Quelques mot sur Yeshayahou Leibowitz, l’antisémitisme, l’antisionisme et la critique du gouvernement Israélien

Le nationalisme doit s’arrêter quand on a obtenu l’indépendance. Quand il devient la valeur suprême, il mène l’homme à la bestialité et l’Etat au fascisme.

Yeshayahou Leibowitz (1903-1994)

J’ai découvert Yeshayahou Leibowitz voici bien des années, lors de la diffusion à la télévision (était-ce sur Arte ?) d’Izkor, les esclaves de la mémoire, documentaire réalisé par Eyal Sivan. Ce film réalisé par un réalisateur juif israélien autour d’un philosophe juif israélien, sioniste, mais très critique vis à vis de la politique du gouvernement israélien a été taxé d’antisionisme. Faudrait-il en conclure qu’il est antisémite selon la simplification abusive faite par certains, dont des hommes politiques “éminents”, assimilant toute critique du gouvernement israélien à de l’antisémitisme ?

Le mouvement La Paix Maintenant, qui, à l’instar du mouvement israélien Shalom Akhshav,, s’oppose occupation de la Cisjordanie, serait-il antisémite ? Bref, est-il encore possible de critiquer Israël ? La question a été posée lors un débat organisé par l’iReMMO le 30 janvier 2018…

Débat entre Pascal Boniface et Dominique Vidal présenté par Jean-Paul Chagnollaud.

Qu’est-ce finalement que l’antisionisme ? Une critique de la politique menée par le gouvernement israélien en Cisjordanie ? Auquel cas, bien des Israéliens seraient antisionistes, et Yeshayahou Leibowitz le premier. Or ce dernier était sioniste, comme l’est d’ailleurs La Paix Maintenant : il soutenait l’existence de l’État d’Israël, but ultime du mouvement initié par Herzl à la fin du XIX siècle. Simplement, il en condamnait la dérive nationaliste et expansionniste.

En ce sens, il est abusif d’employer ici le terme d’antisionisme qui ne devrait désigner que l’expression d’idées hostiles à l’existence même d’un État juif en Palestine. Or ces idées furent précisément celles d’une partie de la communauté juive avant 1948, notamment chez les ulta-orthodoxes et les juifs d’extrême-gauche… Doivent-ils être considérés comme antisémites ?

Après la fondation d’Israël, il est vrai que bien des antisémites se firent aussi antisionistes, sans qu’il y ait pourtant synonymie entre antisionisme et antisémitisme. Mais pour les esprits simplistes ou malhonnêtes, il est plus facile de dire antisionisme au lieu de critique de la politique menée par le gouvernement israélien dans le territoires occupés, et de confondre ainsi cette dernière avec l’antisémitisme. Ici encore, les mots mal utilisés entraînent la confusion.

J’avoue que le goy que je suis est toujours embarrassé lorsqu’il s’agit d’émettre quelques réserves vis à vis du judaïsme (j’ai un peu de mal avec les trois grand monothéismes…), le gouvernement israélien ou même des personnalités du monde intellectuel ou politique qui peuvent avoir une fâcheuse tendance à se faire de l’antisémitisme un bouclier pour être inattaquables.

Certes, il existe des attitudes inacceptables. Je pense notamment à l’agression verbale et pratiquement physique dont Alain Finkelkraut a été victime le 19 février 1919. L’individu qui le traite de raciste haineux ferait certainement bien de s’interroger sur l’image de haine antisioniste qu’il offre à la caméra.

Ce n’est pas pour autant que j’adhère aux positions souvent réactionnaires de ce philosophe. Ma réserve n’a rien d’antisémite. Elle vise simplement des positions politiques et morales qui sur certains points concernent Israël, mais pas seulement. Bref, toute critique d’une personne juive ou, si vous préférez, israélite ne relève pas nécessairement de l’antisémitisme. Penser le contraire, c’est essentialiser cette personne dans son identité juive et finalement raisonner comme un antisémite…

Dans mon panthéon personnel se trouvent Marx, Freud, Einstein et quelques autres personnalités qui se trouvent être d’origine juive. Mais si je les apprécie, ce n’est pas en fonction de cette origine, mais bien pour leurs contributions à la connaissance humaine. Car ce sont avant tout des êtres humains, comme l’était Simon Nizard, l’ami de mon grand-père mort en déportation à Sobibor.

Voilà, j’ai un peu dérivé dans cette chronique que j’avais initialement conçue comme un hommage à Yeshayahou Leibowitz. A propos d’hommages, vous en trouverez sur les sites de l’iReMMO, de L’Humanité et de La Paix Maintenant, ainsi que de nombreuses citations sur le site Massorti. En voici deux pour conclure :

L’État d’Israël est le cadre constitutif de l’indépendance nationale et politique que le peuple juif avait perdue il y a deux mille ans. C’est également la définition que je donne du sionisme. Mais j’ajoute aussitôt que la création de l’État d’Israël n’a pas résolu le problème du peuple juif, ni la crise d’identité dont il souffre…

Le seul pays au monde dans lequel les Juifs sont en danger, c’est… l’État d’Israël.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.