Un rêve de John Ball

Quand Adam bêchait et qu’Eve filait,
où était alors le gentilhomme ?

La citation ci-dessus est généralement attribuée à John Ball, ce prêtre anglais disciple de John Wyclif, qui fut avec Wat Tyler, un des principaux meneurs de la révolte des paysans de 1381. A ce titre, il est une référence pour certains socialistes d’Outre-Manche, un peu comme Thomas Mûnzer et la guerre des paysans le sont pour ceux de monde germanophone.

Et c’est là que je retrouve quelqu’un de fort intéressant et sympathique, William Morris (1834-1896), qui fut poète, écrivain, peintre, dessinateur, mais aussi imprimeur, entrepreneur et activiste socialiste. Je vous en ai déjà touché un mot à propos de ses News from nowhere, roman d’une utopie future. Or cet esprit curieux et imaginatif a également exploré le passé des mouvements sociaux. La figure de John Ball ne pouvait lui échapper. Il en résulta un court roman intitulé, A Dream of John Ball (1886).

Voici le résumé qu’en donne la quatrième de couverture de l’édition d’une traduction française parue Aux Forges de Vulcain en 2011 :

Vers la fin du XIXe siècle, un conférencier socialiste s’endort. Divagant, promenant son esprit jusque dans la belle campagne anglaise du XIVe siècle, il rencontre quelques paysans, un ancien soldat, un prêtre rebelle. Ces hommes sont prêts à se battre ; mais, cette fois, ce ne sera pas pour leurs seigneurs, mais contre eux. John Ball, le curé qui sert de guide à ces rebelles, résume la pensée de tous en quelques mots : « Quand Adam bêchait et qu’Eve filait, où était alors le gentilhomme ? ». À leur manière, chacun de ces deux hommes se retrouve perdu dans un monde qui ne lui correspond pas. La discussion entre ces deux révoltés, portés par le même amour des hommes, se prolongera toute la nuit.

Je compte bien me procurer cette traduction, car le compte rendu donné sur Dissidences ou celui de l’économiste Thomas Fabre ainsi que d’autres trouvés ici ou ont titillé ma curiosité. Il est vrai que le texte original est disponible sur William Morris Archive et The William Morris Internet Archive, mais quoique puisse en penser un ancien ministre de l’Education nationale, l’anglais reste pour moi une langue étrangère.

Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire.

More Posts


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.