A propos du Projet d’une loi portant défense d’apprendre à lire aux femmes de Sylvain Maréchal

La Révolution française et l’Empire ne furent pas pour les femmes un temps d’émancipation, bien au contraire. Même parmi les révolutionnaires les plus intransigeants, la misogynie était fort répandue. Considéré un des précurseurs de l’anarchisme et du communisme, Sylvain Maréchal participa à la Conspiration des Egaux dont il rédigea le Manifeste avec Gracchus Babeuf. Athée lui-même, il est aussi l’auteur d’un Dictionnaire des Athées anciens et modernes dont la première édition date de 1800. Toute ces belles idées « progressistes » ne l’ont pas empêché de faire paraître l’année suivante un Projet d’une loi portant défense d’apprendre à lire aux femmes.

Est-ce de l’ironie ?

Ce texte, que je vous invite à découvrir sur Gallica ou sur Wikisource, m’a d’abord laissé songeur. Fallait-il le prendre au premier degré ou au contraire le considérer comme une satire pro-féministe ? Après tout, certains passages font un peu penser au fameux De l’esclavage des nègres de Montesquieu qui est une charge anti-esclavagiste sous le masque d’une absurde apologie de l’esclavage. Voyez plutôt ce passage de Maréchal

Considérant :
62o. Que chez les sages Égyptiens, sur les bords du Nil, on ne voyait pas, comme sur les rives de la Seine, les femmes sortir de leurs maisons et quitter le berceau de leurs enfans, pour aller apprendre à lire à l’école d’un pédant ex-moine.

… et celui-ci, de Montesquieu :

On peut juger de la couleur de la peau par celle des cheveux, qui, chez les Egyptiens, les meilleurs philosophes du monde, étoient d’une si grande conséquence, qu’ils faisoient mourir tous les hommes roux qui leur tomboient entre les mains.

A l’instar de son illustre prédécesseur, le texte de Sylvain Maréchal ne relève-t-il pas de l’ironie, cet art de la langue et de l’esprit bien oublié aujourd’hui, mais dont les hommes de lettres du XVIIIe siècle furent sans conteste les maîtres ?

La misogynie n’est pas soluble dans les idées progressistes

Voici ce que je pensais dans un premier temps. J’ai dû réviser cette opinion en lisant une note critique de Rebecca Rogers dans le n° 161 d’octobre-décembre 2007 de la Revue française de pédagogie au sujet deux rééditions parues cette année-là. En voici quelques extraits, mais je vous invite à lire l’article en entier :

La longue introduction de Bernard Jolibert confirme l’interprétation dominante classique de ce texte : malgré les idées progressistes de Maréchal, auteur en particulier du Manifeste des égaux en 1796, et malgré le ton plaisant de son texte, celui-ci est convaincu de l’infériorité des femmes et souhaite les cantonner à la sphère familiale. […]

Les cent treize considérations qui précèdent les quatre-vingts articles de la loi sont dans la lignée d’une tradition d’idées misogynes et sexistes concrétisées pour certaines dans le Code civil de Bonaparte en 1804. Si l’auteur sait incontestablement qu’une loi prohibant la lecture aux femmes n’a pas véritablement de sens, le fond de sa pensée s’appuie sur des idées qui auront la vie longue. […]

Après tout, pourquoi en serait-il autrement ? Les idées « avancées » ne font pas toujours bon ménage avec le féminisme. Jean-Jacques Rousseau, chez qui Maréchal puise une partie de son inspiration, écrit déjà dans l’Emile :

[Les femmes] doivent apprendre beaucoup de choses, mais seulement celles qu’il leur convient de savoir […] Ainsi toute l’éducation des femmes doit être relative aux hommes.

Plus tard, au cours du XIXe et du XXe siècle, Proudhon s’est fait remarqué pour sa misogynie et August Strinberg n’a pas été tendre avec les femmes dans son Petit catéchisme à l’usage de la classe inférieure. Quant au Sénat, il a rejeté en 1922, sur un rapport défavorable du radical-socialiste et franc-maçon Alexandre Bérard, une proposition de loi pour le suffrage intégral des femmes adoptée au sortir de la Grande Guerre par la Chambre des députés bleu horizon. C’est à vous dégoûter d’être progressiste…

Les réactions contemporaines au texte

Sylvain Maréchal concluait ainsi son introduction au Projet :

Nota. Celles d’entre les femmes qui prendront à cœur ce projet de Loi, pourront se permettre les réclamations, et sont invitées à les adresser au Rédacteur : il s’empressera d’y faire droit, autant que possible.
Mais il prévient qu’il ne répondra aux injures, que par son silence accoutumé : des injures ne sont point des raisons.

Selon Bernard Jolibert et Michelle Perrot, le texte a été pris au sérieux par les contemporains et il y eut au moins deux réponses connues, toutes deux écrites par des femmes : Marie-Armande Gacon-Dufour, plutôt modérée, et Albertine Clément-Hémery, plus violente :

Pour en savoir plus
Sur Sylvain Maréchal

Maurice Dommanget, Sylvain Maréchal. L’Égalitaire. L’Homme sans Dieu. Sa vie. Son œuvre (1750-1803), éditions Spartacus, Paris, 1950. Réédition éditions Spartacus, Paris, 2017.

C. A. Fusil. Sylvain Maréchal, ou l’homme sans Dieu. Paris, Plon,1936.

Voir aussi les notices biographiques du site Athéisme l’homme debout (avec de nombreuses citations) et surtout du Maitron en ligne.

Sur le Projet et le féminisme au début du XIXe siècle

Geneviève Fraisse. Opinions de femmes, de la veille au lendemain de la Révolution française (textes de M.-A. Gacon-Dufour, O. de Gouges, C. De Salm, A. Clément-Hémery & F. Raoul). Paris : Côté-femmes éditions, 2007. Réédition avec la préface de 1989.

Geneviève Fraisse. Muse de la raison, démocratie et exclusion des femmes en France. Paris Gallimard,1989, Folio-Gallimard 1995.

Sylvain Maréchal. Projet d’une loi portant défense d’apprendre à lire aux femmes (1801) suivi des réponses de Marie-Armande Gacon-Dufour et Albertine Clément-Hémery. Textes présentés par Bernard Jolibert. Paris, L’Harmattan, 2007. Les réponses de Marie-Armande Gacon-Dufour et Albertine Clément-Hémery :

Sylvain Maréchal. Projet d’une loi portant défense d’apprendre à lire aux femmes. Postface de Michelle Perrot. Paris : éd. Mille et une nuits, 2007.

Rebecca Rogers, « Maréchal Sylvain. Projet d’une loi portant défense d’apprendre à lire aux femmes (1801) suivi des réponses de Marie-Armande Gacon-Dufour et Albertine Clément-Hémery / Maréchal Sylvain, Projet d’une loi portant défense d’apprendre à lire aux femmes », Revue française de pédagogie, n° 161, octobre-décembre 2007, p. 128-129.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.