Ne travaillez jamais ! La critique du travail en France de Charles Fourier à Guy Debord

Alastair Hemmens. Ne travaillez jamais ! La critique du travail en France de Charles Fourier à Guy Debord. Albi, Crise & Critique, 2019.

Présentation(s) de l’ouvrage

  • Pour une critique radicale du travail (septembre 2019) : dans le cadre de l’émission Liberté sur paroles sur Aligre FM 93.1, la journaliste Eugénie Barbezat s’est entretenue avec Alastair Hemmens autour de son ouvrage.

Sommaire de l’ouvrage

Préface d’Anselm Jappe

Introduction. Théorie marxienne et critique du travail

Chapitre 1. Charles Fourier, le socialisme utopique et le « travail attrayant »

Chapitre 2. Paul Lafargue, les débuts du marxisme en France et le Droit à la paresse

Chapitre 3. André Breton, l’avant-garde artistique et la « guerre au travail » du surréalisme

Chapitre 4. Guy Debord, l’Internationale situationniste et l’abolition du travail aliéné

Chapitre 5. Le nouvel esprit du capitalisme et la critique du travail en France après Mai 68

Conclusion. Nouvelles de nulle part, ou Une ère de repos

Index

Sur la fameuse formule de Guy Debord

Comme le rappelle Philippe Sollers (cf. L’art extrême de Guy Debord, Le Nouvel Observateur du 16 Octobre 1997) :

Debord, à 22 ans, en 1953, s’est amusé à tracer une inscription sur un mur de la rue de Seine : « Ne travaillez jamais !  » Il en publie la photographie, c’est du temps à l’état pur (quinze ans avant 68). C’est aussi un principe auquel il s’est tenu (bien qu’en un sens, plutôt chinois, on pourrait dire que personne n’a davantage travaillé que lui : « Ne rien faire, mais que rien ne soit pas fait »).

Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire.

More Posts


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.