Julie Lavergne, la flèche de Caudebec et Christine de Suède

J’ai abandonné Eugénie Grandet. Je me suis mis au travail, mais sans courage. L’Autodidacte, qui voit que j’écris, m’observe avec une concupiscence respectueuse. De temps en temps, je lève un peu la tête, je vois l’immense faux col droit d’où sort son cou de poulet. Il porte des vêtements râpés, mais son linge est d’une blanchisseur éblouissante. Sur le même rayon il vient de prendre un autre volume, dont je déchiffre le titre à l’envers: La Flèche de Caudebec, chronique normande par Mlle Julie Lavergne. Les lectures de l’Autodidacte me déconcertent toujours.
Tout d’un coup les noms des derniers auteurs dont il a consulté les ouvrages me reviennent à la mémoire: Lambert, Langlois, Lastex, Lavergne. C’est une illumination ; j’ai compris la méthode de l’Autodidacte : il s’instruit dans l’ordre alphabétique.
Je le contemple avec une espèce d’admiration. Quelle volonté ne lui faut-il pas pour réaliser lentement, obstinément un plan de si vaste envergure? Un jour, il y a sept ans (il m’a dit qu’il étudiait depuis sept ans) il est entré en grande pompe dans cette salle. Il a parcouru du regard les innombrables livres qui tapissent les murs et il a dû dire, à peu près comme Rastignac: « A nous, Science humaine ». Puis il est allé prendre le premier livre du premier rayon d’extrême droite ; il l’a ouvert à la première page, avec un sentiment de respect et d’effroi joint à une décision inébranlable. Il en est aujourd’hui à L. K après J, L après K. Il est passé brutalement de l’étude des coléoptères à celle de la théorie des quanta, d’un ouvrage sur Tamerlan à un pamphlet catholique contre le darwinisme: pas un instant il ne s’est déconcerté. Il a tout lu; il a emmagasiné dans sa tête la moitié de ce qu’on sait sur la parthénogenèse, la moitié des arguments contre la vivisection. Derrière lui, avant lui, il y a un univers. Et le jour approche où il se dira, en fermant le dernier volume du dernier rayon d’extrême gauche: « Et maintentant? »

Jean Paul Sartre, La Nausée

Je diffère un peu de l’Autodidacte de Jean-Paul Sartre, car mes lectures tiennent plus du hasard que de la méthode préétablie. Si j’ai lu moi aussi quelques contes et nouvelles de Julie Lavergne (1823-1886), c’est que plusieurs de ses ouvrages figurent dans une annexe estivale de la bibliothèque familiale. Ils viennent de mes arrière-grands-parents dont les idées étaient sans doute en parfaite adéquation avec les écrits de cette monarchiste catholique.

Bien que j’évolue dans une autre configuration idéologique, j’ai éprouvé un grand plaisir à les lire et je comprend que cet écrivain dont la carrière fut relativement courte – neuf ans seulement entre la publication de son premier ouvrage, Neige d’antan, en 1877 et son décès – ait rencontré du succès auprès d’un certain public, au point d’être réédités régulièrement jusqu’à la veille de la Seconde Guerre mondiale.

Je vous conseillerai ici plus particulièrement deux nouvelles avant de vous donner une petite orientation bibliographique pour aller plus loin.

La Flèche de Caudebec

La première nouvelle est précisément celle dont l’Autodidacte entame la lecture, une nouvelle qui a permis de sauver de la ruine un monument historique. Lorsqu’elle parut dans L‘Univers en septembre 1879, Julie Lavergne fut contactée par le curé de Notre-Dame de Caudebec, M. Andrieu, qui cherchait l’argent nécessaire à la restauration de la flèche de son église. Il obtint la permission d’insérer cette nouvelle dans une brochure de propagande diffusée auprès des fidèles et des pouvoirs publics, tant et si bien que les travaux purent commencer en mai 1883 pour s’achever trois ans plus tard, l’année même de la mort de Julie Lavergne. Dès 1888 la nouvelle fut intégrée à un ouvrage consacré à la restauration du monument.

