Vies romancées de Jésus

Comme je l’ai écrit précédemment à propos des poèmes de Nerval et de Vigny sur Gethsemani, je suis un parfait (?) agnostique. Néanmoins, ceux qui fréquentent ce carnet depuis quelques temps ont constaté un certain intérêt de ma part pour le Nazaréen à l’origine du christianisme, Paul de Tarse en étant le véritable fondateur. Qu’il s’agisse de certains ouvrages de la bibliothèque de Léon Morin, des documentaires de Gérard Mordillat et de Jérôme Prieur ou de divers sujets inspirés par les évangiles apocryphes, cela fait quelques temps que j’effleure le sujet.

Ayant lu dernièrement King Jesus par Robert Graves, cela m’a donnée envie d’établir une bibliographie de vies romancées de Jésus en vue de futures lectures. Cette bibliographie est nécessairement incomplète et fera l’objet de mises à jour. N’y seront pas inclus les évangiles, qu’ils soient canoniques ou apocryphes, même s’ils contiennent les uns et les autres une large part de fiction, ni les vies écrites par des philologues, des théologiens, des historiens, ce qui laisse notamment de côté la Vie de Jésus par Ernest Renan qui eut cependant une réelle influence sur les littérateurs.

Je m’en tiendrai autant que possible aux seuls auteurs de fiction, qu’ils soient romanciers, poètes, dramaturges qui ont entrepris de raconter la vie ou une partie de la vie de Jésus en son temps, ceci qui exclut aussi les récits de son retour à une autre époque comme l’histoire du Grand Inquisiteur dans Les Frères Karamazov de Dostoïevski, le Jésus d’Ernest Gégout, une pochade socialo-anarchiste fin de la fin du XIXe siècle, ou plus récemment, Les Vacances de Jésus et Bouddha du mangaka Hikaru Nakamura

Plusieurs romans cités ci-dessous ont été condamnés par les autorités ecclésiastiques de telle ou telle obédience. Il est vrai que leur inspiration est souvent fort hétérodoxe, mais j’espère que nous vivons dans une époque un peu plus apaisée et tolérante que du temps où sévissait l’abbé Béthléem et que les excités qui ont condamnés De toute façon, il s’agit ici d’une bibliographie informative et mon objet n’est pas de faire l’apologie de tel ou tel ouvrage ou de le vouer aux gémonies. En conséquences, je souhaite que les fanatiques de tous ordres et de toutes chapelles, athées compris, s’abstiennent de commentaires partisans et hors de propos. Par contre, si vous avez des suggestions pour compléter la liste, elles seront les bienvenues.

Références bibliographiques sur le sujet

J’avoue ne pas avoir lu ces livres sauf l’ouvrage de Bertrand Westphal. C’est du reste grâce à lui que j’ai rassemblé ces références.

André Dabezies

  • Jésus-Christ en littérature, in Dictionnaire des mythes littéraires.

Karl-Josef Kuschel

  • Jesus in der deutschsprachigen Gengenwartsliteratur. Cologne et Zürich : Benzinger Verlag, 1978.

Domenico Porzio (éd.)

  • Incontri et scontri col Cristo. Milan, 1978. Anthologie de 170 textes littéraires abordant l’Evangile et le personnage de Jésus.

Jennifer Stevens

Bertrand Westphal.

  • Roman et évangile : transposition de l’Evangile dans le roman européen contemporain (1945-2000). Limoges : PULIM, impr. 2002. Comporte un Petit dictionnaire des transpositions de l’Evangile au XXe siècle (p. 359-393).

Quelques vies romancées de Jésus

La liste ci-dessous est non exhaustive. Même celle donnée par Bertrand Westphal ne prétend pas l’être, et vue la prolifération de vies romancées de Jésus parues depuis le XIXe siècle, ce serait impossible. Cette liste s’accroîtra donc au fil de mes découvertes et de mes lectures.

1911 – Han Ryner. Le cinquième évangile

Quelques avis sur Le cinquième évangile.

Non disponible en ligne. Essayer les bouquinistes ou les librairies pour ses différentes éditions :

  • Paris : Eugène Figuière, , 1911. 278 p.  ; rééd.
  • Paris : Editions Athena. 278 p.
  • Paris : P. Belfond, 1976. 187 p.
  • Saint-Martin-de-Bonfossé : Théolib, 2011. 190 p. (Coll. Sources laïques).
  • Saint-Martin-de-Bonfossé : Théolib, 2014. 190 p. (Coll. Liber***).

