L’histoire comme enquête : réflexions décousues

Les archéologues sont de véritables enquêteurs Avec une ingéniosité incomparable, ils échafaudent peu à peu leur raisonnement (l’on pourrait dire pierre par pierre) jusqu’à ce que la solution logique finisse par s’imposer.

C.W. Ceram

Saviez-vous que Max Mallowan, le second mari d’Agatha Christie était archéologue ? C’est à lui que j’ai pensé lorsque j’ai lu le passage ci-dessus dans Des dieux, des tombeaux, des savants : le roman vrai de l’archéologie, excellent ouvrage de vulgarisation de C. W. Ceram. Paru initialement en allemand en 1947 (Götter, Gräber un Gelehrte), il a été 28 langues, dont le français en 1952. L’édition que j’ai trouvée dans une boîte à livres (ou à lire) est de 1974, parue au Livre de poche. Je remercie le lecteur qui l’a placée là, car c’est vraiment une plaisante découverte.

Cette même citation m’a rappelé que le titre de l’œuvre d’Hérodote, Ἱστορία / Historía, signifie recherche, exploration, enquête.


Cet ouvrage a été publié en 10/18 sous plusieurs couvertures successives. Celle ci-dessus reprend un extrait de la peinture de Paul Delaroche intitulée Les Enfants d’Édouard. Présentée au Salon de 1831, elle inspira à Casimir Delavigne la dernière scène de sa tragédie du même titre créée au Théâtre-Français le 18 mai 1833 et et portée en triomphe par l’opposition légitimiste.

Et puis, comment ne pas penser à un roman de Josephine Tey. Non, il ne s’agit pas de Jeune et innocent qui inspira un film à Alfred Hitchcock, mais de La fille du temps, dont voici le motif. Immobilisé sur un lit d’hôpital, l’inspecteur Grant s’ennuie. Pour se distraire, il observe des portraits de personnages historiques. L’un deux lui inspire respect et sympathie. Or il s’agit du visage de Richard III, réputé pour être parvenu au trône en assassinant des fils de son frère
Édouard . L’inspecteur, avec l’aide d’une amie actrice et d’un jeune historien, se lance dans une quête de la vérité, cette fille du temps. Ce qu’il va découvrir va lui donner à réfléchir sur ce qu’est la “vérité historique”.

Classé n° 44 du Tozai Mystery Best 100 en 1985 , n° 1 de la liste des Cent meilleurs romans policiers de tous les temps de la Crime Writers’ Association en 1990 et n°4 de la liste des Cent meilleurs livres policiers de l’association des Mystery Writers of America en 1995, cet excellent roman devrait être lu par tout historien, qu’il soit novice ou chevronné. C’est une réelle leçon de modestie.

Est-ce parce que j’ai fait de l’histoire que j’aime les enquêtes de Sherlock Holmes ? Est-ce pour cela aussi que le travail de recherche bibliographique et documentaire est ce que j’apprécie le mieux dans mon travail ? Les métiers de détective, d’historien et de bibliothécaire relèvent-ils d’un même profil psychologique ? Questions sans réponse.

Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire.

More Posts


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.