Le plus court chemin de l’humanité à la bestialité ? Le nationalisme, bien sûr !

Au XIXème siècle, il y avait un penseur très éminent,très renommé en Autriche et en Allemagne, Franz Grillparzer qui, en 1848, au moment des révolutions des nationalités dans l’Europe du sud et l’Europe de l’est, a tenté de mettre en garde les peuples en disant qu’ils étaient sur une voie menant l’humanité à la bestialité via la nationalité. C’est ce qu’il a dit il y a 140 ans. et c’est la voie sur laquelle s’est engagé le peuple allemand en fin de compte. Et, ici, nous avons commencé après la guerre des Six jours. Nous ne sommes pas au bout mais nous nous dirigeons dans ce sens. [….]

Le nationalisme doit s’arrêter quand on a obtenu l’indépendance. Quand il devient la valeur suprême, il mène l’homme à la bestialité et l’Etat au fascisme.

Yeshayahou Leibowitz, philosophe israélien, à propos de la politique d’Israël, cité par Régine Dhoquois-Cohen dans Hommage à Yeshayahou Leibowitz 1903-1994.

Der Weg der neuern Bildung geht
Von Humanität
Durch Nationalität
Zur Bestialität

Daß, die als Menschen albern sind,
Als Völker sind gescheit.

___________________________

La voie de la nouvelle éducation va
 De l’humanité
 Par la nationalité
 À la bestialité

Ceux qui sont idiot comme humains,
Comme peuples sont intelligents.

Franz Grillparzer (1791 – 1872) dans un de ses Epigramme (1849) écrit au moment du Printemps des peuples.

Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire.

More Posts


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.