L’unité de L’Alsace, mythe ou réalité ?

Au moment de la création de la région Grand Est, certains partisans de cette réforme plus que discutable ont mis en doute l’existence d’une unité de l’Alsace, la qualifiant de mythe, ceci afin de faciliter sa dissolution dans au sein de la nouvelle entité. Cela semble quelque peu raté, puisqu’il est maintenant question de réunir les départements du Bas-Rhin et du Haut-Rhin pour en faire une seule collectivité territoriale :

Ainsi, cette unité serait la condition de la préservation de l’identité alsacienne. Mieux, elle serait fondée historiquement, comme l’expose l’historien autonomiste Bernard Wittmann dans un long article en cinq parties daté d’octobre 2015 et intitulé “L’Alsace un mythe et le peuple alsacien une fiction ?” (1/5|2/5|3/5|4/5|5/5). Cet article est publié sur Hewwemi.net, le blog de Joseph Schmittbiel dont je vous ai déjà parlé au sujet de Marie Hart.

Je ne voudrais pas heurter les autonomistes ou séparatistes alsaciens, mais il me semble que l’unité de l’Alsace est quelque peu sujette à caution. Certes, un duché d’Alsace a bien existé au Haut Moyen-Age, et tout au long des siècles, des institutions communes (Grand Baillage d’Alsace, Décapole, Diète d’Alsace…) ont pu donner un peu de cohésion aux différents territoires alsaciens . Cependant, dès 1130, l’empereur Lothaire III crée deux landgraviats impériaux en Haute et Basse Alsace afin de restreindre le pouvoir ducal. A ces deux entités s’en est ajoutée une troisième, la République de Mulhouse, qui sut conserver son indépendance vis à vis des Habsbourg, puis des Français, jusqu’en 1798. Et jusqu’à la calamiteuse réforme des régions…

… qui a abouti à la naissance du Grand-Est, les habitants du Haut-Rhin mettaient peu d’empressement à une unification avec le département voisin, signe que l’unité alsacienne leur importaient moins que la crainte de l’hégémonie strasbourgeoise.

Alors, non, désolé, l’unité de l’Alsace est une vue de l’esprit. Mais cela ne signifie pas qu’il n’existe pas une identité de l’Alsace, identité fondée sur la langue – encore que là encore, il faut introduire des bémols, l’alsacien regroupant en fait une certaine diversité de parlers alémaniques et franciques – et surtout sur l’histoire et la géographie d’un territoire coincé entre les Vosges et le Rhin, entre la France royale, impériale et républicaine et ses adversaires Habsbourg, puis Hohenzoller, ce qui en fit l’objet de conquêtes et d’annexions forcées… Pourtant, elle aurait pu, elle aurait dû évoluer vers un Etat fédéral indépendant, sur le modèle de la Suisse toute proche, qui elle non plus n’a pas d’unité, ce qui ne l’empêche pas d’exister. C’est du reste ainsi que Bernard Wittmann conclut la dernière partie de son long article, et je ne peux que l’approuver sur ce point.

Quant à savoir si l’unification des deux départements permettraient de préserver l’identité de l’Alsace, je ne le pense pas, car celle-ci n’en a jamais eu besoin, et s’il a pu se trouver quelqu’un pour affirmer que l’Alsace n’existe plus, c’est qu’il ignore combien l’histoire est tenace et ne peut que mener à l’échec de la région Grand Est, comme l’a déjà souligné Pierre Kretz :

En conclusion, pour résumer et clarifier un peu ma position, je pense que brandir l’unité de l’Alsace pour l’opposer au jacobinisme, c’est tomber dans le piège de ce même jacobinisme, car légitimer l’existence de l’Alsace de cette manière, c’est cautionner l’idée que la diversité ne saurait servir de fondement à une identité régionale ou nationale. Bref, c’est adopter le modèle de l’État-nation monolithique unitaire. L’Alsace mérite mieux.

Ceci dit, même si mes lointaines origines alsaciennes – à propos, quand le Territoire de Belfort sera-t-il réunifié avec le Haut-Rhin ? – m’amènent à m’intéresser un peu à cette région, je me garderai bien d’affirmer que les opinions exprimées ci-dessus soient toujours fondées, d’autant plus que j’ai toujours vécu loin de cette belle province et que je ne peux donc pas m’appuyer sur une réalité vécue. Ce n’était qu’un point de vue. Il peut s’en trouver d’autres, et c’est tant mieux.

