vais en contempler les collections permanentes où se distinguent notamment deux volets d’un polyptyque peints par Andea Mantegna (le reste se trouve à Vérone…), une Vierge à l’Enfant par Rubens, une Fuite en Égypte par Rembrandt, des peintures sur les cinq sens d’après Abraham Bosse, d’un Portrait d’homme par Giovanni Baptista Moroni,  ou, dans un genre que j’affectionne, quelques natures mortes intéressantes comme une Nature morte au fromage par Joris Van Son.

Encore ne s’agit-il là que de quelques unes des peintures des collections permanentes, lesquelles comportent aussi d’autres types d’œuvre : sculptures ; mobilier et objets d’art ; céramiques ; dessins. Le musée propose aussi de fréquentes expositions souvent d’un grand intérêt. Je précise ce qui précède, non pour les Tourangeaux qui le savent déjà, mais pour tous ceux qui ne connaîtraient pas notre bonne ville.

Je voudrais vous signaler ici des sculptures du Val de Loire et ayant pour la plupart pour thème la Vierge à l’enfant. Certaines (Vierge à l’enfant d’Ivoy-le-Pré ; Vierge à l’enfant des Carmes) sont conservées dans les collections du musée, mais la plus marquante est la Vierge à l’enfant conservée au château de Blois. Ces sculptures sont présentées dans le cadre de l’exposition Sculpturoscope. La Vierge à l’enfant du réel au virtuel

…. issue du projet Sculpture 3D qui associe étroitement des chercheurs et étudiants en Sciences Humaines  et en Sciences de l’Informatique issus notamment du Centre d’études supérieures de la Renaissance (CESR – UMR 7323) et du Laboratoire d’Informatique Fondamentale et Appliquée de Tours (LIFAT). Il a pour objectif de valoriser le patrimoine sculpté de la Renaissance en Région Centre-Val de Loire et se place sur le terrain de la reconstitution 3D d’œuvres emblématiques pour en proposer une exploitation inédite dans trois domaines : la recherche, l’enseignement universitaire et le tourisme en Région Centre-Val de Loire.

L’exposition donne une idée du travail déjà accompli et des perspectives offertes par cette étrange rencontre de l’informatique et de l’histoire de l’art, notamment avec l’utilisation de l’impression 3D. Elle dure jusqu’au 10 septembre.

 


Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire.

More Posts

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.