L’Anthropocène ou l’homme comme facteur géologique

Parmi les mots qui s’inscrivent avec insistance dans notre vocabulaire ces dernières années, deux forment une alliance singulière. l’apocalypse, vieux mythe qui mobilise plus que jamais philosophes, spécialistes des sciences sociales et critiques littéraires, et l’anthropocène, concept de géologie qui suscite désormais la discussion chez les historiens, les géographes, les anthropologues, etc. Le couple qu’ils forment suggère à la fois la fascination de la fin, l’idée que « l’homme » en est responsable et la banalisation d’un certain fatalisme devant l’échelle des phénomènes ; comment lutter contre une ère géologique ?

Jean-Paul Engélibert, Fabuler la fin du monde

L’ouvrage de Jean-Paul Engélibert m’a incité à établir un programme de lecture sur les fictions d’apocalypse et à m’intéresser un peu à la notion encore récente et discutée d’anthropocène. Récente, car le mot ne date que du début des années 2000. Discutée parce que, même parmi ses partisans, tous ne sont pas d’accord sur le début de cette nouvelle ère, hésitant notamment entre le néolithique ou la révolution industrielle. Dans ce dernier cas, certains jugent qu’il est inapproprié de rendre l’humanité (anthropos) entière responsable de ce qui relève surtout du développement d’un certain genre de sociétés humaines, la société occidentale, capitaliste et industrielle. Aussi lui préfèrent-ils le mot capitalocène.

J’ai souhaité rassembler ici un peu de documentation sur la question. Peut-être cela vous intéressera-t-il ?

L’article fondateur

Paul J. Crutzen. La géologie de l’humanité : l’Anthropocène suivi d’un addendum de Jacques Grinevald, L’Anthropocène et la révolution thermo-industrielle, Écologie & politique, n° 34, p. 141-148 .

Une documentation pléthorique

Depuis 2002, de nombreux ouvrages sont parus portant sur l’anthropocène en général ou un de ses aspects. Le mot fleurit dans les titres des livres et une collection aux éditionx édition du Seuil porte ce nom. En France, l’Institut Monumentum, laboratoire d’idées créé en 2011 par Yves Cochet et Agnès Sinaï, se consacre particulièrement à cette question ainsi qu’à celles connexes de décroissance et de collapsologie. Au niveau international, le Groupe de travail sur l’Anthropocène, un réseau interdisciplinaire de chercheurs œuvrant pour la Commission internationale de stratigraphie, a multiplié les publications en anglais depuis 2002.

Dans ces conditions, vous comprendrez que les références ne manquent pas. Je ne vous en indique ici que quelques unes, en français et dans l’ordre chronologique inversé.

Rémi Beau et Catherine Larrère. Penser l’Anthropocène. Paris : Presses de Sciences Po, 2018.

Joel Candau « Anthropocène » (2018), in Anthropen.org, Paris, Éditions des archives contemporaines.

Alexander Federau. Pour une philosophie de l’anthropocène. Presses universitaires de France, 2017. Extraits.

Armel Campagne. Le Capitalocène : Aux racines historiques du dérèglement climatique. Paris : Editions divergences, 2017.

Julie Le Gall, Olivier Hamant, Jean-Benoît Bouron. Anthropocène, Géoconfluences, septembre 2017.

Frédéric Legault. Anthropocène ou Capitalocène? Quelques pistes de réflexion, L’Esprit libre, 12 juin 2016.

Chritophe Bonneuil. L’Anthropocène et ses lectures politiques, Les Possibles, n° 3 (2014).

Christophe Bonneuil et Jean-Baptiste Fressoz. L’événement anthropocène. La terre, l’histoire et nous. Paris, Le Seuil, 2013.

Jacques Grinevald, Le concept d’Anthropocène et son contexte historique et scientifique, Institut Monumentum, séminaire du 11 mai 2012. Aussi dans Entropia, no 12 (printemps 2012), p. 22-38.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.