La bibliothèque de Léon Morin

En relisant dernièrement Léon Morin, prêtre, l’excellent roman largement autobiographique de Béatrix Beck (Prix Goncourt 1952) dont Jean-Pierre Melville a tiré en 1961 un beau film avec le jeune Bebel et Emmanuelle Riva,

… je me suis arrêté sur les passages où il était question de livres. Pas seulement le Livre, la Bible que le prêtre cite pour expliquer à Barny le fameux « Mon Dieu, pourquoi m’as-tu abandonné » de Jésus sur la croix…

… mais aussi les ouvrages qu’il lui prête, ceux dont il lui parle et surtout ceux figurant dans sa bibliothèque.

Si vous avez déjà lu le livre ou vu le film, sans doute vous souvenez que Barny, la narratrice, est la veuve profondément athée d’un juif communiste. Ayant un jour décidé d’aller dire ses quatre vérités à un curé pris au hasard, elle entre dans le confessionnal :

Au bout d’un moment, dont la longueur augmenta mon appréhension, le guichet fut tiré. Serrant  fortement mes mains l’une contre l’autre, je dis, en un souffle violent :

La religion, c’est l’opium du peuple.

— Pas exactement, répondit Morin du ton le plus naturel, comme si nous continuions une conversation déjà commencée. Ce sont les bourgeois qui ont fait de la religion l’opium du peuple. Ils l’ont dénaturée à leur profit.

Le dialogue s’engage et, après quelques échanges au cours desquels la jeune femme perd de son agressivité, le prêtre conclut :

— Vous voulez que je vous prête des bouquins ?

Trois livres sur Jésus

Ainsi commencent des visites régulières de Barny à la cure où réside Léon Morin, visites  qui sont autant d’occasions d’échanges sur la religion. Voici le premier d’entre eux :

— Quelle idée vous faites-vous du Christ ?

— J’ai lu les Évangiles, naturellement , et puis Renan.

— C’est tout ?

— Et puis Histoire du Christ, par Giovanni Papini.

— Pas bien fameux, Papini, dit Morin en se levant. Il prit un livre sur les rayons et me le tendit : Jésus le Christ, par Karl Adam, professeur à  l’université de Tubingue.

Je ne vous présenterai pas ici les Évangiles et m’intéresserai aux trois ouvrages évoqués ci-dessus.

Celui d’Ernest Renan auquel Barny fait allusion est sans doute sa Vie de Jésus. Il s’agit du premier tome de son Histoire des origines du chrisianisme et il a connu rapidement de nombreuses éditions. Vous en trouverez le texte intégral sur les sites suivants :

Ce livre donna lieu à un scandale lors de sa parution en juin 1863, car l’auteur y nie la nature divine de Jésus qu’il ne nomme jamais le Christ, même s’il exprime son admiration pour l’homme. C’est un ancien élève du petit séminaire de Tréguier qui s’est éloigné de la religion de ses pères pour en faire un objet d’étude philologique et scientifique.

Toute autre est le parcours et l’approche de Giovanni Papini. Né en 1881, ce fils d’artisan républicain et anticlérical a lui-même été hostile au christianisme dans la première partie de son existence. Or voici qu’il se convertit au catholicisme en 1920 et publie l’année suivante Storia di Christo, bientôt traduit en différentes langues. La première édition française paraît chez Payot en 1922, dans une traduction d’Henri Michel. C’est l’œuvre d’un nouveau converti, un néophyte enthousiaste et virulent qui met ses talents de polémiste au service de sa foi.

Tels sont donc les livres qu’a lus Barny. Vous remarquerez que si Léon Morin ne porte pas de jugement sur Renan, il se montre critique pour Papini qui défend pourtant la religion catholique. Voilà qui aurait déjà de quoi surprendre la jeune femme. L’ouvrage qu’il va lui proposé, Jésus le Christ, a été rédigé par Karl Adam (1876–1966), prêtre catholique allemand et professeur de théologie à l’Université de Tübingen de 1919 à 1949. Sa première édition allemande,  Jesus Christus, date de mars 1933 et sa traduction en français par Ernst Ricard, professeur au séminaire d’Aix, a été publiée dès 1934 conjointement aux Éditions Salvator et chez Casterman. Ce livre connaitra sept éditions françaises jusqu’en 1948.