Dernière mise à jour : 13 novembre 2019.



Citer ce billet
Jean Stouff (2019, 10 février). L’unité de L’Alsace, mythe ou réalité ? Biblioweb. Consulté le 17 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/lzi3

6 réflexions sur « L’unité de L’Alsace, mythe ou réalité ? »

  1. Il y a une erreur dans le texte. L’historien autonomiste auquel fait référence l’article s’appelle en réalité Bernard Wittmann (et non Bernard Witt).

  2. Je vous prie de m’excuser pour cette erreur, que je viens de corriger. Et surtout, n’hésitez pas si vous voyez d’autres bourdes, je ne me relis pas toujours suffisamment…

  3. Pas de soucis ! Il est vrai qu’avec internet tout va parfois trop vite. Ça m’arrive également de faire des bourdes.

  4. “Coincée entre les Vosges et le Rhin, entre France royale, impériale et domaines des Habsbourg”. Petit Bémol jusqu’au XVIIe siècle qui voit l”Annexion de la Franche-Comté (tout comme l’Alsace d’ailleurs), l’Alsace n’est pas vraiment coincée entre Royaume et Empire.
    Cela s’explique par le fait que pendant de nombreux siècles la frontière entre Royaume et Saint Empire était la Meuse et ainsi Les Vosges en tant que relief ne constituent pas une frontière à proprement parler entre les deux blocs sus mentionnés dans la mesure où jusqu’à 1766 de l’autre côté des Vosges, ce n’est absolument pas la France mais le Duché de Lorraine avec certes qq enclaves déjà françaises (comme les trois évêchés) ou certains rhingraviats qui le deviendront au moment de la Révolution française (ex: principauté de Salm). Ainsi au moment où l’Alsace (dans le sens région géographique) devient française par les traités de Westphalie elle n’est reliée grosso modo à la France que par son extrême sud d’une part et par la “route d’Allemagne” d’autre part qui va de Reims à Strasbourg en traversant une zone toujours étrangère alors (la Lorraine). Niveau langues, si on considère que l’alsacien appartient à un groupe de langues germaniques bien précis, en somme “les franciques” qui sont très majoritairement parlés dans le nord de la région historique voisine n’est pas de l’Alsacien. C’est encore moins le cas le cas pour les zones de parlers romans comme le Pays Welche par exemple ou certaines “poches” résiduelles de parler comtois dans l’extrême sud de l’actuel Alsace. Aussi parler d’alsacien pour tout un groupe de langues très variables et qui pour certaines ne sont absolument pas spécifiques à L’Alsace est selon moi un abus de langage (probablement pour renforcer une identité régionale) qui d’une part est excluant et d’autre part monopolisant. Enfin vous parlez du territoire de Belfort pour apporter un bémol à l’identité alsacienne et au territoire historique afférent, c’est très bien, néanmoins il faudrait considérer aussi que l’Alsace n’a pas seulement perdu territorialement parlant mais elle a aussi gagné. Comme les cantons de Saales et Schirmeck qui avant l’annexion allemande se situaient en Lorraine dans le département des Vosges ou avant ça encore une grande partie de l’Alsace Bossue, rattachée au département du Haut-Rhin, à la création des départements, pour motif exclusivement religieux (ce qui est assez étonnant vue l’époque).

