Autour du Médecin des pauvres de Xavier de Montépin

En janvier dernier, à la suite d’un tournage de trois ans, le film Le médecin des pauvres a été diffusé pour la première fois en  Franche Comté.

Tourné principalement dans le Jura, il s’agit de l’adaptation d’un roman de Xavier de Montépin publié en feuilleton dans Les veillées parisiennes, en 1861 avant de connaître de nombreuses éditions à partir de l’année suivante jusqu’à aujourd’hui, la dernière étant celle publiée cette année par le libraire lédonien Alain Marque Maillard. L’ouvrage raconte de manière très romancée les aventures de Jean-Claude Prost, dit le capitaine Lacuzon (1607-1681), personnage historique qui participé à la résistance comtoise  face à l’invasion des armées de Louis XIII et de Richelieu. Un héros comtois qui ne semble pas avoir été sans défauts, sans doute plus proche du soudard que de Robin des bois. Les Bressans le savent bien, qui ont longtemps prié Dieu de les protéger de la grêle, du feu du ciel et  de Lacuzon...

Le roman est aussi d’un plagiat, car Montépin s’est amplement inspiré de deux romans de Louis Jousserandot, Le diamant de la Vouivre et Le capitaine Lacuzon parus respectivement en 1843 et 1845. En 1863, les deux écrivains s’assignèrent en justice, l’un pour plagiat, l’autre pour diffamation. Si les deux auteurs furent finalement renvoyés dos à dos et condamnés aux dépens, force est de constater que cela favorisa en fait le feuilletoniste conservateur dont l’ouvrage a fini par éclipser ceux de l’avocat républicain, et cela même dans les bibliothèques. Pour Le diamant de la Vouivre, le catalogue de la BNF ne signale que l’édition de 2001 aux éditions Aréopage. Est-ce à dire que l’édition de 1843 n’y est pas conservée ? A l’inverse, dans ce même catalogue ne figure  que l’édition de 1845 du Capitaine Lacuzon. N’y en a-t-il pas eu d’autres ? En tout cas, cela contraste avec les nombreuses éditions du roman de Montépin signalées

Lire et écouter les romans en ligne

Le diamant de la Vouivre

Le capitaine Lacuzon

Le médecin des pauvres

Sur le capitaine Lacuzon

Désiré Monnier. Les jurassiens recommandables par des bienfaits, des vertus, des services plus ou moins utiles, et par des succès obtenus dans la pratique des arts et des sciences , pour servir à la statistique morale du Jura et à l’histoire des arts en Franche-Comté. Lons-le-Saunier : imprimerie de Frédéric Gauthier, 1828. Voir p. 168-171.

Louis Lautrey. Vie du Capitaine La Cuson. Paris : Librairie ancienne H. Champion – Paris, 1913.

Raoul Duc. Le Capitaine La Cuson, héros franc-comtois.  Lons-le-Saunier :  Declume, 1944.

Robert Fonville. Lacuson, héros de l’indépendance franc-comtoise. Lons-le Saunier : éditions Marque-Maillard, 1955.

Voir les bibliographies plus complètes de Roland Le Corff et de Wikipédia.

Le début des hostilités entre Jousserandot et Montépin

Le 7 décembre 1862 paraît dans La Sentinelle du Jura une lettre adressée le 15 novembre par Louis Jousserandot à Xavier Perrin de Montépin.

Monsieur, il y a quelques années, vous m’avez écrit pour m’annoncer que vous aviez l’intention d’écrire un livre sur la lutte de la Franche-Comté contre la France au 17e siècle et de prendre pour sujet l’histoire du capitaine Lacuzon. Comme j’avais moi-même écrit en 1843 la vie du héros franc-comtois dans deux ouvrages intitulés l’un « le diamant de la Vouivre », l’autre « le Capitaine Lacuzon », vous me demandiez dans votre lettre l’autorisation de me faire quelques emprunts et je vous répondis que j’y consentais volontiers. Depuis lors, n’ayant plus entendu parler de cette affaire, je pensais que vous aviez renoncé à votre projet, lorsque ces jours derniers un roman intitulé « le médecin des Pauvres »… m’est tombé sous les yeux. Je lis, et, jugez de ma surprise, quand dès le début je m’aperçois que je lis « le Diamant de la Vouivre » ! D’abord je crus rêver, je me crus le jouet d’une illusion, d’un mirage, que sais-je ? Hélas ! Il fallut bien me rendre à l’évidence. Le « Médecin des pauvres » n’est autre chose que le « Diamant de la Vouivre », drame pour drame, scène pour scène, caractère pour caractère, etc. etc. En vérité, est-il possible qu’un homme ait osé semblable chose ! UNE EDITION SOUS SON NOM DE L’ŒUVRE D’UN AUTRE ! Vous m’aviez demandé  l’autorisation de me faire quelques emprunts et vous m’avez tout pris, tout, tout ! Je ne sais si vous avez retranché quelques phrases, mais vous en avez ajouté quelques-unes. Puis vous avez mis en action, sous forme de prologue, le récit fait par l’oncle du capitaine à son neveu dans la prison de St Claude ; vous avez encore changé quelques noms : dans l’édition Montépin, ma Pâquerette se nomme Églantine, ma vieille Pierrette, Magui ; puis vous avez supprimé le fantastique en supprimant la Vouivre. A part ces misères, le drame du « Diamant de la Vouivre » se déroule dans le « Médecin des pauvres » tel que je l’ai conçu, tel que je l’ai écrit, avec les mêmes incidents. Vous daignez me citer, il est vrai, au commencement et à la fin, à propos de je ne sais quels détails ; c’est pousser trop loin l’ironie. Ah ! vous avez trouvé, Monsieur, une méthode facile pour publier sans grand peine des ouvrages. Vous écrivez à un auteur pour être autorisé à lui faire quelques emprunts et vous le dépouillez à ce point que vous faites sous votre nom une nouvelle édition de ses œuvres !… J’aurais peut-être dédaigné de me plaindre, puisque le fait est consommé, mais à la fin du « Médecin des pauvres », je veux dire de votre édition du « Diamant de la Vouivre », vous annoncez la prochaine publication d’un nouvel ouvrage, toujours sur la vie du héros de l’indépendance franc-comtoise, dans lequel la vallée de la France (sic) jouera un grand rôle. Ah ça ! Oseriez-vous bien encore rééditer, sous votre nom, mon « Capitaine Lacuzon » ? Vous en êtes bien capable !

[…]

Si je veux bien passer condamnation pour ce qui est accompli, je poursuivrai désormais énergiquement toute contrefaçon de mes livres. Car ce que vous avez fait n’est pas même un plagiat, c’est une vulgaire contrefaçon. Pour être plagiaire, on n’est pas nécessairement copiste ; or c’est une copie qui est sortie des presses de votre imprimeur. Ah, Monsieur, quel triste métier vous faîtes là !

Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire.

More Posts


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.