Quelques éloges paradoxaux

Voici quelques années, j’avais abordé le thème des éloges paradoxaux dans plusieurs chroniques. Je viens d’en découvrir toute une collection publiée par Hachette en 1925 et 1926.

Sur treize auteurs, cinq – Abel Bonnard, Émile Henriot, Eugène Marsan, Francis de Miomandre et Jean-Louis Vaudoyer – sont issus du club des Longues moustaches, qui, entre 1908 et 1911, réunissait des écrivains français autour d’Henri de Régnier au Caffè Florian à Venise. Or l’auteur de l’Éloge de la coquetterie, Gérard d’Houville, est en fait Marie de Heredia, la femme d’Henri de Régnier. Est-ce un hasard ou l’indice d’un réseau littéraire ?

Certains de ces ouvrages sont disponibles en ligne dans la bibliothèque électronique de Lisieux. A noter entre autre un Éloge de la paresse, sujet sur lequel je reviendrai sans doute prochainement.

LES ÉLOGES
*
**
Éloges des défauts

TOUT est dans tout. Chaque vertu a son avers, comme une médaille ; et des poisons les plus noirs d’experts praticiens tirent habilement des remèdes capables de guérir. Cette considération nous a fait penser qu’il serait excessif de condamner toujours sans appel les défauts que l’on voit habituellement aux personnes appelées à vivre en commun, c’est-à-dire à toutes celles qui composent la société.
  Que penserait-on d’un homme que l’horreur entière du mensonge obligerait à dire toujours la vérité? Il finirait en cour d’assises, sous l’accusation de calomniateur et perturbateur de la paix publique. Que pourrait-on attendre d’une femme qui ne serait point un peu coquette ? D’un causeur qui se défendrait d’être médisant ? D’un savant qui n’aurait pas de curiosité ? D’un amphitryon qui ne serait pas lui-même adonné à la gourmandise ? D’un homme d’esprit qui ne saurait pas être bête quand il faut ? Ils tourneraient tous bientôt à la misanthropie la plus hypocondre et seraient à fuir, comme Alceste, dont c’est l’erreur d’être à ce point intransigeant sur la vertu.
  Philinte n’est pas moins honnête ; mais il sait mieux user des hommes, et ne déteste rien tant que l’excès. C’est pour lui que nous avons entrepris cette petite collection d’éloges des défauts commodes, utiles, nécessaires, qui s’appellent la Médisance, la Gourmandise, la Frivolité, le Mensonge, la Coquetterie, etc…
  Sous le voile transparent de l’ironie, la morale la plus difficile y trouvera son compte et sera très exactement, servie. Mais, pour une fois, avec gaieté, ce dont nul ne pourra se plaindre.
LES ÉDITEURS

Éloge du DÉSORDRE, par Gérard BAUER.
Éloge de LA FRIVOLITÉ, par André BEAUNIER.
Éloge de L’IGNORANCE, par Abel BONNARD.
Éloge du SNOBISME, par Marcel BOULENGER.
Éloge de LA COQUETTERIE, par GÉRARD D’HOUVILLE.
Éloge de LA CURIOSITÉ, par Émile HENRIOT.
Éloge de LA MÉDISANCE, par Abel HERMANT.
Éloge de LA BÊTISE, par Louis LATZARUS.
Éloge de LA PARESSE, par Eugène MARSAN.
Éloge de LA LAIDEUR, par Francis DE MIOMANDRE.
Éloge du MENSONGE, par Étienne REY.
Éloge de L’ÉGOÏSME, par Paul SOUDAY.
Éloge de LA GOURMANDISE, par Jean-Louis VAUDOYER.

Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire.

More Posts


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.