Petit glossaire à l’usage des bibliothèques

Je vous avais proposé voici pas mal d’années une biblio-webographie sur le Vocabulaire de la documentation et des bibliothèques. La plupart de ses liens sont frappés d’obsolescence, les BU françaises (dont la mienne) et autres organismes à vocation documentaire ne jugeant plus utiles de proposer un vocabulaire de la documentation en ligne. Afin que ce travail ne se perde pas tout à fait, je reprends ici les éléments qui en sont encore valables et j’adapte et actualise le glossaire abandonné depuis par mon établissement dans un sens un peu plus général.

Orientation biblio-webographique

Article

Noëlle Balley. « Le bibliothécais sans peine. Petit manuel de conversation à l’usage des visiteurs pressés », in Bulletin des bibliothèques de France, t.52, n° 3, 2007. Pour sourire un peu…

Sites web

Bibliothèque nationale de France :Glossaire du guide de recherche en bibliothèque

Réseau des Centres régionaux de formations aux carrières des bibliothèques (CRFCB) : Glossaire

Etudes française.net :

Petit glossaire à l’usage des bibliothèques

Abréviations

Une abréviation est un mot (ou une expression) écrit(e) en abrégé. Les abréviations sont fréquentes dans les références bibliographiques.

Auteur

Personne physique ou morale (il peut s’agir d’une collectivité, d’un congrès…) qui a écrit (un livre), réalisé (une œuvre d’art).

On distingue

  • l’auteur principal qui est à l’origine du document, celui qui l’a intellectuellement conçu
  • les auteurs secondaires, parmi lesquels le préfacier, le traducteur, l’éditeur scientifique…

Banque de données / Base de donnée

Ces deux mots recouvrent normalement deux acceptions distinctes, mais fréquemment employés l’un pour l’autre.

  • Banque de données.   « Ensemble de données relatif à un domaine défini des connaissances et organisé pour être offert aux consultations d’utilisateurs ». Cf. Journal officiel (17 janvier 1982).
  • Base de données.   « Ensemble de données organisées en vue de leur utilisation par des programmes correspondant à des applications distinctes, et de manière à faciliter l’évolution indépendante des données et des programmes ». Cf. Journal officiel (17 janvier 1982) .

Les bases et/ou banques de données en ligne sont des ressources en lignes.

Banque de prêt

Lieu incontournable situé généralement près de l’entrée de la bibliothèque où se font :

  • l’inscription des nouveaux lecteurs
  • les emprunts et les retours de documents
  • la communication des documents conservés en magasin et des documents ayant fait l’objet d’une réservation

Cependant, ce mot tombe en désuétude, supplanté par accueil.

Bouquet de revues

« Certains éditeurs publient plusieurs dizaines, voire centaines de revues, accessibles par le biais d’un même site. Dans le cas de gros éditeurs, comme Wiley, ou Elsevier, les bibliothèques s’abonnent à l’ensemble des revues proposées, ou à un sous-ensemble : ces (sous)-ensembles sont appelés bouquets. […] On parle aussi de plate-forme. »(cf. Portail documentaire de l’UPMC).

Plus d’info sur les sites suivants :

Catalogue

Liste descriptive des documents que possèdent une ou plusieurs bibliothèques.

Un catalogue à trois fonctions :

  • permettre la recherche du document à partir de ses éléments caractéristiques (auteur, titre…)
  • identifier le document recherché grâce à sa description bibliographique (voir notice bibliographique)
  • localiser le document (voir localisation)

Beaucoup de catalogues locaux sont aujourd’hui sont à la fois

  • des catalogues informatisés en ligne
  • des catalogues collectifs qui signalent l’ensemble des documents possédés par des bibliothèques d’un même établissement localisé sur plusieurs sites (bibliothèques d’une même université ; annexes d’une même bibliothèque municipale.

D’autres catalogues collectifs existent, comme le Système Universitaire de Documentation (SUDOC) qui signale l’ensemble des documents des bibliothèques des universités françaises.

Par ailleurs, des méta-catalogues comme le Karlsruher Virtuel Katalog (KVK) permettent la recherche conjointe dans plusieurs catalogues en même temps.

Classification

Organisation des connaissances selon un ordre déterminé allant du général au particulier au moyen d’un système de classes, de sous-classes et de divisions. Une classification documentaire pour classer des documents selon leur sujet.

