Les éditions polystyrène

La 15e édition du Festival A Tours de Bulle où j’ai découvert avec ravissement le dernier album de Benoît Dahan a aussi été pour moi l’occasion de retrouver les publications des éditions polystyrène qui explorent les différentes manières de faire de la bande dessinée au-delà du classique album. Mais je préfère les laisser se présenter eux-même :

Association créée en octobre 2010, les éditions polystyrène ont pour volonté de réaliser des albums de Bande dessinée à déplier, à combiner, à dérouler, à mélanger… bref des livres à manipuler.
Des récits d’aventures jusqu’aux livres plus personnels, nous tentons de faire une place à tous les genres au sein de notre catalogue. Toujours avec la même envie d’expérimenter et de proposer aux lecteurs de nouvelles formes pour raconter des histoires.
Les éditions polystyrène, c’est des BD, mais le principe est de travailler le livre différemment, en prenant véritablement en compte sa nature d’objet. On est habitué à lire un livre en tournant les pages une à une.
Avec polystyrène, le but est de changer ce rapport au livre : comment construire (pour l’auteur) et comment découvrir (pour le lecteur) une histoire que l’on lit en dépliant des feuillets, en combinant aléatoirement les pages, en déroulant, en jouant avec plusieurs reliures…

Nous ne somme pas loin de l’Oubapo et je voudrais vous signaler quelques perles dont j’ai été, au fil des ans, le lecteur ébloui :

  • Polychromie : réalisé par 15 auteurs, cet ouvrage est composé de deux couleurs (rouge & bleu) : pour lire la couche rouge, il faut utiliser le filtre bleu et pour lire la couche bleu il faut utiliser le filtre rouge, et ainsi apparaissent deux histoires parfois fort différentes(2).
  • Le Trésor Mathématique de Polybius par Pedro Stoïchita, sans doute la publication la plus ambitieuse puisqu’il s’agit d’une bande dessinée combinatoire, un peu dans la tradition de Lulle et de Queneau. Je suis en train d’en explorer les quelques 10 000 séquences possibles,

Des réalisations plus modestes, comme celles de la collection Façades, ne sont pas moins délectables et je souhaite un bel avenir à ce collectif d’auteurs très inventifs. Et vive la bande-dessinée “alternative” et la microédition !

A lire aussi : l’entretien daté du 25 janvier 2019 sur Du 9.

_________________________________________________________________

  1. Parus entre 1997 et 2002 (intégrale parue 2004 et rééditée en 2013 ), les trois albums de Berceuse assassine de Tome et Ralph Meyer reposaient un peu sur ce principe, mais justement, c’était trois volumes, alors qu’ici la lecture peut vraiment se faire en parallèle, dans le même livre-objet.

  2. Quand j’étais enfant, j’avais un album s’appuyant sur le même principe, mettant en scène les aventures de don Quichotte, et un autre sur d’un petit garçon qui se prenait pour un cow-boy. Le réel et l’imaginaire se mêlaient et se distinguaient selon leur couleur…

Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire.

More Posts


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.