Elle a été rééditée plusieurs fois depuis, la dernière fois en 2015, dans un volume intitulé La Flèche de Caudebec et autres contes paru aux éditions Edilys. Cependant ces éditions ne sont pas toujours bien référencées quant elles sont inclues dans des recueils rassemblant plusieurs nouvelles – les catalogueurs ne prenant pas toujours la peine de faire le détail dans la notice… – et toutes ne sont pas signalées dans le catalogue de la BnF, comme celui paru en 1905 et intitulé Chroniques normandes dans lequel je l’ai lue, ainsi que deux autres nouvelles : « Un voyage de Geroges de Scudéry en Cotentin » et « Aimery de Querceville ».

Comme je n’ai pas pu la trouver en ligne (à part l’extrait ci dessous trouvé sur le blog de La Piterne), je vous invite à chercher en bibliothèque ou en librairie ancienne ou moderne cette touchante histoire. Celle-ci nous conte comment un frère jardinier de l’abbaye de Saint Wandrille, autrefois élève de l’architecte de Notre-Dame de Caudebec et fiancé à sa fille, est amené à dessiner anonymement les plans de la fameuse flèche. Résumé ainsi, cela semble bien peu, mais tout est dans l’atmosphère et les caractères du frère Simplicien et du père-abbé.

Extrait

Dans la royale abbaye de Saint Wandrille, vers la fin du XVe siècle, vivait un frère convers à qui l’Abbé, pour de très bonnes raisons, avait imposé le nom de frère Simplicien. C’était un très bon religieux et qui s’acquittait à merveille de son office de jardinier ; mais, hors de là, il ne fallait rien lui demander. Il paraissait ignorer toutes choses, et, bien qu’il ne fût pas astreint à la clôture, ne sortait jamais de l’enceinte du monastère.

Un jour, pourtant, le Père Abbé, voulant envoyer une lettre pressée au curé de Caudebec, et n’ayant personne autre de disponible, dit au prieur Dom Benoît de Guerbaville de dépêcher à Caudebec le frère jardinier.

– Mais, mon Révérend Père, objecta Dom Benoît, frère Simplicien est capable de se perdre en route.

– C’est impossible, reprit l’Abbé : notre frère Simplicien est né à Caudebec, il l’a toujours habité jusqu’à son entrée en religion ; il n’est ici que depuis une quinzaine d’années, et ce n’est pas en quinze ans que l’on oublie le chemin de son pays, surtout quand ce chemin est une belle route toute droite, longue d’une lieue tout au plus.

– Vous avez raison, mon Révérend Père, mais le frère Simplicien est si contemplatif, si distrait ! Ne vaudrait-il pas mieux envoyer quelqu’un de la ferme ?

– Non ; la lettre contient des pièces d’or, et je ne puis la confier qu’à une personne tout à fait sûre et discrète. Dom Benoît, je vous trouve un peu bien raisonneur pour un bénédictin.

Le religieux en convint, s’humilia et alla transmettre au frère jardinier les ordres du Père Abbé.

Sans répliquer un mot, frère Simplicien posa son râteau, se lava les mains, essuya son front en sueur, et, rajustant sa robe à larges manches qu’il avait un peu relevée dans sa ceinture pour travailler plus aisément, suivit Dom Benoît chez le Père Abbé.

Quelques minutes après, le frère, pour la première fois depuis quinze ans, franchissait la porte fortifiée de l’abbaye et cheminait à l’ombre des saules et des peupliers qui bordent les rives charmantes de la Fontanelle.

