Histoire du communisme, ou Réfutation historique des utopies socialistes : un ouvrage oubliable d’Alfred Sudre

Un spectre hante l’Europe : le spectre du communisme. Toutes les puissances de la vieille Europe se sont unies en une Sainte-Alliance pour traquer ce spectre : le pape et le tsar, Metternich et Guizot [1], les radicaux de France et les policiers d’Allemagne.

Quelle est l’opposition qui n’a pas été accusée de communisme par ses adversaires au pouvoir ? Quelle est l’opposition qui, à son tour, n’a pas renvoyé à ses adversaires de droite ou de gauche l’épithète infamante de communiste ?

Il en résulte un double enseignement.

Déjà le communisme est reconnu comme une puissance par toutes les puissances d’Europe.

Il est grand temps que les communistes exposent à la face du monde entier, leurs conceptions, leurs buts et leurs tendances; qu’ils opposent au conte du spectre communiste un manifeste du Parti lui-même.

C’est à cette fin que des communistes de diverses nationalités se sont réunis à Londres et ont rédigé le Manifeste suivant, qui est publié en anglais, français, allemand, italien, flamand et danois.

Vous avez tous reconnu le début d’une brochure célèbre dont le texte intégral peut facilement être trouvé sur internet. Cet opuscule, écrit par Karl Marx et Friedrich Engels et publié en février 1848, a été diffusé à l’origine sous le titre Manifeste du Parti communiste, puis republié sous le titre Manifeste communiste (plus d’infos sur Wikipédia).

Cette même année 1848, Alfred Sudre fait paraître son Histoire du communisme, ou Réfutation historique des utopies socialistes. L’ouvrage embrasse alors toute l’histoire des idées communistes de Sparte… à Proudhon (cf. Gallica). En 1850, la 4e édition comporte un chapitre supplémentaire… sur Pierre Leroux (cf. Google.fr). Pas un mot de Karl Marx et de Friedrich Engels, deux ans après la parution du Manifeste communiste, dont le titre suffisamment explicite aurait dû attirer l’attention de l’auteur… Plus surprenant encore, la 5e édition, parue en 1856, reste muette à leur sujet (cf. Google livres).

Selon des informations trouvées sur le site Textes rares, cela n’empêche pas l’ouvrage de recevoir dès 1849 le prix Montyon de l’Académie française. Dix ans plus tard, Sudre en offre un exemplaire à l’Académie des sciences politiques et morales lors de la séance du 29 janvier 1859 (1). Mais malgré ses nombreuses communications à l’Académie (2), il se présente vainement à l’Académie des sciences morales et politiques, pour la succession d’Alexis de Tocqueville, le 18 février 1860. 

Cependant, il jouit d’une certaine réputation auprès des rédacteurs de l’encyclopédie de l’abbé Migne. Ainsi pouvons nous lire dans le Dictionnaire des erreurs sociales (cf. Google) :

Il a paru, depuis deux ans, des ouvrages très-remarquables sur les doctrines nouvelles qui agitent la société européenne (1). L’un d’eux a été consacré à l’histoire complète du communisme, et, certes, ce livre, qui présente un ensemble du plus haut intérêt, a bien mérité le suffrage d’un illustre aréopage littéraire (2). Nous ne prétendons pas mêler des critiques aux justes éloges que méritent ces publication utiles. Nous croyons seulement devoir compléter ce qui a été fait jusqu’ici, en nous mêlant, nous, athlète obscur et inconnu, à cette croisade entreprise en faveur de la société. Notre but est de montrer qu’il faut enfin examiner s’il n’y a pas un véritable danger à continuer, au milieu des graves circonstances où nous sommes placés, à professer une admiration sans réserve pour la révolution française. […]

(1) Tels que l’Essai sur les réformateurs contemporains, par Louis Reybaud; l’ouvrage de M. de Valmy, intitulé : Du droit de la force et de la force du droit.

 (2) Nous voulons parler de l’Histoire du communisme, par M. Sudre, couronné par l’Académie française.

 Pourquoi s’intéresser à Alfred Sudre ? Parce que l’histoire des idées est faite aussi de cela, des semi-savants qui peuvent avoir en leur temps une certaine audience. Songez en d’autres temps et sur d’autres rivages idéologique à Trofim Lyssenko. Certes, Alfred Sudre n’a pas eu une audience comparable à celle de l’imposteur stalinien, mais la nébuleuse à laquelle il appartenait a eu une influence réelle dans les milieux intellectuels et autres du XIXe et du XXe siècle (3).

_______________________________________

 (1)  Un rapport sur cet ouvrage est fait par H. Passy et publié dans Séances et travaux de l’Académie des sciences morales et politiques, 1859, tome 47, pages 310-311.

 (2) Un exemple de ses travaux : un mémoire intitulé D’une nouvelle philosophie de l’histoire : la doctrine des races humaines, dont il donne lecture devant l’Académie des sciences politiques et morales en quatre séances de juin et juillet 1859, et qui est publié dans Séances et travaux de l’Académie des sciences morales et politiques, 1859, tome 48, pages 321-359 ; tome 49, pages 137-151 et 347-377 ; tome 50, pages 59-85 et pages 199-220.

 (3) Voir la bibliographie sur les ouvrages hostiles au socialisme et autres militantismes sociaux réalisée par Marc Angenot.

Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire.

More Posts


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.