L’unité de L’Alsace, mythe ou réalité ?

Au moment de la création de la région Grand Est, certains partisans de cette réforme plus que discutable ont mis en doute l’existence d’une unité de l’Alsace, la qualifiant de mythe, ceci afin de faciliter sa dissolution dans au sein de la nouvelle entité. Cela semble quelque peu raté, puisqu’il est maintenant question de réunir les départements du Bas-Rhin et du Haut-Rhin pour en faire une seule collectivité territoriale :

Ainsi, cette unité serait la condition de la préservation de l’identité alsacienne. Mieux, elle serait fondée historiquement, comme l’expose l’historien autonomiste Bernard Witt dans un long article en cinq parties daté d’octobre 2015 et intitulé “L’Alsace un mythe et le peuple alsacien une fiction ?” (1/5|2/5|3/5|4/5|5/5). Cet article est publié sur Hewwemi.net, le blog de Joseph Schmittbiel dont je vous ai déjà parlé au sujet de Marie Hart.

Je ne voudrais pas heurter les autonomistes ou séparatistes alsaciens, mais il me semble que l’unité de l’Alsace est quelque peu sujette à caution. Certes, un duché d’Alsace a bien existé au Haut Moyen-Age, et tout au long des siècles, des institutions communes (Grand Baillage d’Alsace, Décapole, Diète d’Alsace…) ont pu donner un peu de cohésion aux différents territoires alsaciens . Cependant, dès 1130, l’empereur Lothaire III crée deux landgraviats impériaux en Haute et Basse Alsace afin de restreindre le pouvoir ducal. A ces deux entités s’en est ajoutée une troisième, la République de Mulhouse, qui sut conserver son indépendance vis à vis des Habsbourg, puis des Français, jusqu’en 1798. Et jusqu’à la calamiteuse réforme des régions qui a abouti à la naissance du Grand-Est, les habitants du Haut-Rhin mettaient peu d’empressement à une unification avec le département voisin, signe que l’unité alsacienne leur importaient moins que la crainte de l’hégémonie strasbourgeoise.

Alors, non, désolé, l’unité de l’Alsace est une vue de l’esprit. Mais cela ne signifie pas qu’il n’existe pas une identité de l’Alsace, identité fondée sur la langue – encore que là encore, il faut introduire des bémols, l’alsacien regroupant en fait une certaine diversité de parlers alémaniques et franciques – et surtout sur l’histoire et la géographie d’un territoire coincé entre les Vosges et le Rhin, entre la France royale, impériale et républicaine et ses adversaires Habsbourg, puis Hohenzoller, ce qui en fit l’objet de conquêtes et d’annexions forcées… Pourtant, elle aurait pu, elle aurait dû évoluer vers un Etat fédéral indépendant, sur le modèle de la Suisse toute proche, qui elle non plus n’a pas d’unité, ce qui ne l’empêche pas d’exister. C’est du reste ainsi que Bernard Witt conclut la dernière partie de son long article, et je ne peux que l’approuver sur ce point.

Quant à savoir si l’unification des deux départements permettraient de préserver l’identité de l’Alsace, je ne le pense pas, car celle-ci n’en a jamais eu besoin, et s’il a pu se trouver quelqu’un pour affirmer que l’Alsace n’existe plus, c’est qu’il ignore combien l’histoire est tenace et ne peut que mener l’échec de la région Grand Est, comme l’a déjà souligné Pierre Kretz ;

En conclusion, pour résumer et clarifier un peu ma position, je pense que brandir l’unité de l’Alsace pour l’opposer au jacobinisme, c’est tomber dans le piège de ce même jacobinisme, car légitimer l’existence de l’Alsace de cette manière, c’est cautionner l’idée que la diversité ne saurait servir de fondement à une identité régionale ou nationale. Bref, c’est adopter le modèle de l’Etat-nation monolithique unitaire. L’Alsace mérite mieux.

Ceci dit, même si mes lointaines origines alsaciennes – à propos, quand le Territoire de Belfort sera-t-il réunifié avec le Haut-Rhin ? – m’amènent à m’intéresser un peu à cette région, je me garderai bien d’affirmer que les opinions exprimées ci-dessus soient toujours fondées, d’autant plus que j’ai toujours vécu loin de cette belle province et que je ne peux donc pas m’appuyer sur une réalité vécue. Ce n’était qu’un point de vue. Il peut s’en trouver d’autres, et c’est tant mieux.

Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire.

More Posts


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.