  5. (Rectification d’un précédent commentaire) l’Alsace n’est pas à proprement parler au cours de son histoire coincée entre possessions habsbourgeoises et Royaume de France. L’Alsace devient certes française au cours du XVIIe siècle à peu près en même temps que le Comté de Bourgogne (Franche-Comté) mais avant ça il n’y a aucune frontière directe avec le Royaume de France à fortiori si on considère que la Lorraine voisine ne devient (sauf pour qq enclaves comme les trois évêchés et certains rhingraviats comme la Principauté de Salm) française qu’en 1766, soit bien plus tard que l’Alsace. Les “Vosges” n’ont donc absolument jamais représenté une frontière entre Royaume de France et Alsace. À ce moment où l’Alsace et la Franche-Comté deviennent françaises on pourrait dire que c’était plus la Lorraine, du fait de ses frontières est, ouest, nord et sud qui était prise en tenaille entre les deux gros blocs géopolitiques majeurs de l’époque.
    Le grand baillage d’Alsace? Il n’est jamais qu’ à l’image des multiples possessions formant la marqueterie “alsacienne” de jadis et passant d’une main à une autre. La Decapole? Elle n’est en rien une ébauche d’unité à proprement parler mais une “association’ de villes (probablement libres pour certaines d’entre-elles d’ailleurs) sur la base d’une entraide essentiellement économique et militaire. La Diète d’Alsace ? Rien à voir avec les diètes impériales (Worms etc) mais création administrative du fait de l’Allemagne, au XIXe siècle et qui ne concerne d’ailleurs pas exclusivement l’Alsace mais aussi la Lorraine. L’existence du Territoire de Belfort ancien territoire linguistiquement”roman” de l’Alsace d’avant l’Annexion de 1871 peut effectivement poser question face à l’image fantasmée d’une unité alsacienne éternelle, néanmoins à cette amputation historique il faudrait rajouter des greffes historiques non alsaciennes mais lorraines. Je pense à une bonne partie de l’Alsace Bossue cédée à l’Alsace à la création des départements ou encore aux cantons de Saales et Schirmeck, petite partie du département des Vosges annexée à l’Allemagne puis cédée au Bas-Rhin au retour des “provinces perdues” dans le giron français. Aussi on peut affirmer que la région voisine présentant paradoxalement une cohésion historique et politique comparativement plus affirmée a beaucoup perdu (au bénéfice de l’Alsace, comme les deux zones ci-dessus désignées mais aussi de la Sarre (environs de Vaudrevange jusqu’à Tholey). Elle n’a en tout cas rien gagné au cours de l’histoire contemporaine mais est étrangement plus discrète quant à “l’identité” que l’Alsace qui est paradoxalement et globalement une région composée au fil du temps et surtout par l’imaginaire de la période per et post annexion (costume de la paysanne du Kochersberg qui soudainement devient le costume de l’alsacienne du nord au sud etc etc).
    Les langues: si l’Alsace est initialement une région majoritairement germanophone (dans le sens dialectes germaniques), elle n’est cependant pas une région exclusivement germanophone, puisqu’on note une bonne zone de lorrain roman au niveau des crêtes (dont Pays Welche) et quelques petites poches de comtois à l’extrême sud. Pour les parlers germaniques il y a l’alsacien proprement dit (qui constitue à proprement parler un dialecte du bas-allemand) et il y a le ou plutôt les franciques (moyen-allemand) qui soit dit en passant sont plutôt majoritaires en Lorraine et assez résiduels en Alsace. Pourtant ça n’empêche pas un abus de langage à la fois excluant et monopolisant consistant à appeler “alsacien” une réalité linguistique à la fois nuancée et non exclusive, à appeler alsacien même ce qui n’en est pas (là encore on a un peu l’impression d’être face à une tentative d’uniformisation qui traduit peut-être un tour de force, passant par les mots, face à un socle historique, géographique et culturel plus nuancé et donc plus fragile). Salutations d’un lorrain avec des origines alsaciennes.

  6. Je vous prie de m’excuser d’avoir tardé à vous répondre, car je n’avais pas lu les commentaires des dernières semaines.

    Je vous remercie de ce riche commentaire. Comme j’ai eu l’occasion de le dire dès la première de mes chroniques alsaciennes, à savoir celle concernant l’Alsace heureuse, si ma famille est lointainement originaire d’Alsace (plus précisément de l’actuel Territoire de Belfort, donc également comtois…) et si je suis intéressé par cette région, j’avoue que ma compétence pour en parler est plutôt réduite et se limite à cet intérêt même. C’est pourquoi je suis ravi lorsque certains internautes m’apportent aimablement un peu de contradiction et complètent et corrigent les quelques informations que j’ai pu rassembler sur tel ou tel aspect.

    Bien cordialement,

    Jean Stouff

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.