Frère Simplicien avait tout au plus trente-six ans. Il était fort et robuste, et, bien que la chaleur fût grande ce jour-là, le peu de chemin qu’il venait de faire ne semblait pas avoir dû le fatiguer. Il s’assit au pied d’un hêtre, pourtant, dix minutes après avoir quitté l’abbaye, et regarda tristement le clocher, qu’on apercevait encore au-dessus des arbres touffus et des toits de chaume du village. Et si quelqu’un se fût glissé près du bon frère, il l’eût entendu murmurer : – O bienheureuse solitude ! une heure à passer loin de toi va me paraître un siècle. J’espérais si bien mourir sans t’avoir jamais quittée !

Il se releva, jeta encore un regard sur la vallée de Saint Wandrille, et se remit en marche. Bientôt, il arriva au bord de la Seine, et le riant aspect du fleuve et de ses rives sembla dérider son front pensif.

Alors, comme à présent, non seulement rochers, forêts et coteaux fertiles se reflétaient dans les eaux abondantes et paisibles de la Seine, mais les châteaux et les monastères dont nous admirons les ruines étaient dans toute leur splendeur. Tours et clochers innombrables, émergeant de la sombre verdure, embellissaient encore la Normandie, et, sur le fleuve, de nombreuses barques passaient, témoignant du grand commerce qui se faisait alors, la France vivant en pais sous le sage gouvernement du roi Louis XII et du cardinal Georges d’Amboise.

À l’embouchure de la Fontanelle, les abbés de Saint Wandrille avaient fait creuser un port, et, au moment où le frère Simplicien arrivait au rivage, il vit que plusieurs barques, quittant le milieu du fleuve, faisaient force de rames pour gagner le port. Elles vinrent toutes s’y amarrer presqu’en même temps, et le fleuve, si animé l’instant d’auparavant, parut désert.

Un bruit lointain grandissait. Simplicien se dit : “Voici l’heure de la barre”. Il se rappela le plaisir qu’il éprouvait dans son enfance à guetter l’arrivée de la barre, et, tout en marchant, il écoutait le bruit lointain des flots et tenait ses yeux fixés sur le fleuve. Bientôt il vit accourir, avec une plus grande vitesse qu’un cheval lancé au galop, les eaux refoulées violemment par la marée, écumeuses, bondissantes et formant en travers du cours du fleuve une formidable barre haute de six pieds. La barre passa, bruyante et rapide, et le fleuve, changeant son cours, parut remonter vers sa source, en pliant et en tordant les saules de ses bords.

Le religieux continua son chemin, mais, comme une irrésistible marée, le flot des souvenirs envahissait son cœur à mesure qu’il s’approchait de sa ville natale.

Bientôt il atteignit les premières maisons du faubourg de Caudebec, humbles demeures adossées aux rochers où grimpaient des vignes et des roses, toits amis, où jadis le religieux connaissait par leurs noms bien des enfants, bien des mères. La chaleur était très forte ce jour là ; les filets séchaient au soleil ; les gens se tenaient à l’ombre dans les maisons, et personne ne passait sur la route poudreuse.

Frère Simplicien franchit le pont-levis et ces fortifications qui conservaient encore les traces du siège si héroïquement soutenu contre les Anglais quatre-vingts ans auparavant. Les gardes de la porte jouaient aux dés, les rues étaient désertes. Seules, quelques bonnes femmes filant sur le seuil des boutiques, quelques jeunes filles qui cousaient des gants et bordaient des chapeaux, assises aux croisées, et cinq ou six vieux mariniers qui causaient sous les tilleuls de la grande place, regardèrent passer le bon frère, dont le capuchon était rabattu. – Quel est donc ce moine ? se dirent-ils. Ce n’est pas le messager ordinaire de l’abbaye, ni le frère Richard, ni le frère Jean-Marie. Jamais on n’a vu ce frère à Caudebec.

Un mendiant curieux le suivit, mais le mendiant était boiteux. Le frère marchait très vite et l’eut bientôt distance.

