Le temps où l’opposition banquetait

S’en souvient-on aujourd’hui ? Du 10 juillet 1847 au février 1848, la campagne des banquets mina progressivement le pouvoir en place. Lancée par les partisans de la réforme, qu’ils soient républicains ou issus de l’opposition dynastique, cette suite de 70 réunions étalée sur plus de sept mois devait aboutir à la révolution de février 1848 et à l’abdication de Louis-Philippe.

Ces banquets de la fin des années 1840 s’inscrivent dans une tradition remontant à la Révolution française et ceux des années 1829-1830 avaient été annonciateurs de la fin de la Restauration. Ils ont aussi une postérité à l’étranger : en novembre et décembre 1904, l’idée en sera reprise par l’opposition libérale en Russie, juste avant la révolution de 1905.

Je voudrais aussi mentionner ici le premier banquet communiste organisé par les néo-babouvistes Théodore Dézamy et de Jean-Jacques Pillot. Il eut lieu à Belleville, chez Desnoyer, le 1er juillet 1840. Plus de 1000 personnes y participèrent. Plusieurs taosts furent portés. Publiés dès le mois de septembre suivant dans une brochure de 16 pages, ils figurent dans le tome 2 de l’anthologie de Gian Maria Bravo, Les socialistes avant Marx (Maspero, 1966). Vous pourrez lire ci-dessous l’allocution du coiffeur Rozier trouvée sur le site La bataille socialiste.

Citoyens,
Des exploiteurs de révolutions s’intitulent nos défenseurs pour nous entraîner dans des réformes purement politiques. Or, isolée de la réforme sociale, la réforme politique est un odieux mensonge, car elle conserve la vieille société, et avec elle l’exploitation de l’homme par l’homme; parce qu’elle ne guérit pas les tortures morales et les souffrances physiques du peuple; par que si les exploités veulent jouir de leurs droits politiques, les exploiteurs cruels et jaloux les jetteront à la rue, où ils seront en proie à la misère; par conséquent les travailleurs sacrifieront leurs droits à leur existence, ou bien, s’ils ne peuvent renoncer à toute dignité humaine, ils prendront les armes; mais aussi la tyrannie sera d’autant plus dangereuse que c’est sur une constitution en apparence démocratique qu’on s’appuiera pour les mitrailler. Donc les révolutionnaires sans principes ont tendu un piège à l’intelligence humaine en proclamant une réforme exclusivement politique, affligés qu’ils étaient et qu’ils sont encore des progrès et de la vérité des principes communistes ; ils ont pensé qu’en occupant le peuple d’insurrection et de combat, ils lui feraient oublier ses principes de fraternité et d’égalité réelle. Vous vous êtes trompés, messieurs les jouisseurs, messieurs les routiniers politiques. Le peuple a enfin compris que vous n’avez pu le détourner des idées sociales qui seules doivent accomplir le bonheur de l’humanité; ce qu’il veut, c’est la satisfaction de ses besoins physiques et moraux. Si pour arriver à ce but, nous, communistes, nous parlions pour le moment de réforme politique, nous serions des niais sans conviction, ou des explorateurs comme cette foule d’intrigants qui éternisent l’exploitation physique et morale du peuple, spéculant sur ses erreurs qu’ils s’efforcent d’entretenir. Nous le répétons donc hautement:
A l’égale répartition des droits et des devoirs, c’est-à-dire à la communauté des travaux et des jouissances !

Pour en savoir plus


“Mouvements communistes dans la France des années 1830-1840 ;table ronde : Louis Hincker, Alain Maillard, Claude Mazauric, Michèle Rio-Sarcey”, Cahiers d’Histoire, n°77

François Fourn. « Les brochures socialistes et communistes en France entre 1840 et 1844 », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique, n° 90-91 (2003), p. 69-83.

Alain Maillard. “La génération communiste de 1840 et la mémoire de Gracchus Babeuf”, L’Homme et la société, n° 111-112, p. 89-100.

Alain Maillard. La communauté des Égaux. Le communisme néo-babouviste dans la France des années 1840, Paris, Kimé, 1999.

Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire.

More Posts


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.