Petits voyages excentriques

Dans une chronique intitulée “Etonnant petits voyages” paru dans le n° 474 de Lire en avril dernier, Gérard Oberlé dresse une liste de livres décrivant des voyages paradoxaux parodiant précisément les livres de voyages. Son article, fort instructif comme toujours, m’a donné envie de chercher sur la grande toile ce que je pourrais trouver sur ces différents titres ainsi sur quelques autres que je connais ou que j’ai découvert par ailleurs, notamment dans l’ouvrage Susan Pickford, Le voyage excentrique : Jeux textuels et paratextuels dans l’anti-récit de voyage, 1760-1850 (ENS Éditions, Institut d’histoire du livre, 2018), notamment dans son Annexe 1 “Voyages autour d’espaces réduits ou atypiques dans l’édition francophone, 1799-1900” et dans sa Bibliographie qui comporte notamment un “Corpus des anti-récits de voyage et voyages excentriques en anglais, français et allemand”.

Voyager près de chez soi

En 1748, Louis-Balthazar Néel publie Voyage de Paris à Saint-Cloud par mer qui connait un succès certain. Dès 1753, l’éditeur Auguste Lottin publie Retour de Saint-Cloud par mer et par terre, présenté comme la suite de l’ouvrage de Néel. Les deux ouvrages font l’objet de plusieurs rééditions conjointes comme par exemple en 1788 et en 1884.

Au début du XIXe siècle, Auguste de Labrouisse-Rochefort reprend l’idée avec d’autres localités des environs de Paris :

  • Voyage à Saint-Maur, promenade à Longchamp, suivis de quelques opuscules en vers (1807) ;
  • Voyage à Saint-Léger, campagne de M. le chevalier de Boufflers, suivi du Voyage à Charenton et de Notes contenant des particularités sur toute la famille Boufflers, des pièces inédites ou des lettres de Voltaire, Tressan, Delille (1827)

ou du Languedoc dont il est originaire :

  • Voyage à Rennes-les-Bains (1832)

Mais pourquoi parler d’une ville quand un simple monument invite au voyage de proximité ?

  • Joseph Rosny. Voyage autour du Pont-Neuf, formant suite à la collection des voyages au long cours (1802)
  • Nestor Rousseau. Voyage autour du Palais de l’Industrie : Biographie des inventeurs et grands hommes inscrits au fronton du Palais (1855)
  • Louis Ulbach. Voyage autour de mon clocher (1865)
  • Henri Escoffier. Voyage autour du viaduc de Nogent-sur-Marne (1889)

Quant à Jules et Edmond de Goncourt, ils nous invitent au « Voyage du no 43 de la rue Saint-Georges au no 1 de la rue Laffitte », dans Pages retrouvées (1886).

Les lieux du retrait : la chambre, la bibliothèque, le jardin

Et pourquoi faudrait-il sortir de chez soi pour voyager ? Dans cet ordre d’idée, Voyage autour de ma chambre (1794) de Xavier de Maistre a fait date et a connu de nombreuses éditions. Bien des voyages paradoxaux qui paraissent ensuite s’y réfèrent explicitement, commençant souvent par Voyage autour de quand ils ne reprennent pas le titre complet, comme dans les cas suivants :

  • René Périn. Voyage autour de ma chambre, vaudeville en un acte (1803)
  • Adolphe Poujol, Édouard Scheidig. Voyage autour de ma chambre, monologue mêlé de chants (1851)
  • Augusin-Théodore de Lauzanne de Vauroussel, Xavier de Saintine, Félix-Auguste Duvert. Voyage autour de ma chambre, opéra comique en un acte (1859)
  • Albert Grisar. Voyage autour de ma chambre ! Opéra (1859)
  • Jean-Baptiste Vuillemin. Voyage autour de ma chambre (1873)
  • Léon Gautier. Voyage d’un catholique autour de sa chambre (1875)

Théodore Iung, sous le nom de Mustapha, reprend l’idée d’un espace clos destiné au repos avec son Voyage autour de ma tente, souvenirs militaires (1874).

La bibliothèque est elle-même une sorte de chambre et inspire les auteurs suivants :

… et le jardin, autre lieu du loisir méditatif et studieux, se prête lui aussi parfaitement à de tels ouvrages :

  • Jean-Antoine de Mongis. Voyage autour de mon jardin (1863)
  • Henri Van Looy Voyage autour de mon jardin, botanique amusante et usuelle (1883)
  • Georges de Albrays (Marie Guerrier de Haupt, Marie). Voyage autour de mon jardin (1900)

Si Xavier de Maistre a écrit son fameux ouvrage, c’est qu’il avait été condamné à quarante-deux jours d’arrêts dans sa chambre de la citadelle de Turin pour suite à un duel contre un officier piémontais. C’est également à la suite d’une condamnation à l’enfermement, cette fois par la censure, que Louis-Auguste Martin publie Voyage autour de ma prison (1859), prudemment édité à Bruxelles..

Des voyages en réduction sur soi, en soi..

Quelques années après Xavier de Maistre, un auteur anonyme va aller plus loin encore dans la réduction de l’espace exploré. Avec Voyage dans mes poches (1799) dont le titre est repris à la fin du siècle suivant par Charles Monselet pour un de ses monologues, il ouvre la voie aux ouvrages suivants.

Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire.

More Posts


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.