Julie Lavergne, la flèche de Caudebec et Christine de Suède

J’ai abandonné Eugénie Grandet. Je me suis mis au travail, mais sans courage. L’Autodidacte, qui voit que j’écris, m’observe avec une concupiscence respectueuse. De temps en temps, je lève un peu la tête, je vois l’immense faux col droit d’où sort son cou de poulet. Il porte des vêtements râpés, mais son linge est d’une blanchisseur éblouissante. Sur le même rayon il vient de prendre un autre volume, dont je déchiffre le titre à l’envers: La Flèche de Caudebec, chronique normande par Mlle Julie Lavergne. Les lectures de l’Autodidacte me déconcertent toujours.
Tout d’un coup les noms des derniers auteurs dont il a consulté les ouvrages me reviennent à la mémoire: Lambert, Langlois, Lastex, Lavergne. C’est une illumination ; j’ai compris la méthode de l’Autodidacte : il s’instruit dans l’ordre alphabétique.
Je le contemple avec une espèce d’admiration. Quelle volonté ne lui faut-il pas pour réaliser lentement, obstinément un plan de si vaste envergure? Un jour, il y a sept ans (il m’a dit qu’il étudiait depuis sept ans) il est entré en grande pompe dans cette salle. Il a parcouru du regard les innombrables livres qui tapissent les murs et il a dû dire, à peu près comme Rastignac: “A nous, Science humaine”. Puis il est allé prendre le premier livre du premier rayon d’extrême droite ; il l’a ouvert à la première page, avec un sentiment de respect et d’effroi joint à une décision inébranlable. Il en est aujourd’hui à L. K après J, L après K. Il est passé brutalement de l’étude des coléoptères à celle de la théorie des quanta, d’un ouvrage sur Tamerlan à un pamphlet catholique contre le darwinisme: pas un instant il ne s’est déconcerté. Il a tout lu; il a emmagasiné dans sa tête la moitié de ce qu’on sait sur la parthénogenèse, la moitié des arguments contre la vivisection. Derrière lui, avant lui, il y a un univers. Et le jour approche où il se dira, en fermant le dernier volume du dernier rayon d’extrême gauche: “Et maintentant?”

Jean Paul Sartre, La Nausée

Je diffère un peu de l’Autodidacte de Jean-Paul Sartre, car mes lectures tiennent plus du hasard que de la méthode préétablie. Si j’ai lu moi aussi quelques contes et nouvelles de Julie Lavergne (1823-1886), c’est que plusieurs de ses ouvrages figurent dans une annexe estivale de la bibliothèque familiale. Ils viennent de mes arrière-grands-parents dont les idées étaient sans doute en parfaite adéquation avec les écrits de cette monarchiste catholique.

Bien que j’évolue dans une autre configuration idéologique, j’ai éprouvé un grand plaisir à les lire et je comprend que cet écrivain dont la carrière fut relativement courte – neuf ans seulement entre la publication de son premier ouvrage, Neige d’antan, en 1877 et son décès – ait rencontré du succès auprès d’un certain public, au point d’être réédités régulièrement jusqu’à la veille de la Seconde Guerre mondiale.

Je vous conseillerai ici plus particulièrement deux nouvelles avant de vous donner une petite orientation bibliographique pour aller plus loin.

La Flèche de Caudebec

La première nouvelle est précisément celle dont l’Autodidacte entame la lecture, une nouvelle qui a permis de sauver de la ruine un monument historique. Lorsqu’elle parut dans L‘Univers en septembre 1879, Julie Lavergne fut contactée par le curé de Notre-Dame de Caudebec, M. Andrieu, qui cherchait l’argent nécessaire à la restauration de la flèche de son église. Il obtint la permission d’insérer cette nouvelle dans une brochure de propagande diffusée auprès des fidèles et des pouvoirs publics, tant et si bien que les travaux purent commencer en mai 1883 pour s’achever trois ans plus tard, l’année même de la mort de Julie Lavergne. Dès 1888 la nouvelle fut intégrée à un ouvrage consacré à la restauration du monument.

Elle a été rééditée plusieurs fois depuis, la dernière fois en 2015, dans un volume intitulé La Flèche de Caudebec et autres contes paru aux éditions Edilys. Cependant ces éditions ne sont pas toujours bien référencées quant elles sont inclues dans des recueils rassemblant plusieurs nouvelles – les catalogueurs ne prenant pas toujours la peine de faire le détail dans la notice… – et toutes ne sont pas signalées dans le catalogue de la BnF, comme celui paru en 1905 et intitulé Chroniques normandes dans lequel je l’ai lue, ainsi que deux autres nouvelles : “Un voyage de Geroges de Scudéry en Cotentin” et “Aimery de Querceville”.

Comme je n’ai pas pu la trouver en ligne (à part deux extraits sur le blog de La Piterne vérolé par la pub), je vous invite à chercher en bibliothèque ou en librairie ancienne ou moderne cette touchante histoire. Celle-ci nous conte comment un frère jardinier de l’abbaye de Saint Wandrille, autrefois élève de l’architecte de Notre-Dame de Caudebec et fiancé à sa fille, est amené à dessiner anonymement les plans de la fameuse flèche. Résumé ainsi, cela semble bien peu, mais tout est dans l’atmosphère et les caractères du frère Simplicien et du père-abbé.