Frère Simplicien se dirigeait vers l’église, mais, au lieu d’y entrer, il tourna vers le presbytère, et fut tout étonné de le trouver démoli. Lorsqu’il avait quitté Caudebec, en 1483, le curé habitait encore l’hôtel de la Sirène, jolie maison achetée à l’abbaye de Saint Wandrille par les trésoriers de l’église, moyennant une rente de cinq louis un sol huit deniers et deux chapons ; mais, en 1499, la maison de la Sirène, échangée contre une autre, avait fait place aux échafaudages du portail projeté, et le curé demeurait de l’autre côté de l’église. Un enfant indiqua ce changement au frère, et il alla soulever le heurtoir historié du nouveau presbytère.

Un clerc introduisit frère Simplicien dans une chambre basse, où le curé, assis, lisait dans un gros livre posé sur un pupitre de chêne sculpté. Le bon prêtre se leva et reçut le message du Révérendissime Abbé de Saint Wandrille avec autant de respect et de joie que si c’eût été une lettre du Roi. La lettre, du reste, renfermait, sous les lacs de soie et le sceau fleurdelisé de l’abbaye, une enveloppe de parchemin pleine de pièces d’or et sur laquelle étaient tracés ces mots : Offert à Notre Dame de Caudebec pour l’achèvement de son église et la construction de la flèche d’icelle.

– Mon bon frère, dit le curé, je vais lire la lettre du Révérendissime Abbé de Saint Wandrille, et y répondre illico. Auriez-vous l’obligeance d’attendre une petite heure et de vous charger de ma missive ?

– Assurément, monsieur le curé.

– Eh bien, veuillez passer dans la salle, mon clerc vous offrira un pot de cidre.

Mais le frère Simplicien ne se laissa pas tenter ni par les instances du bon prêtre, ni par le cidre écumeux et couleur de topaze que le petit clerc apportait dans un pichet de faïence de Rouen, et il demanda la permission d’aller attendre à l’église que la réponse du curé fût prête.

Tandis qu’il s’y rendait, le curé lisait et relisait la lettre de Dom Jehan de Brametot, comptait les pièces d’or, et, avec la sage lenteur propre aux Normands, préparait une belle feuille de parchemin, taillait sa meilleure plume, se faisait apporter par son clerc encre noire, encre rouge, fils de soie, cire et cachet armorié de la paroisse Notre Dame de Caudebec, et, après y avoir bien réfléchi, écrivait posément au Révérendissime Abbé.

Christine de Suède à Fontainebleau

La nouvelle consacrée à Christine de Suède que je voudrais maintenant vous présenter fait partie des Légendes de Fontainebleau parues en 1880. Il ne semble pas y avoir d’autres rééditions de cet ouvrage que celle parue de 1908 qui ne figure pas dans le catalogue de la BnF.

L’histoire s’inspire d’un épisode sombre et authentique de la vie de l’ancienne reine de Suède. Après son abdication en février 1654 et sa conversion officielle au catholicisme, Christine de Suède séjourne à Rome, puis en France, à Fontainebleau où elle arrive au cours de l’automne 1656 pour un séjour qui va se prolonger plus d’un an envie. Le 10 novembre 1657, elle y fait exécuté pour trahison son écuyer Giovanni Monaldeschi et suscite ainsi l’indignation des cours européennes.

Ce qui précède correspond à la première partie de la nouvelle, une première partie où Julie Lavergne donne une interprétation romanesque de ces évènements. Mais chez elle, cette tragique histoire connait un rebondissement inattendu une vingtaine d’année plus tard à Rome, où Christine s’est définitivement retirée. Je ne souhaite pas vous en dire plus et vous invite à lire cette nouvelle.

Quelques ouvrages sur Julie Lavergne

Sur Julie Lavergne, il existe d’abord la biographie écrite par son fils Joseph Lavergne, Madame Julie Lavergne : sa vie et son oeuvre publié en 1899 chez Taffin-Lefort. L’ouvrage a été réédité en 2014 aux éditions Sainte Philomène et en 2017 aux éditions Edilys.

