Romans de la fin d’un monde

Nous autres, civilisations, nous savons maintenant que nous sommes mortelles.
 
Nous avions entendu parler de mondes disparus tout entiers, d’empires coulés à pic avec tous leurs hommes et tous leurs engins ; descendus au fond inexplorable des siècles avec leurs dieux et leurs lois, leurs académies et leurs sciences pures et appliquées, avec leurs grammaires, leurs dictionnaires, leurs classiques, leurs romantiques et leurs symbolistes, leurs critiques et les critiques de leurs critiques. Nous savions bien que toute la terre apparente est faite de cendres, que la cendre signifie quelque chose. Nous apercevions à travers l’épaisseur de l’histoire, les fantômes d’immenses navires qui furent chargés de richesse et d’esprit. Nous ne pouvions pas les compter. Mais ces naufrages, après tout, n’étaient pas notre affaire.
 
Élam, Ninive, Babylone étaient de beaux noms vagues, et la ruine totale de ces mondes avait aussi peu de signification pour nous que leur existence même. Mais France, Angleterre, Russie… ce seraient aussi de beaux noms. Lusitania aussi est un beau nom. Et nous voyons maintenant que l’abîme de l’histoire est assez grand pour tout le monde. Nous sentons qu’une civilisation a la même fragilité qu’une vie. Les circonstances qui enverraient les œuvres de Keats et celles de Baudelaire rejoindre les oeuvres de Ménandre ne sont plus du tout inconcevables : elles sont dans les journaux.

Paul Valéry, La Crise de l’ Esprit, première lettre (1919)

Avant la fin du monde à laquelle j’ai consacré trois chroniques récécentes, il y a eu de multiples fins d’un monde au cours de la longue histoire de l’humanité. Fin de l’Empire perse face à Alexandre, fin de l’Empire romain d’Occident par pourrissement interne, fin de la Chrétienté médiévale avec la déflagration de la Réforme.

Plus près de nous, il y a eu, au tournant du XIXe et du XXe siècle, la formation d’états nationaux en Italie et en Allemagne puis la disparition des empires austro-hongrois et ottoman alors que la Première Guerre mondiale mettait fin à la communion des élites d’Europe dans le culte du progrès, de la sécurité et de l’immobilisme social. C’était Le monde hier regretté par Stefan Zweig, la soi-disant Belle Époque dont les mineurs de Courrières et les vignerons du Languedoc ont sans doute gardé un souvenir mitigé…

De ce monde disparu, plusieurs auteurs ont évoqué le souvenir, comme Joseph Roth pour le monde austro-hongrois (La Marche de Radetzky), Giuseppe Tomasi di Lampedusa pour l’Italie du Risorgimento (Le Guépard), Marcel Proust pour la France d’avant 1914 (La Recherche du temps perdu) et Heinrich Mann, sur un mode plus critique, pour l’Allemagne wilhelmienne (Le Sujet de l’Empereur). Les trois premiers ont fait l’objet voici quelques années d’un ouvrage collectif que je signale à votre attention :

Anna Saignes et Agathe Salha. (dir.) Romans de la fin d’un monde : Le Temps retrouvé de Marcel Proust, La Marche de Radetzky de Joseph Roth, Le Guépard de Giuseppe Tomasi di Lampedusa. Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2015.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.