Christine de Suède à Fontainebleau

La nouvelle consacrée à Christine de Suède que je voudrais maintenant vous présenter fait partie des Légendes de Fontainebleau parues en 1880. Il ne semble pas y avoir d’autres rééditions de cet ouvrage que celle parue de 1908 et qui ne figure pas dans le catalogue de la BnF.

L’histoire s’inspire d’un épisode sombre et authentique de la vie de l’ancienne reine de Suède. Après son abdication en février 1654 et sa conversion officielle au catholicisme, Christine de Suède séjourne à Rome, puis en France, à Fontainebleau où elle arrive au cours de l’automne 1656 pour un séjour qui va se prolonger plus d’un an envie. Le 10 novembre 1657, elle y fait exécuté pour trahison son écuyer Giovanni Monaldeschi et suscite ainsi l’indignation des cours européennes.

Ce qui précède correspond à la première partie de la nouvelle, une première partie où Julie Lavergne donne une interprétation romanesque de ces évènements. Mais chez elle, cette tragique histoire connait un rebondissement inattendu une vingtaine d’année plus tard à Rome, où Christine s’est définitivement retirée. Je ne souhaite pas vous en dire plus et vous invite à lire cette nouvelle.

Quelques ouvrages sur Julie Lavergne

Sur Julie Lavergne, il existe d’abord la biographie écrite par son fils Joseph Lavergne, Madame Julie Lavergne : sa vie et son oeuvre publié en 1899 chez Taffin-Lefort. L’ouvrage a été réédité en 2O14 aux éditions Sainte Philomène et en 2017 aux éditions Edilys.

Au début du XXe siècle, plusieurs ouvrages lui sont consacrés. Ce sont d’abord, en 1902 et 1903 deux volumes de sa correspondance de 1831 à 1886, recueillie par son fils, Joseph Lavergne. Madame Julie Lavergne et son oeuvre littéraire, un regard sur le vrai féminisme, une conférence faite au Cercle catholique du Luxembourg, à Paris, par du révérent père mariste Émile-Marien Terrade paraît également en 1903, tout comme l’ouvrage de Charles-Alexandre Geoffroy de Grandmaison, Mme Julie Lavergne et sa correspondance, 1823-1886. Tous ces livres sont publiés chez A. Taffin-Lefort.

En 1904, Constantin Lecigne, prêtre et professeur a la Faculté catholique des lettres de Lille publie un article de dix-neuf pages dans le numéro de septembre de la Revue de Lille. Huit ans plus tard, c’est un ouvrage de cent-vingt-six pages, Madame Julie Lavergne, qu’il fait paraître chez P. Lethielleux, ouvrage qui connaîtra plusieurs éditions, au moins jusqu’en 1930.

En 1913, paraissent deux livres. Celui de V. Monestier, sobrement intitulé Julie Lavergne a été réédité en 2014 aux éditions Sainte Philomène. Quant à Madame Julie Lavergne intime de Marie Pesnel, il est préfacé par le peintre Georges-Claudius Lavergne, un autre fils de Julie.

Charles Cordonnier est le dernier à avoir écrit un ouvrage sur elle, Madame Julie Lavergne jeune fille, d’après sa correspondance inédite : silhouettes familiales, publié en 1934.

Lire des récits de Julie Lavergne

Les éditions récentes

Si vous souhaitez lire ses chroniques et légendes dans des éditions récentes voici la liste de celles parues récemment aux éditions Edilys, maison d’édition assez orienté vers ce genre d’auteurs un tantinet réacs et désuets, comme du reste les éditions Sainte Philomène

La Flèche de Caudebec, et autres contes. 2015

  • Mais de quels “autres contes” s’agit-il ?

Fleurs de France. 2016

  • Réunit les quatre contes suivants : Nix et Nox ; Maître Léonard ; Minou-Minette ; Sur les ruines. Seul Minou-Minette figure dans l’édition originale

Les Jours de cristal : contes et nouvelles. 2017

  • Si les “contes et nouvelles” sont les mêmes que ceux de l’édition originale de 1882, il s’agit les titres suivants : La Sylphide de la Pélonière ; Romée ; L’Horloger de Nuremberg ; Les Petits bonnets ; Les Quintessences d’Hermolaüs ; La Princesse Jahia ; La Kermesse de Lillo ; Claudia Stella ; La Branche d’acacia ; Le Beau dressoir ; Les Fuseaux de Gulda ; Mlle de Montpensier à Trévoux.

Légendes de Trianon, Versailles et Saint-Germain. 2018

  • Réédition de huit récits (sur les douze) des Légendes de Trianon, avec en plus La Diane de Marly et Charlotte Corday.

Les ouvrages en ligne

Les neiges d’antan : légendes et chroniques. Paris : Victor Palmé, 1877-1878. Contient entre autres récits :

Légendes de Fontainebleau. Paris : Charavay frères, 1880.

Récits normands : L’Hirondelle ; Philémon et Baucis ; Ciska de Clercy ; les Bruyère de Frère Jean. Tours : Alfred Mame et fils, 1882.

Le révérend père Babaz de la Compagnie de Jésus. Paris : Société anonyme de publications périodiques, 1883.

Légendes de Trianon, Versailles et Saint-Germain. 4e éd. Paris : Victor Palmé, 1891. Contient entre autres récits :

Fidéline. Tours : Alfred Mame et fils, 1882.

Fleurs de France. Nouv. éd. Tours : Alfred Mame et fils, 1924.

Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire.

More Posts


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.