Au début du XXe siècle, plusieurs ouvrages lui sont consacrés. Ce sont d’abord, en 1902 et 1903 deux volumes de sa correspondance de 1831 à 1886, recueillie par son fils, Joseph Lavergne. Madame Julie Lavergne et son oeuvre littéraire, un regard sur le vrai féminisme, une conférence faite au Cercle catholique du Luxembourg, à Paris, par du révérent père mariste Émile-Marien Terrade paraît également en 1903, tout comme l’ouvrage de Charles-Alexandre Geoffroy de Grandmaison, Mme Julie Lavergne et sa correspondance, 1823-1886. Tous ces livres sont publiés chez A. Taffin-Lefort.

En 1904, Constantin Lecigne, prêtre et professeur a la Faculté catholique des lettres de Lille publie un article de dix-neuf pages dans le numéro de septembre de la Revue de Lille. Huit ans plus tard, c’est un ouvrage de cent-vingt-six pages, Madame Julie Lavergne, qu’il fait paraître chez P. Lethielleux, ouvrage qui connaîtra plusieurs éditions, au moins jusqu’en 1930.

En 1913, paraissent deux livres. Celui de V. Monestier, sobrement intitulé Julie Lavergne a été réédité en 2014 aux éditions Sainte Philomène. Quant à Madame Julie Lavergne intime de Marie Pesnel, il est préfacé par le peintre Georges-Claudius Lavergne, un autre fils de Julie.

Charles Cordonnier est le dernier à avoir écrit un ouvrage sur elle, Madame Julie Lavergne jeune fille, d’après sa correspondance inédite : silhouettes familiales, publié en 1934.

Lire des récits de Julie Lavergne

Les éditions récentes

Si vous souhaitez lire ses chroniques et légendes dans des éditions récentes voici la liste de celles parues récemment aux éditions Edilys, maison d’édition assez orienté vers ce genre d’auteurs un tantinet réacs et désuets, comme du reste les éditions Sainte Philomène

La Flèche de Caudebec, et autres contes. 2015

  • Mais de quels « autres contes » s’agit-il ?

Fleurs de France. 2016

  • Réunit les quatre contes suivants : Nix et Nox ; Maître Léonard ; Minou-Minette ; Sur les ruines. Seul Minou-Minette figure dans l’édition originale

Les Jours de cristal : contes et nouvelles. 2017

  • Si les « contes et nouvelles » sont les mêmes que ceux de l’édition originale de 1882, il s’agit les titres suivants : La Sylphide de la Pélonière ; Romée ; L’Horloger de Nuremberg ; Les Petits bonnets ; Les Quintessences d’Hermolaüs ; La Princesse Jahia ; La Kermesse de Lillo ; Claudia Stella ; La Branche d’acacia ; Le Beau dressoir ; Les Fuseaux de Gulda ; Mlle de Montpensier à Trévoux.

Légendes de Trianon, Versailles et Saint-Germain. 2018

  • Réédition de huit récits (sur les douze) des Légendes de Trianon, avec en plus La Diane de Marly et Charlotte Corday.

Les ouvrages en ligne

Les neiges d’antan : légendes et chroniques. Paris : Victor Palmé, 1877-1878. Contient entre autres récits :

Légendes de Fontainebleau. Paris : Charavay frères, 1880.

Récits normands : L’Hirondelle ; Philémon et Baucis ; Ciska de Clercy ; les Bruyère de Frère Jean. Tours : Alfred Mame et fils, 1882.

Le révérend père Babaz de la Compagnie de Jésus. Paris : Société anonyme de publications périodiques, 1883.

Légendes de Trianon, Versailles et Saint-Germain. 4e éd. Paris : Victor Palmé, 1891. Contient entre autres récits :

Fidéline. Tours : Alfred Mame et fils, 1882.

Fleurs de France. Nouv. éd. Tours : Alfred Mame et fils, 1924.

  • Contient :  Le Val de Brix ; La Chambre de l’astrologue ; Un mariage à Strasbourg en 1770 ; Minou-Minette.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.