Napoléon (1) Caricatures

Je n’apprécie guère, je l’avoue, le supposé grand homme des Invalides. Aussi quel plaisir lorsque je lis dans La mort du Vazir-Moukhtar de Iouri Tynianov (1) :

Cela s’appelle la gloire. L’ombre débile d’un officier nerveux qui s’appelait Napoléon Bonaparte avait autrefois été ainsi remplie de regards humains. Et au Conseil des Cinq-Cents, Bonaparte avait perdu connaissance ; après cela seulement, sa main s’était emparé du secret : celui des mathématiques et de la légèreté militaire. Il avait également pris des leçons au théâtre ; Talma lui avait enseigné son éloquence hachée et même les défauts d’une prononciation que le gens croyaient simple et solennelle.

Je me rappelais avoir vu quelque part – dans un manuel scolaire ? – la gravure ci-dessus, témoignage des leçons du grand acteur Talma au nouvel empereur. Il n’a pas était bien difficile de la retrouver sur la toile. Du coup, j’ai voulu élargir ma recherche aux caricatures anti-napoléoniennes. Voici ce qu’a donné la pêche.

Les caricatures anti-napoléoniennes  (1) Voyage en Napoléonie

La même gravure est notamment reproduite par Napoleon.org en couverture d’un numéro hors-série de Napoleonica : L’Anti-Napoléon, riche en illustrations. Un autre site consacré à Napoléon et son temps, Histoire du Consulat et du Premier Empire propose aussi plusieurs caricatures. Deux représentations satiriques de l’arrivée à l’île d’Elbe, sont visibles sur Napoléon, prisonnier.

Sur Napoléon, il est également utile d’explorer les sites des musées nationaux napoléoniens.

Cependant, le site le plus intéressant sur la caricature anti-napoléonienne est sans doute Napoléon hors légende qui, loin travailler à la gloire du vainqueur d’Austerlitz, se présente comme une véritable charge contre l’ogre corse. Voilà qui nous change un peu de l’éternelle glorification héritée des Victor Hugo, Gérard de Nerval et autres Edmond Rostand…

Les caricatures anti-napoléoniennes (2) Caricatures, histoire, bibliothèques

D’autres sites proposent des caricatures de Napoléon sans être particulièrement centrés sur sa personne ou son époque.

Ce sont d’abord des sites spécialisés dans la caricature. La référence en la matière, Caricature et caricatures propose un article détaillé .

Autres types de sites proposant des caricatures du premier empereur français : des sites dédiés à l’histoire comme L’histoire par l’image et les collectionsmusée de l’Histoire vivante.

Les bibliothèques enfin peuvent proposer des sélection de sites et de références bibliographiques sur Napoléon comme la médiathèque de La Roche sur Yon ou des collections numérisées comme la Brown University Library ou la Bodleian Library.

Une exposition en ligne de la bibliothèque de l’université McGill, La modernité et ses platitudes : James Gilleray and his contemporaries, propose aussi des caricatures de Napoléon, notammment dans sa partie L’art, c’est le réconfort d’un destin glorieux.

Les caricatures anti-napoléoniennes (3) Biblographie chronologique

Champfleury, Histoire de la caricature: sous la République, l’Empire et la Restauration, Paris, E. Dentu, 1877. Voir Google.

J. Ashton, English caricature and satire on Napoleon I, London, Chatto & Windus, 1884, 2 vol. Voir Archive Internet.

John Grand-Carteret, Napoléon en images. Estampes anglaises (Portraits et caricatures), Paris, Firmin-Didot et Cie, 1895.

Broadley, Napoleon in caricature, 1795-1821 ; Londres, 1911. Voir Archive Internet.

Jean Tulard, L’anti-Napoléon, Paris, Julliard, 1965.

Napoléon : caricatures et dessins humoristiques de 1800 à nos jours : exposition, du 17 octobre au 16 novembre 1975, Boulogne-Billancourt,  Bibliothèque Marmottan, 1975

Catherine Clerc, La Caricature contre Napoléon, Paris, Promodis, 1985.

Jérémie Benoît, L’Anti-Napoléon. Caricatures et satires du Consulat à l’Empire, catalogue de l’exposition du musée national des Châteaux de Malmaison et Bois-Préau, 30 Mai-30 Septembre 1996. Paris, Réunion des Musées Nationaux, 1996. Voir la présentation sur le site  des Musées nationaux napoléoniens.

Véronique Fau-Vincenti et Eric Lafon dir., Napoléon Aigle ou Ogre ?, catalogue d’exposition, 11 décembre 2004 – 2 décembre 2005, Musée de l’Histoire vivante de Montreuil. Paris, Musée de l’Histoire vivante et RMN, 2004. Voir le commentaire de Caricature et caricatures.

Mark Bryant. Napoléon 1er en caricatures. Paris, Hugo Images, 2010.

_____________________________________

(1) Ce roman, sorte de chronique d’une mort annoncée, raconte la dernière année de la vie d’Alexandre Griboïedov (1795-1829), immortel auteur de la pièce Le malheur d’avoir trop d’esprit, mais aussi diplomate : c’est lui vazir-moukhtar (ministre plénipotentiaire) tué à Téhéran lors d’une émeute. Aragon conclut ainsi sa préface :

J’aurais voulu avoir écrit ce livre. Que voulez-vous d’autre de moi que ce regret exprimé ?


Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire.

More Posts

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *