La tulipe, une passion hollandaise vue par la littérature française

Au XVIIe siècle, l’engouement pour la tulipe ou tulipomanie fut tel qu’il entraîna en 1637 le premier krach boursier de l’histoire. En 1642, après le krach, le prix de la tulipe n’était plus qu’au dixième de sa valeur et cent ans plus tard à deux centièmes. Cependant, l’intérêt pour cette fleur ne se démentit pas au long du XVIIe siècle et quelques centaines d’années plus tard, les œuvres de plusieurs écrivains français s’en font encore l’écho.

Alexandre Dumas. La tulipe noire. 1850

Dans cet ouvrage dont l’action se passe 35 ans après le krach de 1637, la tulipe n’a rien perdu de son pouvoir de fascination, surtout pour le héros qui cherche à créer une nouvelle variété, objet de bien des convoitises.

Miguel Zamacoïs. La fleur merveilleuse . 1910

Cette pièce en quatre actes est surtout connue pour un poème, L’accent, morceau de bravoure du valet Gobelousse. Pourtant, elle ne se limite pas à cela.

Olivier Bleys. Semper Augustus. 2007

L’action du roman se situe en pleine tulipomanie où des fortunes se font et se défont en quelques heures sur ce marché volatil où un seul bulbe de Semper Augustus – une tulipe légendaire à l’éclat sans pareil – vaut autant qu’un palais.

Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire.

More Posts


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.