Ernst Ricard a traduit au moins trois autres ouvrages de cet auteur dans les années 1930 :

Le vrai visage du catholicisme, Grasset, 1931, traduit de Das Wesen des Katholismus, 1924.

Jésus, notre frère, 1932, traduction de Christus unser Bruder, 1930.

Jésus et son message devant nos contemporain, Casterman, 1936,  traduit de Jesus Christus und der Geist unserer Zeit, 1935.

D’après ce que j’ai pu lire en divers endroits de la Toile, Karl Adam fut un précurseur  un précurseur de Vatican II, un intellectuel catholique influent en son temps, mais apparemment peu connu en France, du moins aujourd’hui. Il n’existe aucune réédition récente de ses ouvrages en français. De plus, en 1992, Robert Anthony Kreig a publié Karl Adam. Catholicisme in German Culture aux presses de l’université Notre Dame. Ce livre n’a pas été traduit dans notre langue et il est absent des catalogues de la BNF et des bibliothèques universitaires françaises.

Quant au Jésus le Christ, il n’en existe en France pas plus de quinze exemplaires toutes éditions confondues dans ces mêmes bibliothèques. Cela semble peu pour un ouvrage dont Barny l’athée dit, lorsque le vendredi suivant Léon Morin lui demande ce qu’elle en a pensé :

— C’est fort, c’est original. En le lisant, je croyais en Dieu, il me semble.

— Heureusement que ça vous a passé, plaisanta mon interlocuteur.

« Une bibliothèque de corbeau »

Après que Barny lui a rendu le livre de Karl Adam,

Morin se remis à inspecter la bibliothèque :

— C’est dans un désordre, je n’ai jamais le temps de les classer, et puis les gens ne les rapportent pas, les bouquins.

[…]

Il parcourut encore les rayons d’un regard critique et, soudain :

— Je ne sais pas pourquoi c’est moi qui choisit vos livres. Venez un peu ici. Vous n’avez qu’à prendre ceux qui vous chantent.

[…]

J’allais connaître ce piège nouveau, cette étrangeté : la bibliothèque d’un corbeau ! La pensée du Bouddha, Le vrai visage du catholicisme, L’élément non rationnel dans l’idée du divin et sa relation avec le rationnel, Elle et toi, jeune homme, Le devoir d’imprévoyance, La clé de la doctrine eucharistique, Conversations dans le Loir-et-Cher,  Le français, langue liturgique, Lui et toi, jeune fille, Mystique d’Orient et mystique d’Occident, Seigneur, apprenez-nous à prier, Comment reconnaître les champignons comestibles, De l’instinct à l’esprit, Les aventures de Sophie, De la sincérité envers soi-même, L’épée et le miroir, Éducation sexuelle de nos enfants, Création religieuse et pensée contemplative, Essai sur la christologie de saint Jean, Le catéchisme des incroyants : pour moi !

Et si nous nous amusions à identifier plus précisément les ouvrages recensés en laissant de côté Le vrai visage du catholicisme dont nous savons déjà qu’il est de Karl Adam ?

Quelques anachronismes

Je commencerai par des anachronismes, c’est à dire des ouvrages qui ne pouvaient pas se trouver dans la bibliothèque de Léon Morin du temps où Barny a fait sa connaissance dans les dernières années de l’Occupation. Il s’agit de livres parus au tout début des années 1950. Au même titre que les autres, ils nous révèlent cependant l’ouverture du prêtre sur le monde qui l’entoure et la diversité de ses centres d’intérêts… et de ceux de Béatrix Beck au moment de la rédaction du roman ! Je vous en cite quatre ci-dessous, mais d’autres figurent plus loin…

Prenons d’abord La pensée du Bouddha, qui témoigne de l’intérêt de Morin pour d’autres spiritualités. Le petit problème est que quand je cherche dans le  catalogue de la BNF ou dans ceux des bibliothèques universitaires françaises, je ne trouve des livres pouvant correspondre qu’à partir de 1950. Il s’agit d’un ouvrage de Marc Semenoff, traducteur de nombreux romans russe, romancier lui-même – Dieu et le diable autour d’un trône, roman (M. d’Hartoy , 1934) et essayiste semble-il intéressé par l’Asie comme le suggère les titres suivants : De l’Inde mystérieuse à la Russie mystique (1932), Confucius, sa vie, ses pensées, sa doctrine (1951) et Pour comprendre la pensée du Bouddha dont la première édition chez Bordas est de 1950.

