Quitter la Terre, une pièce de Joël Maillard entre rire et angoisse existentielle

Ce jeudi 17 octobre, à la salle Thélème de l’université de Tours, j’ai assisté avec délectation à Quitter la Terre, un excellent spectacle de Joël Maillard. En voici l’argument :

Il y a quelque temps, j’ai découvert dans une cave un carton rempli d’un chaos de documents divers qui constituent, si j’ai bien compris, les fondements d’une proposition ambivalente de “nouveau départ”, prévoyant l’extinction de la majeure partie de l’humanité devenue stérile, et la survie dans le cosmos de quelques poignées d’individus qui tiendraient des journaux intimes en écoutant de la musique qui calme.

Lire la suite

Cette pièce, qui débute comme une conférence loufoque pour dériver vers de la science-fiction délirante, oscille sans cesse entre rire et questions existentielles, avec une certaine inspiration borgesienne et des réminiscences du Fahrenheit 451 de Bradbury. Jouée par Joëlle Fontannaz et Joël Maillard de la compagnie SNAUT, elle a fait partie de la sélection suisse du festival Off d’Avignon 2018.

Créée en juiillet 2017, elle continue à tourner en France et en Suisse romande en alternant avec une autre pièce de Joël Maillard, Imposture posthume, qui semble être de la même veine de science-fiction existentielle, si j’en crois sa présentation :

En 2099, âgé de 121 ans, le cerveau particulièrement bien conservé grâce à la médecine régénérative, un certain Joël Maillard grave ses souvenirs (ou alors sa dernière pièce) sur un morceau de plastique (son assistant robotique n’ayant pas trouvé de papier).

Bien des siècles plus tard, des archéologues découvrent le manuscrit gravé par le vieux Maillard en 2099, qui est l’un des rares témoignages écrits relatifs à la vie sur Terre dans la seconde moitié du 21e siècle à n’avoir pas disparu…

Lire la suite

Je serais bien curieux de la voir aussi, si l’occasion s’en présentait. En tout cas, je vous recommande chaudement Quitter la Terre. C’est le genre de spectacle dont on sort en ayant l’impression d’être moins bête tout en s’étant amusé et qui donne à réfléchir tout en faisant rire. Comme le dit Joël Maillard, dans La Nouvelle République,

Je fais des spectacles « avec blagues », car je crois au pouvoir libérateur du rire et à son absolue nécessité,

Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire.

More Posts


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.