Livres interdits : quelques références

Livres interdits et censure au XVIIe siècle

Ce site du CRHL17 – Centre de recherches sur l’histoire du livre au XVIIe siècle propose notamment

une importante bibliographie rétrospective complétée par une bibliographie annuelle de 2000 à 2007, mais aucune depuis cette date…

un répertoire général des livres interdits, défendus, clandestins, des libelles, pamphlets, et autres « mauvais livres » du XVIIe siècle (1661-1715)

Dictionnaire critique, littéraire et bibliographique des principaux livres condamnés au feu, supprimés ou censurés

Paru en 1806 sous la plume du bibliographe, bibliophile et bibliothécaire – mais ces trois termes sont-ils séparables ? – Gabriel Peignot, ce classique comporte 2 volumes accessibles sur internet :

Tome 1. Sur Gallica et sur Google livres (ex. 1 ; ex. 2 ; ex. 3)

Tome 2. Sur Google livres

Il a fait l’objet d’un reprint en 1966.

Index librorum prohibitorum

C’est évidemment la référence sur les livres interdits en pays catholiques et un vrai guide du bibliophile, les ouvrages condamnés étant par définition difficiles à trouver. Pour plus d’information sur ce symbole de la censure ecclésiastque, voir

Wikipédia.org

Le blog du bibliophile. Voici un extrait d’un billet du 3 août 2007 :

Pour un livre, dans une Europe très catholique, la mise à l’index signifiait souvent un « arrêt de mort » puisqu’il pouvait par exemple être mis au bûcher.

C’est au 16ème siècle que le pape Paul IV publia le premier index. Vous ne serez pas surpris d’apprendre que ce fût à la demande de l’Inquisition. Cette liste fût ensuite confirmée en 1564 au Concile de Trente aboutissant peu après à la création d’une Congrégation de l’Index (1571), chargée de remettre à jour la fameuse liste, d’elle même ou sur l’ordre du pape.

Ce que vous savez peut-être moins, c’est que l’Index fût régulièrement complété et mis à jour jusqu’en 1948, et la 32ème édition, qui contenait alors 4000 livres prohibés pour des raisons diverses (« hérésie », ce qui ouvre des possibilités assez larges, mais aussi immoralité, licence sexuelle, etc.). Des suppléments furent ajoutés jusqu’en 1961, avant la suppression de l’index par Vatican II en 1966.

Franz Heinrich Reusch, Der Index der verbotenen Bücher : ein Beitrag zur Kirchen- und Literaturgeschichte, 1883-1886, consultable sur Archive.org :

Tome 1 (ex. 1ex. 2 ; ex. 3ex. 4)

Tome 2, 1ère section (ex. 1ex. 2 )

Tome 2, 2e section ( ex. 1ex. 2)

Plusieurs éditions sont accessibles sur internet :

  1. 1569. Sur Google livres

  2. 1596. Sur Google livres (ex. 1 ; ex. 2 ; ex. 3)

  3. 1597.Sur Google livres

  4. 1664.Sur Google livres

  5. 1667. Sur Google livres (ex. 1 ; ex. 2 ; ex. 3)

  6. 1704. Sur Google lixres (ex. 1 ; ex. 2 ; ex. 3)

  7. 1711. Sur Google livres

  8. 1717. Sur Google lixres

  9. 1726. Sur Google livres (ex. 1 ; ex. 2)

  10. 1744. Sur Google livres

  11. 1747. Sur Google livres (ex. 1 ; ex. 2)

  12. 1758. Sur Google livres (ex. 1 ; ex. 2 ; ex. 3)

  13. 1770. Sur Google livres

  14. 1786. Sur Google livres (ex. 1 ; ex. 2 ; ex. 3)

  15. 1806. Sur Google livres (ex. 1 ; ex. 2)

  16. 1819. Sur Google livres

  17. 1821. Sur Google livres

  18. 1834. Sur Google livres

  19. 1835. Sur Google livres (ex. 1 ; ex. 2 ; ex.3 ; ex. 4)

  20. 1838. Sur Google livres (ex. 1 ; ex. 2 ; ex. 3)


Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire.

More Posts

Une réflexion au sujet de « Livres interdits : quelques références »

  1. C’est vrai que l’Eglise catholique a beaucoup censuré avec son index, mais i ne faut pas oublié qu’elle a dès le départ cherché à interdire les textes qui la gênait comme les évangiles apocryphes.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *