Le zouave Coco et les monuments aux morts de la guerre franco-prussienne

Juste à côté de la tombe de mes grands-parents, au cimetière de Montigny-lès-Arsure, se trouve celle du zouave Coco. Si vous n’avez aucun lien avec le pays d’Arbois, il y a peu de chances que vous ayez déjà entendu ce nom. En cliquant sur la photo ci-dessous, extraite du site Fans de Franche-Comté, vous apprendrez en quelles circonstances ce natif du Chesne dans les Ardennes est devenu pour son malheur une figure locale du pays d’Arbois.

Je vous résume en deux mots. Léopod Coco est tonnelier à Lunéville, quand il est mobilisé en 1870 dans le 1er régiment de Zouaves. Lors de la déroute de l’armée de Bourbaki, il se retrouve avec quelques soldats près de Montigny. Le 25 janvier 1871, il tient à respect, avec son Chassepot, tout un détachement prussien, jusqu’à sa dernière cartouche, jusqu’au dernier coup de crosse. Il meurt massacré par les ennemis rendus furieux par la résistance d’un seul homme.

De ce triste épisode restent sa tombe et le petit tertre renforcé de pierres d’où il a résisté à l’assaut. Cette “tour du zouave Coco” a été entièrement restaurée par les scouts de France de Haillerourt Nancy en 1988. Plus récemment, le 26 janvier 2019 a eu lieu à Arbois une journée Bourbaki par la Compagnie la Courbière au cours de laquelle a été honoré son fait d’armes. Un joli album de photos en ligne en a été tiré. Au Chesne, sa commune d’origine, une rue porte son nom et un monument “Au zouave Coco” a été élevé à son nom et à celui des cinq victimes Chesnoises de la guerre de 1870.

Voici qui m’incite à m’intéresser aux monument aux morts de cette guerre, moins connus que ceux de la Grande Guerre. Comme j’ai pu le lire sur Fontesdart.org :

Ces monuments sont moins nombreux : certainement d’abord parce qu’il y a eu moins de morts. La répartition des pertes est très différente de celle de la Grande Guerre. Cela expliquera que les monuments sont placés dans les grandes villes, ou dans les chefs-lieux de canton, rarement dans les villages.
Ensuite, parce que la guerre a été une guerre perdue, celle du Second Empire ; le phénomène d’appropriation par les citoyens est moins fort que ce que l’on mesurera quelques décennies plus tard.
Ce qui vient conforter cette hypothèse, c’est le déroulement chronologique. Les monuments ne sont pas construits tout de suite. Il y a un temps de latence, où la défaite est intériorisée. []

Si le monument national commémoratif de la guerre de 1870 de Mars-la-Tour (Meurthe-et-Moselle) inauguré dès novembre 1875 a été édifié avec le soutien du président de la République le Maréchal Mac-Mahon, et devient un lieu de pélerinage patriotique sur la frontière, la plupart ont été érigés plus tardivement, d’initiatives privées, à partir cours de la fièvre nationaliste qui a saisi le pays au temps du boulangisme (1885-1889) pour perdurer jusqu’en 1914, leurs inaugurations donnant lieux à de véritables fêtes de la Revanche.

Voici quelques exemples :

Sachant qu’il existe 900 monuments aux morts de la guerre de 1870-1871, je vous propose ici quelques pistes pour compléter les exemples ci-dessus :

Lire aussi :

Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire.

More Posts


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.