La classification décimale Dewey

La classification la plus répandue dans les bibliothèques universitaire et dans les bibliothèques municipales pour ranger les ouvrages en salle est la classification décimale Dewey, organisée en 10 grandes classes correspondant aux grands domaines du savoir :

000  Généralités  500  Sciences
100  Philosophie  600  Techniques
200  Religion  700  Arts
300 Sciences sociales  800  Littérature
400  Langues  900 Géographie et Histoire

… elles même divisées en 100 divisions principales.

Voir aussi :

Cette classification permet d’élaborer la cote des ouvrages en salle. Voir plus de détails.

Autres classifications

La classification décimale universelle (CDU) a été développée par Paul Otlet et Henri La Fontaine à partir de la classification décimale de Dewey (CDD) a été fort utilisée dans les bibliothèques universitaires françaises, à la suite des Instructions de 1962 Cependant, les Recommandations de juillet 1988 ont encouragé son abandon au profit de la Dewey (CDD) d’utilisation plus simple et aux mises à jour plus fréquentes, la CDD l’ayant semble-t-il emporté.

Plusieurs classifications médicales sont utilisées par les bibliothèques universitaires de médecine, la plus notable étant la classification utilisée par la Nationale Library of Medicine (NLM).

La classification Brunet-Parguez est une classification destinée au classement des livres anciens.

Le cadre de classement en divisions spécialisées établi par les instructions de 1962 est encore utilisé pour le classements en magasin de nombreuses bibliothèques universitaires.

Collection

Ensemble ordonné de documents. Ce mot recouvre plusieurs réalités.

La collection au sens éditorial.

C’est un produit éditorial regroupant un ensemble d’ouvrages publiés selon une même ligne éditoriale.  La collection au sens éditorial fait partie des éléments caractéristiques d’identification figurant sur la notice bibliographique d’un ouvrage.

  • Exemple : “Que sais-je ?” ; “Folio” ; “Bibliothèque de droit privé”…

La collection au sens patrimonial.

Les collections d’une bibliothèque regroupent l’ensemble des documents conservés par cette bibliothèque.

Typologie selon le mode d’accès.

  • Dans les collections en libre accès, le public accède directement aux documents sur les rayonnages des salles.
  • Avec les collections en accès indirect qui se trouvent en magasin, il faut passer par la banque de prêt pour obtenir les documents.

Typologie selon l’origine ou la spécificité.On parle alors plutôt de fonds. Il peut s’agir d’un ensemble de documents

  • donnés ou légués à la bibliothèque par une personne précise : par exemple, à la BU Lettres de Tours, le fonds Brunot, hérité du grammairien Ferdinand Brunot
  • acquis par la bibliothèque et concernant un même sujet : par exemple, toujours le fonds local de à la BU Lettres de Tours, le fonds Ramuz dédié à cet écrivain helvétique.

Typologie selon le type de documents.On parlera ainsi de collections de monographies, de thèses, de cartes, de périodiques (voir collection de périodique)…

Typologie selon le support.On parlera de documents sur support matériel (livre et revues papier, disques et DVD…) et de document numérisés en ligne(ebooks, revues en ligne…)

Collection de périodique

Une collection de périodique désigne l’ensemble des fascicules d’un même périodique possédés par la bibliothèque. Elle est plus ou moins complète si des fascicules manquent. Ces informations figurent dans  l’état de collection .

Cote                

>>        Voir Localisation

Document

Voici 2 définitions extraites du Métier de documentaliste

  • Tout élément  de connaissance ou source d’information, quel que soit les supports utilisés
  • Un ensemble formé par un support et une information, généralement enregistré de façon permanente, et tel qu’il puisse être lu par l’homme ou par la machine.

Les documents distingués par support

  • Les documents sur papier : monographies ; périodiques.
  • Les documents électroniques sur support matériel : cédérom ; DVD.
  • Les documents électroniques en lignes : bases de données ; bouquet de revues ; sites web. Voir ressources électroniques.

