Autour de Machiavel

Je viens de lire Plus ça change de Somerset Maughan (titre original : Then and Now) . Dans ce roman, Niccolo Machiavel est envoyé à Imola par la République de Florence. Il doit y rencontrer le nouveau maître de la Romagne, le duc de Valentinois, un homme dont la volonté de conquête ne semble pas avoir de limites, le terrible et très habile César Borgia. Les multiples entrevues avec cet animal politique ne seront pas sans conséquence sur les idées que se fait le deuxième secrétaire de la chancellerie sur le pouvoir, sa conquête et sa conservation.

Machiavel rencontrant César Borgia à Imola par Federico Faruffini (1864), Château Visconti, Pavie

Mais ses activités diplomatiques ne sont pas les seules occupations de Messire Niccolo. Son hôte, Bartolomeo Martelli, a une épouse fort désirable et le Florentin ourdit un plan avec la complicité de la mère et du confesseur de celle-ci pour éloigner le mari gênant. L’idée est de lui suggérer de se rendre à Ravenne auprès des reliques de San Vitale afin d’obtenir la naissance d’un héritier, le mariage étant jusqu’alors resté stérile. Tout ne se passera pas selon les souhaits de Machiavel, car si la première partie du plan fonctionne à merveille, quelques obstacles imprévus se dressent sur son chemin lorsqu’il s’agit de rejoindre la belle, un autre récoltant finalement le bénéfice de ses machinations.

Malgré tout, ce séjour à Imola a été fructueux, puisqu’il en revient avec l’idée d’un traité politique et celle d’une comédie : Le Prince et La Mandragore. C’est à ces deux œuvres et à leur auteur que je souhaite m’intéresser dans les rubriques ci-dessous. Les liens des titres renvoient aux articles de Wikipedia. Ce qui suit fera l’objet de mises à jour.

Machiavel

A voir notamment dans l’article Wikipedia :

A se procurer en bibliothèque ou en librairie : l’édition des œuvres complètes en Pléiade (1952).

A écouter sur le site de France Inter : Un été avec Machiavel, une série d’émissions de 4 minutes diffusées entre le 11 juillet et le 19 août 2016.

A écouter entre autres sur le site de France Culture :

Le Prince

Le site Hyperprince vous propose en ligne cinq éditions du Prince (dont quatre traductions du XVIe siècle) mises en parallèle :

  • l’édition originale de Blado parue en 1532
  • la traduction de Jacques de Vintimille, datée de 1546 (suite à une transcription/édition par Nella Bianchi Bensimon, mise en ligne par l’ENS (LSH) de Lyon en 2005).
  • la traduction de Guillaume Cappel parue en 1553
  • la traduction de Gaspard d’Auvergne parue en 1553 (version reprise sous la même forme lors de l’édition de 1571 des Discours )
  • la traduction de Jacques Gohory parue en 1571

Pour compléter cette comparaison :

La Mandragore

Sur cette comédie, qui inspira à La Fontaine un de ses contes, je vous invite à consulter les Oeuvres littéraires de Machiavel traduites par Jean-Vincent Périès et présentées Charles Louandre (Charpentier, 1884), ainsi que les articles ci-dessous :

  • Jean-Claude Zancarini. ”Une femme si prudente qu’elle sait s’accommoder à cela… ” ; commentaire de Machiavel, La Mandragore, v, 4. Buffaria,Pérette-Cécile. Diplomatie et littérature, Arprint, Non précisée, 2011. <halshs-00603145>

A noter : l’édition la plus récente (1984) de la traduction du roman de Somerset Maughan par Maxime Ouvrard a pour titre La Mandragore au lieu de Plus ça change.

Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire.

More Posts


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.