En attendant une version en ligne complète, voici un extrait que j’ai trouvé dans une conférence l’éditeur de Théolib Pierre-Yves Ruff, Deux écrivains connus et méconnus Henri Barbusse et Han Ryner :

Jésus était depuis peu de jours dans les profondeurs du désert ; et il marchait un bâton à la main ; et des sauterelles nombreuses s’envolaient au bruit de son bâton et au bruit de ses pas. En s’envolant, elles montraient, sous les ailes couleur de sable ou de rocher qui empêchent les oiseaux de les apercevoir, des ailes bleues ou rouges. Et Jésus louait l’Éternel, parce qu’il a donné à ces bêtes un manteau gris qui les protège et parce qu’il a mis sous ce manteau un vêtement plus délicat et plus éclatant que celui de Salomon dans toute sa gloire. Or, près de l’endroit où Jésus passait, il y avait une herbe épineuse et sèche. Et une petite sauterelle, voulant éviter le pied de Jésus, se jeta parmi ce buisson dans une toile d’araignée. À l’araignée aussi l’Éternel avait donné un vêtement éclatant, et ses pattes et son ventre étaient couverts de cercles noirs et de cercles jaunes qui semblaient faits d’un riche velours. Mais, se jetant sur sa proie, l’araignée au ventre hideux et aux belles couleurs l’enlaça avec les fils nombreux qui sortaient de son corps. De sorte que, enveloppée de langes, la sauterelle qui allait mourir ressemblait à l’enfant qui vient de naître. Jésus déchira la toile avec son bâton et, tenant dans ses mains la misérable créature, il la délivrait des langes subtils ; et il prenait grand soin de ne point la déchirer ou la blesser. Mais, quand elle fut délivrée de tous les fils, elle resta sur la main de Jésus sans bondir ou s’envoler. Et elle avait de longs frémissements d’agonie. Jésus comprit que l’araignée l’avait piquée à mort. Par pitié il acheva l’œuvre cruelle de l’araignée et tua la sauterelle. Puis, regardant la toile qui pendait en deux lambeaux, il s’attrista, disant : J’ai ruiné un travail ingénieux qui était nécessaire à la faim de celle-ci. Et la sauterelle qu’il avait arrachée vivante à l’araignée, il la lui rendit morte. Mais l’araignée dédaigna cette proie souillée au contact de l’homme. Jésus, voyant ces choses, dit : J’ai voulu le bien et j’ai fait le mal. J’ai prolongé l’agonie de celle qui souffrait. Et j’ai privé de nourriture celle qui avait faim. De sorte que, n’étant pas rassasiée, elle frappera une autre victime. Et ce nouveau meurtre sera un fils de mes mains. Pourtant mon cœur est bon et j’y ai aplani les voies du Seigneur. Pourquoi donc le fruit que j’ai donné se trouve-t-il être mauvais ? Alors il regarda vers le ciel, disant : Père qui es dans les cieux, explique-moi ta justice et ta miséricorde. Car il semble que la faim de l’araignée, la mort de la sauterelle et l’impuissance de ma bonne volonté portent accusation contre toi. Et je crois entendre sur toute la terre la grande lamentation et le grand tumulte des créatures qui accusent le Créateur.

Autre extrait, trouvé dans un article de Beaurepaire-Froment sur le blog Vie de La Brochure :

Jésus lui répondit : Méprisez et haïssez le prêtre, mais non point l’homme. Et, si vous le pouvez, réveillez l’homme dans le prêtre, afin qu’il n’y ait plus de prêtres.
Méprisez et haïssez, le juge ou le soldat, mais non point l’homme. Et, si vous le pouvez, réveillez l’homme dans le juge et dans le soldat, afin qu’il n’y ait plus de soldats et qu’il n’y ait plus ne juges.
Méprisez et haïssez le riche, mais non point l’homme. Et, si vous le pouvez, réveillez l’homme dans le riche, afin qu’il n’y ait plus de riches et qu’il n’y ait plus de pauvres.
Méprisez et détestez la Loi, parce qu’elle est une servitude sur l’homme, et qu’elle vous fait esclave du riche, du prêtre, du juge et du soldat ; et qu’elle fait le prêtre, le juge, le soldat et le riche, esclaves de sa folie.

1916 – George Moore. The Brook Kerith : a syrian story

Traduction en français par Philippe Néel en 1927 : Solitude du Kerith.

