Les Européens en Algerie apres l’independance

Algérie, printemps et été 1962. Avec les accords signés le 18 mars à Evian entre les représentants du FLN et ceux du gouvernement français, la guerre s’achève, mais les attentats de l’OAS se multiplient. Des centaines de milliers de pieds-noirs fuient la terre où ils sont nés pour se réfugier dans une métropole qu’ils ne connaissent pas et où ils ne sont pas toujours bien accueillis. C’est la fin d’une colonie de peuplement conquise en 1830 et dont un ministre de l’Intérieur pouvait affirmer en décembre1954 : “L’Algérie, c’est la France et la France ne reconnaîtra pas chez elle d’autre autorité que la sienne.”

Ce n’est pourtant pas la fin des Européens d’Algérie, car tous n’ont pas choisi la valise par crainte du cercueil. A la fin de cette guerre sans nom, ils sont 200.000 à rester dans le nouvel Etat, comme le FLN leur en avait laissé la possibilité tout au long de la guerre dans l’appel au peuple algérien du 1er novembre 1954 ou la déclaration à Tunis du GPRA aux Européens d’Algérie le 17 février 1960 (voir extraits ci-dessous). Si certains avaient participé au combat anti-colonial, d’autres se sentaient tout simplement chez eux dans ce pays où il étaient nés et où ils ne s’estimaient absolument pas menacés, comme l’explique fort bien Cécile Serra interviewée en 2008 par Aurel et Pierre Daum pour Le Monde diplomatique :

« Mais pourquoi serais-je partie ? Ici, c’est notre pays. Tout est beau. Il y a le soleil, la mer, les gens. Pas une seconde je n’ai regretté d’être restée. » Son mari, Valère Serra, était tourneur dans une entreprise pied-noire (1). « Pendant la guerre, il se déplaçait souvent pour vendre des produits. Il disait à nos voisins [arabes] : “Je vous laisse ma femme et mon fils !” Et il ne nous est jamais rien arrivé. Sauf quand y a eu l’OAS [Organisation armée secrète] (2). La vérité, c’est que c’est eux qui ont mis la pagaille ! Mais “La valise ou le cercueil”, c’est pas vrai. Ma belle-sœur, par exemple, elle est partie parce qu’elle avait peur. Mais je peux vous affirmer que personne ne l’a jamais menacée. »

Selon l’historienne Hélène Bracco, ces Algériens d’origine européenne étaient encore 30.000 en 1993, quand elle a entrepris son travail d’enquête et de collecte de témoignages. Leur nombre a cependant bien diminué au cours de la décennie noire, beaucoup jugeant plus prudent de rejoindre en France leurs proches exilés.

Sur cet aspect ignoré de l’histoire franco-algérienne qui va à l’encontre de la doxa généralement répandue, j’ai rassemblé ci-dessous un peu de documentation. D’autre part, pour ceux qui seraient à Aix-en-Provence ou dans sa région, sachez qu’Hélène Bracco donne une conférence le samedi 30 mars 2019 à 10h30 à La Mareschale, maison de quartier Aix-Encagnane, 27 avenue de Tübingen.

Documents

Les deux document ci-dessous témoignent de l’attitude plutôt conciliante du FLN vis-à-vis des Européens d’Algérie.

Appel au peuple algérien du 1er novembre 1954 (extraits)

BUT : L’Indépendance nationale par :

1) La restauration de l’Etat algérien souverain, démocratique et social dans le cadre des principes islamiques.

2) Le respect de toutes les libertés fondamentales sans distinction de races et de confessions.

[….]

EN CONTREPARTIE :

1) Les intérêts français, culturels et économiques, honnêtement acquis, seront respectés ainsi que les personnes et les familles.

2) Tous les français désirant rester en Algérie auront le choix entre leur nationalité et seront de ce fait considérés comme étrangers vis-à-vis des lois en vigueur ou opteront pour la nationalité algérienne et, dans ce cas, seront considérés comme tels en droits et en devoirs.

Déclaration à Tunis du GPRA aux Européens d’Algérie le 17 février 1960 (extrait)

L’Algérie est le patrimoine de tous […]. Si les patriotes algériens se refusent à être des hommes de seconde catégorie, s’ils se refusent à reconnaitre en vous des super-citoyens, par contre, ils sont prêts à vous considérer comme d’authentiques Algériens. L’Algérie aux Algériens, à tous les Algériens, quelle que soit leur origine. Cette formule n’est pas une fiction. Elle traduit une réalité vivante, basée sur une vie commune.

Biblographie expresse

Hélène Bracco. L’autre face. Européens en Algérie indépendante, 1997, Nouvelle édition revue et augmentée : Non Lieu édition, 2012.

Hélène Bracco a également travaillé sur les réfractaires français à la guerre coloniale de 1954-1962 :

  • Pour avoir dit non, actes de refus dans la guerre d’Algérie (1954-1962), Paris-Méditerranée, 2003.

Claudine et Pierre Chaulet. Le choix de l’Algérie. Deux voix, une mémoire. Alger, Barzakh, 2012.

Pierre Daum. Ni valise ni cercueil. Les pieds-noirs restés en Algérie après l’indépendance. Arles, Actes Sud, 2012.

  • Voir ci-dessous une conférence de Pierre Daum :

Chems Eddine Chitour. “Algérie été 1962 : une indépendance dans la douleur”. Cet article daté du 17 juin 2012 est accessible sur le site Mondialisation.ca et Tipaza.

Pierre-Jean Le Foll-Luciani . “Algériens non-musulmans à l’épreuve de l’indépendance Les anticolonialistes européens et juifs d’Algérie face à la construction de l’État indépendant (1962-1965)”. La vie des idées, 2 avril 2012, Dossier : L’Algérie, cinquante ans après.

Catherine Simon. Algérie, les années pieds-rouges : des rêves de l’indépendance au désenchantement (1962-1969) . Paris, La Découverte, 2009. (Collection Cahiers libres)

Filmographie succincte

Rester en Algérie, un documentaire de Gérardine Schwarz et Philippe Baron réalisé en 2012.

50 ans 50 femmes, Marie-France Grangaud, retraitée à Alger, Portrait N° 41. Produit par HKE Production Algérie, pour l’ENTV dans le cadre du cinquantenaire de l’indépendance. Portrait réalisé par Abdelghani Raoui à Alger en 2013.

Deux films écrits et réalisés de Mustapha Seghier :


Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire.

More Posts


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.