La guerre des pauvres

Un petit mot sur La guerre des pauvres, le dernier récit publié Éric Vuillard. Non, il ne s’agit pas des gilets jaunes, encore que la parution de ce mince opuscule début janvier a quelques résonances avec l’actualité sociale de notre beau pays.

L’auteur remonte plus loin dans le temps, à une époque où l’exaspération sociale s’appuyait sur le millénarisme chrétien et l’inversement. La Réforme était à ses débuts et certains prédicateurs exaltés comme Thomas Müntzer tiraient de la Bible des conséquences beaucoup plus extrêmes pour l’ordre social que celles qu’en avait tirées le trop pondéré Martin Luther. L’idée centrale tenait en un mot : égalité. Dans une société hiérarchisée, elle ne pouvait que faire scandale et et fut d’autant plus violemment réprimée que les pauvres, les gueux, les misérables ne se contentaient plus de protester mollement, mais se soulevaient en armes, incendiaient les châteaux, pillaient les demeures des nantis. Telle fut de 1524 à 1526 la guerre des paysans (Bauernkrieg) dans le sud du Saint-Empire romain germanique. Cela se termina mal, très mal pour les révoltés.

Éric Vuillard a le mérite de nous rappeler ce grand mouvement social et politique étudié en son temps par Friedrich Engels dans La guerre des paysans (en ligne sur : Classiques.UQAC ; Marxist.org). Il nous dresse un tableau saisissant de cette tragédie humaine, dont les racines sont à rechercher dans l’Angleterre de Wyclif, deJohn Ball et de la révolte des paysans de 1381 et dans la Bohême du malheureux Jan Hus et des guerres menées contre ses partisans de 1420 à 1434.

Cependant, ce panorama ne va pas sans quelques imprécisions. Ainsi, lorsqu’il est question de Mulhouse comme étant un des centres de la révolte, il ne faut pas comprendre la ville d’Alsace, mais Mühlhausen, une ville de Thuringe. Mais je pinaille et je ne boude pas mon grand plaisir de lecture…

Une dernière remarque. Un des chapitres s’intitule « Le soulèvement de l’homme ordinaire ». Éric Vuillard ne le précise pas, mais c’est précisément l’autre nom donné en allemand (Erhebung des gemeinen Mannes) à cette grande révolte. C’est qu’en ce temps là, l’homme ordinaire, c’était le paysan (Bauer). Mais où est-il aujourd’hui ? Cette notion d’homme ordinaire peut nous mener loin. J’y reviendrai bientôt.

Hegel fait quelque part cette remarque que tous les grands événements et personnages historiques se répètent pour ainsi dire deux fois. Il a oublié d’ajouter : la première fois comme tragédie, la seconde fois comme farce.

Karl Marx, Le 18 brumaire de Louis Bonaparte



Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire.

More Posts

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.