Autour des Versets Sataniques

Trente ans après sa parution, je l’avoue, je n’ai toujours pas lu Les Versets Sataniques. Que voulez-vous, il y a tant à lire, alors pourquoi faudrait-il lire pour de mauvaises raisons, des raisons extra-littéraires sans lien avec les qualités supposées de l’ouvrage. Une poignée d’ayatollahs s’excitent sur quelques passages hors contexte, une fatwa est prononcée, et il nous faudrait d’office considérer le roman incriminé comme un chef-d’œuvre indépassable. Qu’il faille défendre son auteur contre l’arbitraire et le fanatisme surtout lorsque sa vie en danger, c’est certain, mais pour le reste, je n’entends pas faire de mes lectures un étendard ou un certificat de bien-pensance.

De plus, il faut rappeler que l’Islam et son prophète ne sont pas l’unique sujet du live de Rushdie. Pour s’en convaincre, vous pouvez lire Les Versets Sataniques : le roman de Rushdie dans son contexte, un article de Jacqueline Bardolph paru en 1990 dans la Revue Européenne des Migrations Internationales qui souligne

ce fait essentiel : ce roman est l’une des œuvres les plus importantes de la langue anglaise consacrée à l’immigration en Angleterre, mais aussi à l’état même de l’homme migrant.

Voilà qui nous change un peu des arguments habituels en sa faveur, non ?

Enfin, je rappellerai pour mémoire qu’il n’a pas fallu attendre le roman de Rushdie pour entendre parler de versets sataniques du Coran. Mais cela est du domaine de l’érudition théologique et non du sensationnalisme journalistique…


Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire.

More Posts

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.