Vie des Huguenots

Voici bien longtemps, j’ai passé l’année universitaire 1985/1986 à Göttingen, en tant que boursier du DAAD, le service allemand d’échanges universitaires. Nous étions en pleine commémoration de la Révocation de l’Edit de Nantes par le sinistre Louis XIV, et si je séjournais dans cette ville étudiante chantée par Barbara

… c’était afin d’y réaliser mon mémoire de maîtrise sur Les pasteurs des paroisses françaises de Hesse-Cassel (1685-1825), ce landgraviat étant une des nombreuses terres d’accueil qui, en Suisse, en Allemagne, aux Provinces Unies et en Grande-Bretagne, constituèrent le Refuge huguenot. Or voici que la consultation du Livres Hebdo du 10 mai dernier m’a ramené des années en arrière, puisqu’y est signalé un ouvrage de Viviane Rosen-Prest intitulé La colonie huguenote de Prusse de 1786 à 1815 : la fin d’une diapora ? En voici la présentation sur le site de l’éditeur :

Contrairement aux autres lieux de Refuge, la Colonie huguenote de Prusse a gardé pendant plus d’un siècle une forte structure administrative, avec une direction intégrée au plus haut niveau de l’État. La recherche ne s’est guère intéressée à la période tardive de la Colonie. Or sa longévité intrigue. Quels étaient la composition ethnique et les modes de vie de sa population ? En quelle langue y parlait et y priait-on ? Quel intérêt trouvait l’État prussien à son maintien ? C’est à cet état des lieux que s’attache la première partie de ce livre, qui met en lumière la durée et la complexité des phénomènes d’acculturation, mais tente aussi de replacer cette « histoire huguenote » dans le cadre de la politique globale menée par les Hohenzollern en matière de peuplement et de développement économique.

La seconde partie est consacrée aux bouleversements qui marquèrent le début du XIXe siècle. Bouleversements culturels d’abord, avec l’extraordinaire floraison du « classicisme berlinois » (Berliner Klassik), dans laquelle des descendants de Français réfugiés tinrent une place éminente. Bouleversements politiques ensuite : arrivée d’émigrés de la Révolution française, débâcle militaire de 1806, occupation de Berlin par les troupes napoléoniennes. Quelle fut l’attitude des huguenots prussiens face aux Français de France en ces temps troublés ? Puis vint le temps des grandes réformes de l’État ; elles entraînèrent la suppression de la Colonie institutionnelle, mais dans un long processus dont l’étude est riche d’enseignements. Enfin, l’analyse de la place de descendants de réfugiés dans la réforme municipale (1808) et lors des Guerres de libération (1813) offre des occasions supplémentaires de s’interroger sur le lieu d’une minorité culturelle, linguistique et ethnique dans une société d’ancien régime en mutation. Ainsi, les destinées de cette minorité particulière croisent en permanence des problématiques plus vastes, qu’elles peuvent contribuer à éclairer.

Viviane Rosen-Prest est agrégée d’allemand et docteur de l’université de Strasbourg. Elle est chercheur associé au CAECE (germanistes) de l’université de Paris-Est-Créteil. Elle a publié précédemment chez Honoré Champion sa thèse sur l’historiographie du Refuge en Prusse (2002, VH n° 23) et un ouvrage collectif, avec Geraldine Sheridan, sur les huguenots éducateurs (2011, VH n° 48).

La situation des Huguenots en Prusse n’est pas sans me rappeler celle de leurs coreligionnaires de Hesse-Cassel, où les églises huguenotes ont fusionnée avec celles de langue allemande en 1825, les événements de la Révolution française et de l’Empire ayant quelque peu encouragé les descendants des réfugiés à se fondre dans la population. Du reste, parmi les fidèles issus de mariages mixtes, qui comprenait encore les pasteurs ? Pourtant, jusqu’au début du XXe siècle, certains persistèrent à prier en français, et ,dans les églises protestantes de la vallée de la Weser, autour de Bad Karlshafen, vous pouvez lire bien des patronymes français parmi les listes de morts de la Grande Guerre…

Après cette année outre-Rhin, j’ai un peu perdu de vue les Huguenots, accaparé que j’étais par la préparation de concours, puis par d’autres centres d’intérêts. Pourtant, c’est avec une certaine émotion et une grande curiosité que je découvre cet ouvrage, préfacé par Michelle Magdelaine, grande spécialiste de la question, ainsi que la collection Vie des huguenots aux éditions Henri Champion. Dirigée par Antony McKenna, celle-ci présente des textes, des documents, des études sur l’histoire des réformés au cours des XVIe, XVIIe et XVIIIe siècles dans une perspective historique et non pas confessionnelle. Comme je n’ai pas trouvé la liste des ouvrages qui y ont été publiés, j’ai consulté le Sudoc. Cela nous donne 87 titres parus depuis 1998, dont certains de Myriam Yardeni qui était déjà une autorité en la matière quand j’étais étudiant. Je vais vérifier ce que le SCD de l’université de Tours conserve dans ses collections pour de prochaines lectures…

Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire.

More Posts


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.