Le français, langue liturgique ? (notez le point d’interrogation qui ne figure pas dans le roman) est un livre de H.-Ch. Chéry paru en 1951 aux éditions du Cerf. Voici un thème novateur pour l’époque, car Vatican II n’avait pas encore détrôné le latin, or sans le latin, la messe…

De l’instinct à l’esprit est un ouvrage du psychanalyste Charles Baudouin (1893-1963) paru à Bruges chez Desclée De Brouwer  en 1950. Il fait suite à deux autres ouvrages du même auteur : Découverte de la personne (1940) et L’âme et l’action (1943).

Paru en 1951, chez Aubier, Création religieuse et pensée contemplative rassemble deux études du philosophe et historien des religions Jean Baruzi (1881-1953), la première sur la mystique de saint Paul et la seconde sur Angelus Silesius. L’auteur se définit par ailleurs comme catholique de naissance et d’éducation, mais choqué par l’intolérance dont il est contemporain, ne se reconnaît plus le droit dire sans pourtant déclarer étranger à l’Eglise. Bref, à l’exemple d’Alfred Loisy dont il a pris la suite au Collège de France après avoir été son suppléant, ce n’est pas un catholique très orthodoxe…

Deux ouvrages d’un théologien luthérien

L’élément non rationnel dans l’idée du divin et sa relation avec le rationnel : ce titre à rallonge est en fait le sous-titre de l’ouvrage de Rudolf Otto (1869-1937), théologien luthérien et professeur en religion comparée, intitulé Le sacré. L’édition originale est parue en 1917 sous le titre Das Heilige – Über das Irrationale in der Idee des Göttlichen und sein Verhältnis zum Rationalen.

Un autre livre de cet auteur figure dans la bibliothèque de Morin. Il s’agit de  Mystique d’Orient et mystique d’Occident. Paru en 1926 sous le titre Westöstliche Mystik, il n’a était publié en France chez Payot… qu’en 1951, traduction et préface de Jean Gouillard. A ajouter aux anachronismes ci-dessus.

Trois ouvrages sur les rapports entre les sexes et la sexualité

Du und sie. Des Jungmanns Stellung zum Mädchen est un ouvrage du Jésuite Hardy Schilgen (1876-1941), paru à 1929 à Düssedorf. Elle… et toi, jeune homme, son adaptation française par un autre Jésuite, Léon Honoré (1892-19??), a été publiée dès le début des années 1930 aux éditions Casterman. Plusieurs rééditions s’étaleront jusqu’au milieu des années 1940. Il s’agit d’un ouvrage destiné aux fiancés et jeunes époux, tandis que Du und er. Des Mädchens Stellung zur Männerwelt, traduit Lui… et toi, jeune fille, s’adresse aux jeunes ouailles féminines. L’auteur semble s’être spécialisé dans le domaine de l’éducation de la jeunesse à pureté des mœurs, comme le suggère un autre de ses ouvrages paru en 1929 : Um die Reinheit der Jugend : ein Buch über die Erziehung zur Keuschheit, ou cet autre, de 1936 : Im Dienst des Schöpfers : das Ehebuch für katholische Braut- und Eheleute, sobrement traduit traduit par Pour vous … époux et fiancés.

Education sexuelle de nos enfants est un ouvrage du docteur G. Richard paru en 1941 à Lausanne. Je n’en dirai pas plus, n’ayant rien trouvé sur son auteur et ses éventuels ouvrages.

