Comment trouver un document qui n’est localisé ni dans votre bibliothèque ni dans le réseau local auquel elle appartient

Vous avez cherché en vain un document dans le catalogue de votre bibliothèque. Il se peut que vous ayez mal cherché. N’hésitez pas à demander de l’aide auprès du personnel.

Si après cela le document recherché n’est toujours pas localisable dans les collections de votre bibliothèque ou du réseau local auquel elle appartient (ex. : service commun de documentation (SCD) de l’université ; composantes et annexes de la bibliothèque municipale intercommunale) vous pouvez faire une suggestion d’achat si vous souhaitez que le bibliothèque acquière le document.

Vous pouvez aussi vous adresser au service de prêt entre bibliothèques (PEB) si vous souhaitez faire venir le document d’une bibliothèque d’un autres établissements de France ou de l’étranger. Pour localiser le document, le PEB utilisera les outils suivants :

  • Sudoc et CCfr pour une recherche portant sur les bibliothèques françaises uniquement ;

Ces catalogues collectifs et méta-catalogues sont accessibles au public et vous pouvez les utiliser vous-même si vous le souhaitez. C’est pourquoi je ne pense pas inutile d’en faire ici une brève présentation.

Sudoc : Système universitaire de documentation

Le catalogue du Système Universitaire de Documentation est le catalogue collectif des bibliothèques et centres de documentation de l’enseignement supérieur et de la recherche en France.

Au total, il contiendrait plus de 13 millions de notices bibliographiques… le problème étant que les doublons, voire les triplons (deux ou trois notices pour un même document) ne sont pas rares. En conséquence, le nombre de documents réellement signalés devrait être revu à la baisse. Mais ce n’en est pas moins un fabuleux instrument.

Il signale notamment :

  • tous les types de documents (livres, thèses, revues, ressources électroniques, documents audiovisuels, microformes, cartes…) conservés dans les collections du réseau Sudoc. soit 161 établissements comportant 1 536 bibliothèques
  • les ressources continues imprimées (revues, journaux, périodiques… ) possédées par 1542 bibliothèques municipales, centres d’archives ou de documentation… membres du réseau Sudoc PS

Il propose aussi un répertoire de ces 3078 centres de ressources.

Vous trouverez plus d’information concernant le Sudoc

CCfr : Catalogue collectif de France

Le CCFr donne un accès unique et simultanée à plusieurs grands catalogues français :

  • BnF-CG
  • Sudoc
  • La base Patrimoine : catalogue de plus de 5,9 millions de documents conservés dans près de 170 bibliothèques françaises,
  • Des bases de manuscrits et d’archives : le catalogue général des manuscrits (CGM), BnF Archives et manuscrits, le répertoire des manuscrits littéraires français du XXe siècle (Palme), et Calames (manuscrits conservés dans les établissements relevant de l’Enseignement supérieur),
  • Les catalogues de certaines bibliothèques municipales : Dijon, Limoges, Rennes, Bordeaux, Montpellier, les villes-centres de la région Rhône-Alpes à travers le catalogue Lectura (Bourg-en-Bresse, Chambéry, Grenoble, Lyon, Roanne, Saint-Étienne, Valence) et les onze bibliothèques patrimoniales de la Ville de Paris
  • RACHEL : catalogue collectif de sept bibliothèques spécialisées dans le domaine de la culture juive du réseau européen des bibliothèques judaica et hebraica,
  • Réseau Valdo : catalogue du réseau européen de bibliothèques d’institutions protestantes ou associées.

Par ailleurs, le Répertoire du CCfr (appelé aussi RNBFD pour Répertoire national des bibliothèques et des fonds documentaires) signale plus de 5000 bibliothèques françaises parmi lesquelles:

  • l’ensemble des bibliothèques municipales des villes de plus de 10.000 habitants,
  • l’ensemble des bibliothèques universitaires françaises (mise à jour grâce aux données du Répertoire du Sudoc)
  • toutes les bibliothèques signalant des collections dans le CCfr

Plus de 3 500 fonds constitués autour d’un donateur, d’un thème, etc. y sont également décrits.

