L’Anthologie grecque

Une lecture régulière du recueil de traductions de Marguerite Yourcenar, La Couronne et la Lyre, et de l’Anthologie de poésie grecque de Robert Brasillach m’a amené à m’intéresser à l’Anthologie grecque. Vous trouverez ci-dessous le résultat provisoire de mes investigations…

Présentation(s) de l’Anthologie grecque

Principales versions et composantes

Le Codex Palatinus 23 ou Anthologie palatine (940) découvert en 1606 par Claude Saumaise dans la Bibliothèque palatine de Heidelberg, s’appuie sur l’anthologie de Constantin Céphalas (début Xe siècle) qui a pour sources principales

L’Anthologie de Planude (1299) se fonde sur les versions d’Agathias de Myrina (VIe siècle) et de Constantin Céphalas (IXe siècle)

Dans les éditions modernes, l’ensemble est réparti en seize livres, les quinze premiers pour l’Anthologie Palatine, le seizième pour celle de Planude.

Deux extraits du site des Belles Lettres

A propos de l’Anthologie Palatine

Si le terme d’anthologie n’a été employé au sens figuré que tardivement, la pratique existe depuis fort longtemps. Les collections et autres recueils de pièces choisies deviennent monnaie courante à partir de la période alexandrine et prolifèrent jusqu’aux temps de Justinien avec les travaux de Méléagre puis d’Agathias. L’engouement semble ensuite se flétrir pour renaître avec le rétablissement de l’Université de Constantinople : entre les IX° et XII° siècles de notre ère sont composées les principales anthologies. Leur but est de faire revivre (et pour nous survivre car le plus souvent les extraits ne sont parvenus jusqu à nous que grâce aux anthologies) les chefs-d’œuvre des siècles passés. Parmi ces recueils, l’Anthologie Palatine est la plus fameuse et la plus complète : composée aux alentours de 980 elle englobe, corrige et complète les ouvrages précédents, notamment celui de Céphalas. Elle est donc le point d’orgue d’une histoire littéraire vieille de plusieurs siècles. […]

A propos de l’Anthologie Planude

Depuis la Haute Antiquité, le genre épigrammatique n’a cessé d’évoluer et de se renouveler. À l’origine simple inscription sur un monument, l’épigramme est devenue par la suite un poème court et versifié. Simonide passa pour le maître de ce genre qui fleurit ensuite chez les Alexandrins avec Callimaque, Théocrite, Aratos et Loénidas de Tarente. L’épigramme évolua alors pour devenir une pièce de circonstance plus familière et frivole. Elle connut un nouvel épanouissement sous Auguste, puis sous les Antonins et les Flaviens, et plus tard sous Justinien. Enfin, le genre épigrammatique devait connaître une nouvelle renaissance au Moyen Âge du IXe au XIIe siècle.

L’Anthologie de Planude est le seul recueil d’épigrammes anciennes qui nous soit parvenu en dehors de l’Anthologie Palatine. Elle contient des poèmes qui ont été réunis par Maxime Planude au XIIIe siècle de notre ère. La démarche de ce moine byzantin s’inscrit dans une longue tradition de recueils d’épigrammes qui remonte à l’époque hellénistique et dont l’exemple le plus ancien qui nous soit connu est la Couronne de Méléagre. Le recueil de Planude témoigne de toute la diversité du genre. Les poèmes sont en effet groupés selon les sujets traités : épigrammes exhortatives, bachiques et satiriques, funéraires, descriptives, l’ekphrasis de Christodoros, dédicaces et poèmes amoureux. L’Anthologie de Planude nous renseigne ainsi sur ce qu’était la vie intime et familière des Grecs. Le lecteur pourra y lire des poèmes présentant une grande variété de formes, passant sans cesse du dialogue au récit, de la sentence à l’apostrophe et du tableau à la raillerie. […]

Autres présentations disponibles en ligne

Article « Anthologie grecque » de Wikipedia

Pierre Waltz. « L’Anthologie grecque », Bulletin de l’Association Guillaume Budé, n° 20, 1928, p. 3-23.

Philippe Renault. « Anthologie Palatine. Deux mille ans d’Anthologie grecque mais un chantier toujours ouvert », Folia Electronica Classica – FEC (Louvain-la-Neuve) n° 8, juillet-décembre 2004.

Laurent Capron « De quoi l’« Anthologie grecque » est-elle le nom ? Histoire éditoriale d’un corpus », L’information philologique. Publié 30/12/2016.

Pour lire l’Anthologie grecque

L’Anthologie grecque en ligne

Félix-Désiré Dehèque (trad.). Anthologie grecque : traduite sur le texte publié d’après le manuscrit palatin par Fr. Jacobs . Paris, Hachette, 1863. 2 vol. >> Remacle

Nicolas Sava Piccolos (trad.). Supplément à l’Anthologie grecque : contenant des épigrammes et autres poésies légères inédites. 1853.

>>  Google livres | Numelyo

L’Anthologie grecque aux éditions Belles Lettres

Tomes I à XII : Anthologie palatine (soit les Livres I à XV de l’Anthologie grecque), éd. et trad. Pierre Waltz. Voir détail des volumes.

Tome XIII : Anthologie de Planude (soit le Livre XVI de l’Anthologie grecque), éd. et trad. Robert Aubreton.

Anthologie grecque, préface et notes de Pierre Laurens, trad. par par R. Aubreton, F. Buffière, P. Camelot, A. Dain, A.-M. Desrousseaux, M. Dumitrescu, J. Guillon, J. Irigoin, P. Laurens, H. Le Maître, E. des Places, G. Soury et P. Waltz. En savoir plus sur cette édition du centenaire parue en 2019.

Ouvrages avec des extraits traduits de l’Anthologie grecque

Robert Brasillach. Anthologie de la poésie grecque. Paris : Stock, 1950 (réimpr. rééd. 1995, Le Livre de Poche).

Marguerite Yourcenar, La Couronne et la Lyre : poèmes. Paris : Gallimard, 1979 (réimpr. 1984).

La couronne de Méléagre : épigrammes choisies, traduites et présentées par Dominique Buisset. . Paris : la Différence, 1990. 

La couronne de Philippe et autres épigrammes choisies, traduites et présentées par Dominique Buisset. Paris : la Différence, 1993. 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.