Les documents distingués par accès

  • Les documents en libre accès : ce sont les documents auxquels le public peut accéder directement dans les salle de lecture
  • Les documents en accès indirect ; ce sont les documents conserver en magasin à demander à la banque de prêt

Une autre distinction chère aux professionnels des bibliothèques et de l’information

  • Document primaire : information originale, directe ; document de référence
  • Document secondaire : signalement ou analyse de documents primaires (exemple : les bibliographies ; les dictionnaires des œuvres…).
  • Document tertiaire : bibliographie de bibliographie et synthèse de documents.

Ebook (ou E-book)

>>        Voir Livre électronique / Livre numérique

Editeur

Deux acceptions de ce terme :

  • Editeur commercial. Personne ou société qui édite un livre en vue de la vente.
  • Editeur scientifique. Personne ou collectivité qui est responsable du contenu intellectuel d’un document. L’éditeur scientifique est considéré comme un auteur secondaire.

Voir les deux types d’éditeurs dans une notice bibliographique.

Etat de collection

>>        Voir Collection de périodique

Fonds

>>Voir Collection

Livre électronique / Livre numérique

« Livre électronique » et « livre numérique » sont les traductions françaises des termes anglais « electronic book », « e-book », ou « eBook » proposée par le grand dictionnaire terminologique de l’Office québécois de la langue française. Ils ont gardé du mot anglais un certain flou dans leur définition puisqu’ils désignent aussi bien le contenu (le texte en lui-même) que le contenant (l’appareil physique support permettant de visualiser le contenu).

Un début de clarification est tenté sur du site canadien Etudes française.net : les définitions ci-dessous sont extraites de son dictionnaire.

Livre électronique 

« L’expression “livre électronique” est souvent utilisée pour désigner l’appareil de lecture dédié (ebook) utilisé pour lire des livres numériques à l’écran. Elle est utilisée aussi comme synonyme de “livre numérique”, ce qui n’est pas sans provoquer quelque confusion.»

Livre numérique   

«  Le livre numérique est la version numérisée d’un livre lisible sur tout appareil permettant sa lecture, que celui-ci soit un ordinateur, un assistant personnel, une tablette de lecture (ebook), un téléphone portable ou un smartphone. »

Dans l’usage courant, l’ambigüité entre les deux termes demeure, comme d’ailleurs pour  le terme e-book dont voici une définition donnée par Marie Lebert sur le site Etudes francaises.net.

« Anglicisme utilisé aussi bien pour le livre numérique (version numérisée d’un livre) que pour le livre électronique (appareil de lecture permettant de lire à l’écran des livres numériques). » 

Les livre numérisés en ligne font partie des ressources en ligne.

Voir aussi : Abécédaire des livres électroniques (Couperin)

Localisation

Endroit où se trouve le document.

Par extension :

  • Partie de la recherche qui consiste à repérer où le document se trouve
  • Indication liée à la notice bibliographique permettant de trouver (voir ci-dessous)

La localisation en ce dernier sens comporte trois éléments :                

  • La bibliothèque.
  • Le local à l’intérieur de cette bibliothèque. Il s’agit soit d’une salle où le document est en libre accès, soit d’un magasin.
  • La cote qui donne la place précise du document sur les rayonnages.

Les cotes peuvent se présenter de manière forte différente d’une bibliothèque à l’autre. A titre d’indication, voici es principes suivis pour les livres par les 5 sections de la bibliothèque universitaire ou je travaille.

Les cotes des ouvrages en salle sont pour la plupart conçues d’après la classification décimale Dewey et se compose de 2 éléments :

  • 3 chiffres au minimum : ils correspondent au sujet principal de l’ouvrage.
  • 3 lettres : ce sont les premières lettres du nom de l’auteur ou aux premières lettres du titre lorsque pour les ouvrages collectifs ou anonymes.

Les cotes des ouvrages en magasin sont composées d’une ou plusieurs lettres suivies de chiffres.

Exemple de localisation des exemplaires d’un ouvrage

Magasin

Local de la bibliothèque qui n’est pas accessible au public.

Les documents qui y sont conservés étant en accès indirect, ils sont à retirer à la banque de prêt.

Monographie

Livre ; ouvrage formant un tout en un ou plusieurs volumes.

Notice bibliographique

Carte d’identité d’un document.

Elle permet de l’identifier avec certitude, de répondre à la question : « Est-ce bien le document recherché ? » et comporte notamment

Principaux éléments caractéristiques du document

  • titre du document
  • nom de l’auteur
  • éditeur et date de publication

Autres éléments caractéristiques

  • collection
  • sujet
  • auteurs secondaires (traducteur, préfacier…)
  • etc.

