La défense des gauchers dans l’Encyclopédie

La défense des gauchers au nom de l’ambidextrie

Le texte ci-dessous est extrait de l’article « Exercice » de l’Encyclopédie de Diderot et de D’Alembert. On y retrouve une idée souvent développée par les défenseurs des gauchers, qui ne sont pas défendus pour eux-mêmes, en tant que « société-miroir » des droitiers, mais au nom de l’ambidextrie, qui devrait selon eux être étendue à tous. Ceci peut se discuter…

________________________________________________________

   Je ne peux me dispenser de m’élever ici contre la tyrannie du préjugé & de l’éducation. J’ignore en effet par quel aveuglement on contraint tous les hommes à renoncer, dès leurs premieres années, à une ambi-dextérité qui leur est naturelle, & à laisser languir leur main gauche dans une sorte d’inaction. Il n’est pas douteux que toutes les parties doubles sont en même proportion dans les corps régulierement organisés, leur décomposition ne nous y laisse appercevoir aucune cause d’inégalité, & nous voyons que celles dont nous faisons un usage pareillement constant, ne different entre elles ni par l’agilité, ni par la force : ce n’est donc qu’à l’oisiveté presque continuelle de la main gauche, que nous devons attribuer son inaptitude ; elle n’a d’autre source dans les hommes qui se servent communément de la main droite, que l’affluence toûjours moins considérable des esprits dans une partie qui agit moins fréquemment que l’autre ; & si elle nous frappe d’une maniere sensible dans ceux mêmes que nous désignons par le terme de gauchers, il est certain que nous ne pouvons en accuser que nos propres yeux, habitués à ne considérer principalement que des mouvemens opérés par la droite. Ces réflexions devroient nous fortifier contre une opinion & contre une coûtume commune à toutes les nations, mais peut-être aussi ridicule que celle qui tendroit à la recherche ou à l’emploi des moyens de priver les enfans de la faculté d’entendre des deux oreilles ensemble. Quelques peuples, à la vérité plus sensés & convaincus de l’utilité dont deux mains doivent être à l’homme, s’en sont affranchis pendant un tems. Platon, de leg. liv. VII. en se recriant sur l’idée singuliere des meres & des nourrices, attentives à gêner les mouvemens des mains des enfans, tandis qu’elles sont indifférentes à l’égard de ceux de leurs jambes, recommandoit à tous les princes l’observation d’une loi formelle, qui astraignoit tous les Scythes à tirer de l’arc également des deux mains. Nous voyons encore qu’un certain nombre de soldats de la tribu de Benjamin, qui dans une occasion importante en fournit sept cents à ses alliés, étoient dressés à combattre de l’une & de l’autre. Mais le préjugé l’a emporté ; & il a tellement prévalu, qu’Henri IV. lui-même congédia cinq de ses gendarmes, sans égard à leur bravoure, & par la seule considération de l’abandon dans lequel ils laissoient leur main droite, & de la préférence qu’ils donnoient à leur main gauche. Il seroit tems sans doute que la raison triomphât de l’usage, & que la nature rentrât dans tous ses droits ; on en retireroit de véritables avantages : d’ailleurs, dans une foule de circonstances, des enfans doués d’une adresse égale, & ambi-dextres à tous les exercices, ne se verroient pas, après la perte de leur bras droit, dans la triste impuissance, ou dans une étonnante difficulté, de satisfaire leurs besoins au moyend’une main qui leur reste, mais qui par une suite d’une éducation mal-entendue n’est plus, pour ainsi dire, en eux qu’un membre inutile & superflu.

   Les soins qu’exigent les uns & les autres de ces objets seroient néanmoins  insuffisans. Ce n’est pas un corps, ce n’est pas une ame que l’on dresse, dit Montagne, c’est un homme, il n’en faut pas faire à deux. Il s’agiroit d’éclairer en même tems l’esprit, & de former le cœur des jeunes gens.

______________________________________________________________________

L’Encyclopédie enfonce le clou

Dans cet extrait de l’article « Mains« , nous trouvons des arguments similaires à ceux exposés ci-dessus.

____________________________________________________________________

Main, (Littérat.) L’inégalité que la coutume, l’éducation & les préjugés ont mis entre la main droite & la main gauche, est également contraire à la nature & au bon sens.La nature a dispensé ses graces avec une proportion égale à toutes les parties des corps régulierement organisés. L’oreille droite n’entend pas mieux que la gauche ; l’œil gauche voit également comme l’œil droit ; & l’on ne marche pas plus aisément d’un pié que de l’autre. L’anatomie la plus délicate ne remarque aucune différence sensible entre les nerfs, les muscles & les vaisseaux des parties doubles des enfans bien conformés. Si telle observation n’a pas lieu dans les corps plus avancés en âge, c’est une suite de l’usage abusif qui nous assujettit à tout faire de la main droite & à laisser la gauche dans une inaction presque continuelle : d’où il résulte un écoulement beaucoup plus considérable des sucs nourriciers dans la main qui est toujours en action, que dans celle qui se repose. Il seroit donc à souhaiter qu’au lieu de corriger les enfans qui usent indifféremment de l’une ou l’autre main, on les accoutumât de bonne heure à se servir de leur ambi-dextérité naturelle, dont ils tireroient de grands avantages dans le cours de la vie. Platon le pensoit ainsi, & désaprouvoit extrémement la préférence dont on honoroit déja de son tems la main droite au préjudice de la gauche ; il soutenoit avec raison qu’en cela les hommes n’entendoient pas leurs vrais intérêts, & que, sous le prétexte ridicule du bon air & de la bonne grace, ils se privoient eux-mêmes de l’utilité qu’ils pouvoient retirer en mille rencontres de l’usage des deux mains. Il est étonnant que dans ces derniers siecles on ne se soit pas avisé de renouveller dans l’art militaire l’exercice ambi-dextre, qui donne une grande supériorité à ceux qui y sont dressés. Henri IV. fit sortir de ses gendarmes cinq bons sujets, par la seule raison qu’ils étoient gauchers, tant les préjugés de la mode & de la coutume ont de force sur l’esprit des hommes ! (D. J.)


Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire.

More Posts

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.