Six ouvrages d’écrivains catholiques

Sur le devoir d’imprévoyance : petit traité d’économie pratique est un ouvrage Isabelle Rivière (1889-1971) paru en 1934 aux éditions du Cerf. L’extrait ci-dessous, trouvé sur internet, vous en donne l’esprit :

S’assurer le lendemain, penser à l’avenir, mettre de côté, travailler pour ses vieux jours: ces immuables et sûrs préceptes des familles, cette solide morale des écoles, ne sont-ils pas à bon droit l’idéal le plus constant de tout être normalement bâti, désireux de remplir dignement sa place en ce monde? (…) Or Dieu défend qu’on amasse. (…) Malédiction sur celui qui veut plus qu’il ne lui faut, qui rassemble autour de lui pour les jours à venir le bien qui était aujourd’hui la part de ses frères.

Économiser ne veut pas dire: mettre de côté – c’est par abus, par mauvaise habitude, par déviation, que l’on applique le mot à ce qui est la déformation, la caricature de la chose. Économiser, cela veut dire utiliser au mieux, faire rendre aux ressources dont on dispose le maximum, avec le minimum de perte. C’est donc éviter le non-emploi au même titre que le gaspillage, qui est le mauvais emploi. La véritable économie, c’est d’employer ce que l’on a.

« Bienheureux les pauvres en esprit » (Mt 5,3). C’est-à-dire bienheureux ceux-là – qu’ils possèdent ou non de l’argent – qui ne sont pas possédés par lui (…). Plutôt que de nous user à discuter avec Dieu l’emploi de ces biens périssables, pourquoi ne pas Lui en remettre dès aujourd’hui la libre disposition? (…) Ses impérissables greniers sont le seul lieu où nos sacs de mérites et nos sacs de vertus (Péguy) et les âmes immortelles de nos bien-aimés soient à l’abri des entreprises dangereuses de notre ignorance, de notre égoïsme, de notre perversité, de notre avarice, le seul lieu où tout ce que nous possédons de valable et de cher soit à jamais prélevé du mal et de l’anéantissement. C’est toujours le même calcul: donnons-Lui tout, pour qu’Il nous garde et nous rende tout

Isabelle Rivière est  la sœur de l’écrivain Alain-Fournier, connu surtout pour être l’auteur du Grand Meaulnes. En 1909, elle épousa un ami de son frère, Jacques Rivière (1886-1925). Après la mort de son mari qui était directeur de La Nouvelle Revue française depuis 1919, elle entreprit de  classer ses manuscrits et de publier ses œuvres. De la sincérité envers soi-même fut une des première à être publiée dès 1925 aux Cahiers de Paris.

Parmi les autres ouvrages publiés dès  1925 et 1926, deux sont marqués par la présence de Paul Claudel, soit comme préfacier d’A la trace de Dieu, soit comme destinataire de la Correspondance avec Paul Claudel. Du reste, le célèbre écrivain catholique est le plus représenté au sein de la bibliothèque de Léon Morin avec quatre ouvrages :

Conversations dans le Loir-et-Cher (1935), quatre conversations imaginaires, à bâtons rompus, rédigées  entre juillet 1925 et mars 1928 et parues séparément dans diverses revues, Chroniques du Roseau d’or, Chantecler, Commerce, Vigile, Almanach des champs.

Les aventures de Sophie (1937) : contient cinq textes d’exégèse : « Le Livre d’Esther », « Le Livre de Tobie », « Les Dix Commandements de Dieu », « Commentaire sur le Psaume XXVIII » et « Commentaire sur le Psaume CXLVII ».

L’épée et le miroir (1939) est une méditation sur les sept douleurs de la Vierge.

Seigneur, apprenez-nous à prier (1942)

Pour en savoir plus sur ces auteurs, je vous renvoie au site de l’Association Jacques Rivière Alain-Fournier et à celui de la Société Paul Claudel.

Deux ouvrages de Pères bénédictins

La clef de la doctrine eucharistique est la traduction de A Key to the doctrine of the eucharist publié par Dom Anscar Vonier (1906-1938) à Londre en 1925. Moine bénédictin d’origine allemande et abbé de l’abbaye de Buckfast dans le Devon, l’auteur y affirme le sacerdoce royal de tous les baptisés qui partagent le sacerdoce du Christ. Si ces affirmations ont fait l’objet de controverse en son temps, elles ont été reprisent par le Concile de Vatican II. Voici donc un écrit précurseur qui n’a fait l’objet d’une traduction en français qu’en 1942 à Lyon aux éditions de l’Abeille, dans une traduction du R.P. Roguet. Il fera l’objet d’une réédition au Cerf en 1947. L’édition de 1942  sera reproduite in fac-simile au Cerf en 2017 ! Son ouvrage est le seul traduit de l’anglais dans le bibliothèque de Léon Morin.

Bénédictin aussi, mais Belge, le Père Jacques Dupont (1915-1998) est docteur en théologie et un des grand biblistes de notre temps Il a notamment participé à la traduction de la Bible de Jérusalem. Enfin, ça, c’est ce que nous en savons aujourd’hui, vingt ans après sa mort. Quand paraît son Essai sur la christologie de saint Jean à Bruges en 1951 – encore un anachronisme ! – il n’a encore publié que sa thèse de théologie, soutenue à l’université de Louvain et publiée en 1949 sous le titre Gnosis : la connaissance religieuse dans les épîtres de Saint Paul, et un ouvrage paru en 1950 sur Les Problèmes du Livre des Actes d’après les travaux récents.

L’ouvrage choisi par Barny : Le catéchisme des incroyants

Antoine-Gilbert Sertillanges (1863-1948) est l’un des plus grands prédicateurs catholiques du XXe siècle. Dominicain ordonné prêtre le 14 octobre 1888, il est secrétaire de la Revue thomiste à partir de sa fondation en 1893 – il a du reste consacré son œuvre majeure parue en 1910 à Thomas d’Aquin – et professeur de philosophie morale à l’Institut catholique de Paris à partire de 1900.

Il est aussi connu pour avoir prononcé en 1917 à l’église de la Madeleine un Discours sur la paix française où il s’oppose aux propositions de Benoît XV en faveur d’une paix sans vainqueurs ni vaincus, mais perçues par le gouvernement français comme un peu trop favorables à l’Allemagne. Voici donc un prêtre patriote qui n’hésite pas à prendre parti pour le gouvernement de son pays contre la plus haute autorité de l’Eglise catholique.

Son Catéchisme des incroyants en deux volumes est paru en 1930 chez Flammarion et fait l’objet de rééditions en 1942 – est-ce celle-ci qui se trouve dans la bibliothèque de Morin ? – et en 1964. Le Père Sertillanges aborde la question de l’athéisme dans  Athées, mes frères publié en 1941 chez Gallimard ou dans la conférence « Y a-t-il des athées ? », prononcé dans les années 1930 et publié dans Dieu ou rien ? paru chez Flammarion en 1933 et réédité en 1965.

______________________________________________________

Parenthèse 2

Pendant la Seconde Guerre mondiale, Béatrix Beck, mère d’une fillette et veuve depuis 1940, athée et communist, rencontre l’abbé Jules Albert Peillet (1914-1998) qui vient d’être nommé à la paroisse Saint-Louis de Grenoble.

En 1952, elle publie chez Gallimard Léon Morin, prêtre, le troisième livre de son cycle autobiographique après Barny et Une mort irrégulière parus en 1948 et 1950 chez le même éditeur.

Outre l’adaptation cinématographique de Melville en 1961, il en existe celle  de Pierre Boutron pour la télévision en 1991, avec Robin Renucci et Nicole garcia, et  La confession, réalisée par Nicolas Boukhrief  en 2016, avec Romain Duris et Marine Vacth.

Parenthèse 2

Sans doute aurez-vous remarqué que la formule choc de Barny doit beaucoup à ce passage de la Contribution à la critique de La philosophie du droit de Hegel par Karl Marx :

La misère religieuse est, d’une part, l’expression de la misère réelle, et, d’autre part, la protestation contre la misère réelle. La religion est le soupir de la créature accablée par le malheur, l’âme d’un monde sans cœur, de même qu’elle est l’esprit d’une époque sans esprit. C’est l’opium du peuple.


Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire.

More Posts

Une réflexion sur « La bibliothèque de Léon Morin »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.