Tous ces éléments servent à la recherche dans le catalogue.

Pour connaître la localisation du document en répondant à la question : « Où peut-on le trouver ? », sont rattachés à cette notice

  • les exemplaires des ouvrages, cédéroms, DVD
  • l’état de collection lorsqu’il s’agit d’un périodique

OPAC

Online public access catalogue. Sigle anglo-saxon utilisé pour désigner un catalogue informatisé en ligne.

Plate-forme

>> Voir Bouquet de revues

Périodique

Publication qui paraît à intervalle plus ou moins régulier, dont le contenu change d’un numéro à l’autre, et qui est composée de plusieurs articles sur des sujets différents. Le terme désigne les revues, les magazines, la presse quotidienne, les publications annuelles (rapports, annuaires…).

>> Voir aussi Collection de périodique.

Référence bibliographique

Citation des données bibliographiques nécessaires pour identifier document. Les références bibliographiques figurent dans les bibliographies données par les enseignants et dans les documents consultés sous forme de notes ou de bibliographies.

Pour plus de détail, voir ici.

Les références bibliographiques comportent souvent des abréviations.

Ressources en ligne

Une ressource en ligne est une ressource électronique consultable en ligne, notamment par le biais d’internet. Les ressources en ligne disponibles au SCD de l’Université François-Rabelais se trouve ici.

Typologie selon les contenus

Des références bibliographiques pour les bases de donnés bibliographiques : Doctrinal (droit) ; Econlit (économie). Cependant, la plupart les bases de données bibliographiques présentent aujourd’hui également du texte intégral, de sorte que la distinction avec les bases de données proposant uniquement du texte intégral est moins pertinentes qu’autrefois

Du texte intégral, qu’il s’agisse

  • de documents initialement papier numérisés sous des formats divers  avec les bouquets de revues en ligne (Cairn ; Persée…) et les livres numérisés en format image, pdf etc (Bibliothèque humanistes ; CESR ; Gallica…) ;
  • de documents ayant dès l’origine existés sous format électronique, comme c’est le cas de très nombreux sites web.

Typologie selon le mode d’accès

  • Les bases accessibles sur abonnement et pour lesquels il faut se connecter.
  • Certaines ressources sont mixtes : une partie plus ou moins large gratuite accessible à tous , une autre dépendant de l’abonnement (Cairn, OpenEdition)

Sujet

Contenu intellectuel du document.

En documentation, le sujet peut être exprimé :

  • Soit au moyen de classification systématique comme la classification décimale Dewey où le sujet est exprimé au moyen d’un indice. Ce moyen est notamment utilisé pour les cotes des documents en salle dans les 5 sections de la bibliothèque universitaire.
  • Soit en utilisant des listes normalisées de mots vedette matière Ces mots forment des vedettes matières et apparaissent dans la zone « Sujet » de la notice bibliographique.

Titre

Nom donné au document par son auteur et/ou par l’éditeur.

Tome / Volume

Ces deux mots recouvrent normalement deux acceptions distinctes, comme le montrent les définitions ci-dessous, extraites l’ouvrage de Jean-Philippe Accart et Marie-Pierre Réthy, Le métier de documentaliste.

Tome.  « Division intellectuelle d’un ouvrage d’après son contenu. Cette division ne correspond pas  toujours à la division en volume. Un volume peut comprendre plusieurs tomes et inversement. »

Volume.  « Division matérielle d’un ouvrage, d’un périodique, par opposition à un tome, qui peut comprendre plusieurs volumes. »

Dans la pratique, ces termes sont fréquemment confondus, notamment pour désigner l’ensemble des fascicules d’un périodique parus au cours d’une même année. Toujours pour les périodiques, « année » est souvent utilisé à la place de « tome » ou de « volume ».

Par exemple, en 2008 sont parus les fascicules

  • du tome 79 de la Revue générale du droit des assurances
  • du volume 15 de la Revue internationale de politique comparée
  • de la 86e année du Bulletin de l’Association de géographes français

Abréviations utilisées dans les références bibliographiques

  • tome :              t.
  • volume :           vol.

Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire.

More Posts


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.