Un mot sur Jean de La Brète

Connaissez vous Mon oncle et mon curé, charmant roman paru pour la première fois en 1889 ? Il connut de nombreuses rééditions jusqu’en 1977, dont deux dans la très populaire collection Nelson, et fut même porté à l’écran en 1939. C’est dire son succès durable auprès du public.

Il s’agit du premier livre de Jean de La Brète, pseudonyme d’Alice Cherbonnel (1858-1945). Cette native de Saumur a publié trente-six romans de 1889 à 1939, dont deux, Mon oncle et mon curé et Un vaincu, furent couronné le prix Montyon de l’Académie française, qui récompense l’ouvrage littéraire le plus utile aux mœurs.

C’est que Jean de La Brète, tout comme Julie Lavergne à la génération précédente, s’adresse à un public conservateur, voire réactionnaire, marqué par le catholicisme et la fidélité à la monarchie. Certaines de ses phrases laissent peu de doute sur ses convictions profondes. Voyez plutôt celle-ci :

Robert ne pouvait refuser sans impolitesse, et l’urbanité, cette qualité précieuse que la démocratie tend à faire disparaître, était aussi bien dans sa nature que dans son éducation.

Certes, ceci n’est guère politiquement correct, mais la formule fait mouche. Robert d’Autrelle est effectivement un charmant personnage que je vous invite à découvrir dans Rêver et vivre, un roman paru chez Plon en 1911 et réédité jusqu’en 1950. Rêveur impénitent poussé par son père à se marier, jeune chartistes épris des grimoires et des vieux monuments, il est venu à Loches pour y rencontrer celle qui pourrait devenir sa fiancée… selon les dires de certaines marieuse. Ce sera pour lui l’occasion de découvrir la Touraine, de renouer avec un ami et de rencontrer l’amour, mais pas de celle qui lui était destinée. Ce livre à la fois léger et grave dresse le portrait d’une certaine société, celle des rentiers et autres sans souci lochois, une société que Robert d’Autrelle bouscule à sa manière avec sa conviction qu’il faut savoir lire au-delà des apparences et qu’il faut rêver sa vie pour bien la vivre. La Grande Guerre balaiera tout cela quelques années plus tard, mais ceci est une autre histoire…

Aller plus loin

Annexe

« Rêver et vivre » est également le titre d’un poème d’Henri-Frédéric Amiel extrait du recueil La part du rêve (1863).


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.