Une exposition d’estampes japonaises à Aix-en-Provence et quelques références bibliographiques sur le sujet

Extrait des Trente-six vues du mont Fuji: Ejiri dans la province de Suruga / Katsushika Hokusaï

Si vous passez par ma ville d’origine, je vous conseille d’aller voir à l’hôtel de Caumont une exposition consacrée aux maîtres de l’estampe japonaise, Hokusaï, Hirorishige, Utamaro et quelques autres. Les œuvre exposées sont pour la plupart issues de la collection de Georges Leskowicz consacrée à l’art de l’ukiyo-e.

Voir l’article de présentation sur le site de la revue.

Un numéro hors-série de Connaissance des arts ainsi qu’un catalogue sont consacrés à cet événement culturel qui doit durer jusqu’au 22 mars 2020.

Pour compléter la documentation sur le sujet, je vous renvoie à ma tentative de webographie sur les estampes japonaises de l’ukiyo-e au japonisme ainsi qu’aux nombreux livres figurant dans le catalogue de la BnF.

Je voudrais aussi vous signaler l’excellentissime ouvrage de Roni Neuer, Herbert Libertson et Susugu Yoshida, Ukiyo-e : 250 years of japanese art. Ce livre a eu plusieurs éditions à partir de 1978 chez Mayflower Books et Gallery Books que vous trouverez ici et là sur internet. J’en avais acquis un exemplaire au sortir de l’adolescence à la librairie Aix-libris, aujourd’hui disparue -les moins de trente ans ne peuvent pas connaître… – et cette exposition a été une bonne occasion de le redécouvrir.

Les mêmes auteurs ont également publié chez Flammarion en 1985 Ukiyo-e : 250 ans d’estampes japonaises, repris en 2002 sous le titre Estampes japonaises : images du monde flottant. Si je me souviens bien, cette édition française accorde une certaine part aux shunga, gravures érotiques absentes des éditions anglo-saxonnes, plus pudibondes. Il est vrai que pour nos compatriotes, l’expression « estampes japonaises » est des plus ambigües. Mieux vaut jeter un voile pudique sur cet aspect de la question…

Pour terminer, je signalerai un ouvrage d’Andreas Marks paru en novembre dernier aux éditions Taschen. Il s’agit de Japanese woodblock prints in 200 masterpieces : from Ukiyo-e to Shin Hanga, une édition trilingue allemand-anglais-français, regroupant 200 estampes reproduites dans un très grand format (40X29 cm) pour mieux en apprécier les détails avec notamment 17 pages dépliables.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.