Un roman qui donne un rôle important à Joseph d’Arimathie, présenté comme un ami de Jésus, et aux Esséniens dont le Nazaréen a fait partie avant sa vie publique et auprès desquels il est retourné après la crucifixion à laquelle il a en fait survécu. Mais quinze ans plus tard, un certain Paul vient leur parler du Christ mort en croix et ressuscité d’entre les morts autour duquel une nouvelle religion est en train de se naître. C’est en vain que Jésus tentera de le convaincre de son erreur…

Plus d’informations sur ce roman :

Disponible en ligne en anglais : Archive.org | Gutenberg

La traduction en français n’est pas disponible en ligne. Par contre on peut en trouver des exemplaires chez les bouquinistes…

1927 – Henri Barbusse. Jésus

Entre 1926 et 1928, Barbusse écrit trois œuvres, qui forment une trilogie consacrée au Nazaréen. La première, intitulée Jésus, n’est autre qu’un évangile raconté par Jésus lui-même, dans un style particulièrement fidèle à celui des Écritures. Paraissent ensuite Les Judas de Jésus, présentés comme une étude critique sur les origines du christianisme. Dans cette œuvre, Barbusse apporte sa contributionaux travaux menés par la nouvelle exégèse catholique, représentée entre autres par Paul-Louis Couchoud et Charles Guignebert. Le dernier volet de cette trilogie consiste en une pièce de théâtre, Jésus contre Dieu, et sous-titrée : « mystère aveccinéma et musique ». Employant toutes les ressources nouvelles offertes par le cinéma, Barbusse propose dans cette pièce – qui ne sera jamais ni jouée ni publiée –d’intégrer l’histoire de Jésus à l’histoire contemporaine. Chacune de ces œuvres s’inscrit donc dans un cadre littéraire particulier, et c’est dans la mise en regard de ces différents cadres que l’ensemble trouve sa cohérence.

Du même auteur, vous pouvez lire :

Disponible en ligne : Gallica.

1928 – Kahlil Gibran. Jesus the son of man

Traduction en français :

  • par Mansour Chalita parue en 1972 :  Jésus, le Fils de l’homme
  • par Jean-Pierre Dahdah et Marÿke Schurman parue en 1990 : Jésus, fils de l’homme
  • par Cécile Brunet-Mansour et Rania Mansour parue en 1999 : Jésus, le fils de l’homme

En ligne en anglais : Archive.org : ex.1 + ex.2 | Zelamkibret

1946 – Rober Graves. King Jesus

Traduction française par Claude Seban en 1993 : King Jesus.

1954 – Níkos Kazantzákis. Ο τελευταίος πειρασμός

Traduction française par Michel Saunier en 1959 : La dernière tentation.

1967 – Mikhaïl Boulgakov . Мастер и Маргарита

Traduction en français par Claude Ligny en 1968 : Le Maître et Marguerite.

L’ouvrage, rédigé et plusieurs fois repris entre 1928 et 1940, n’a été publié en version censurée qu’en 1966 et 1967 dans le magazine Moscou (no 11, 1966, et no 1, 1967). Les parties mises à l’écart ou modifiées paraissent clandestinement en 1967, la maison d’édition Posev à Francfort édite une version complétée grâce à ces extraits. La première édition complète en Union soviétique paraît dans Khoudojestvennaïa Literatoura en 1973. Cette édition demeure celle de référence jusqu’en 1989, date de la dernière édition établie par la Lidiya Yanovskaïa sur la base de tous les manuscrits existants.

Les chapitres 2, 16, 25 et 26 sont des extraits de l’ouvrage que le Maître a écrit sur Ponce Pilate et Jésus ou plutôt Yeshoua Ha Nosri, prophète et thérapeute bien solitaire. N’a-t-il pas qu’un seul disciple, Matthieu Lévi, lequel ne semble pas toujours bien comprendre son enseignement ?…

Disponible en ligne : Ebooksgratuits.

1979 – Anthony Burgess. Man of Nazareth

Traduction française par Georges Belmont et Hortense Chabrier en 1977 : L’homme de Nazareth.

1991 – José Saramago. O Evangelho segundo Jesus Cristo

Traduction françaises de 1993 : L’évangile selon Jésus.

2018 – Amélie Nothomb. Soif

J’avais commencé à travailler à cette bibliographie avant les vacances d’été. Soif, le dernier roman d’Amélie Nothomb, qui conte la dernière nuit de Jésus n’avait donc pas encore paru.

Je ne l’ai pas encore lu, mais à l’entendre, je crains qu’il soit bien difficile de faire quelque chose de vraiment neuf sur le sujet…

Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire.

More Posts


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.