WorldCat

WorldCat est généralement bien connu, même au-delà des initiés du PEB. Son origine états-unienne lui donne l’aura avantageuse de tout ce qui provient d’outre-atlantique et il s’appuie sur le réseau de bibliothèques regroupées dans OCLC, qui favorise de sa promotion mondiale. De plus, il existe au total 13 versions de la page d’accueil du site, en allemand, anglais, chinois simplifié, chinois traditionnel, espagnol, français, italien, japonais, néerlandais, portugais, tchèque et thaï, ce qui le rend nécessairement fort populaire dans ces diverses aires linguistiques.

2 milliard d’ouvrages seraient disponibles à partir de WorldCat qui permet de se connecter aux collections et aux services de plus de 10 000 bibliothèques à travers le monde. En fait, tout dépend des documents qualifié d’ouvrages (la version anglaise utilise item). Heureusement, la page d’accueil donne le détail : livres, dvd, cd, articles… Un peu de pratique permet de constater qu’un même document fait souvent l’objet de plusieurs notices bibliographiques différentes. Sont-elles chacune comptée pour un ouvrage ? Dans le cas contraire, ll faudrait alors revoir les 2 milliards à la baisse… Mais ce nombre qui impressionne, c’est bon pour la communication, alors, l’exactitude..

De plus, il existe quelques bémols à la lisibilité réelle des collections des bibliothèques du monde, ainsi que le suggère la vidéo ci-dessous à propos des bibliothèques françaises.

Vous l’aurez compris, je suis quelque peu critique vis à vis de ce méta-catalogue. Pourtant, je ne nie pas son utilité. C’est vrai que pour des recherches simples, il est efficace, et pousse même la prévenance jusqu’à vous indiquer la distance à laquelle se trouve les exemplaires trouvés. En effet, WorldCat sait d’où vous l’interrogez. Cela peut évidemment être utile, mais on peut à aussi être inquiet sur les dérives possibles. Big Brother n’est pas loin…

Il existe des tutoriels en ligne en anglais, où tout semble vraiment très simple…

… mais cherchez donc une version numérisée de la Stoechiophonie de Henri Joseph François Parrat. Je vous souhaite bien du courage. Et pourtant, il y en a au moins une.

KVK – Karlsruher Virtueller Katalog

Le Karlsruher Virtueller Katalog a été conçu par Institut de technologie de Karlsruhe qui ne peut s’appuyer sur un réseau comparable à celui d’OCLC pour faire sa promotion. De plus, ce méta-catalogue souffre de son origine allemande et du fait que son nom développé soit en allemand. Comme la plupart nos compatriotes ignorent superbement cette langue, beaucoup ne prennent même pas la peine de le tester. Ils ont bien tord, car une version de la page d’accueil est en anglais, langue généralement mieux connue des hexagonaux. De plus, sa page d’aide est traduite en 6 langues (français, anglais, chinois simpifié, espagnol, italien, japonais), il est vrai de manière un peu approximative. Il est ainsi parfaitement accessible à un grand nombre d’utilisateurs non-germanophones, pour peu qu’ils fassent preuve d’un peu de curiosité.

Le KVK dit assurer la détection de centaines de millions de livres, magazines et autres médias dans les bibliothèques et catalogues de commerce du livre dans le monde entier. Vous aurez remarqué qu’il annonce entre autres l’utilisation de catalogues de commerce (6). Il pourrait ajouter le recours à plusieurs de bases de documents numérisés (14). Quant aux bibliothèques, il est difficile d’en estimer le nombre, car les ressources les concernant sont généralement des catalogues collectifs régionaux ou nationaux, voire même des méta-catalogues transnationaux parmi lesquels… WorldCat ! Ce qui veut dire que le KVK peut permettre une exploration plus large que son concurrent, en utilisant celui-ci et des bases auxquelles ce dernier n’a pas accès ! Et pourtant, il ne prétend pas donner accès à plus de 2 milliard d’ouvrages. Louons sa modestie !

Là où je trouve le KVK particulièrement performant, c’est pour la recherche d’ouvrages numérisés en utilisant les Digitale Medien, les 14 ressources concernant des documents numérisés. Comme vous l’avez fait dans WorldCat, vous pouvez chercher maintenant une version numérisée de la Stoechiophonie de Henri Joseph François Parrat. Vous verrez que c’est beaucoup plus rapide…

Pour plus d’information, vous trouverez ci-dessous trois vidéos : d’abord deux versions d’un tutoriel, l’une en anglais,

… l’autre en allemand,

… puis une présentation en allemand par Michael Klems

Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire.

More Posts


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.