Le Réfractaire amoureux

Agrandir l’image

L’estampe ci-dessus date des année 1792-1794. C’est un des deux exemplaires (NB : l’autre est sans lettres) figurant dans un des 169 recueils d’estampes relatives à l’histoire de France de la collection Michel Hennin de la BnF, pour être précis dans le tome 123 qui contient un grand nombre de gravures des années 1789-1794. Léguée en 1863 par Michel Hennin au département des Estampes de la Bibliothèque Impériale, cette collection est avec celle du baron de Vinck une les deux grandes collections d’estampes d’Histoire de France. Elle ne comporte pas moins de 14807 pièces allant de 1650 à 1820 (cf. Henri Bouchot, Le Cabinet des estampes de la Bibliothèque nationale : guide du lecteur et du visiteur).

Dans le fascicule 2 des Gravures françaises du XVIIIe siècle : ou, Catalogue raisonné des estampes, vignettes, eaux-fortes, pièces en couleur au bistre et au lavis, de 1700 à 1800 consacré à Augustin de Saint-Aubin, Emmanuel Bocher donne la description suivante d’un exemplaire du Réfractaire amoureux :

456. LE RÉFRACTAIRE AMOUREUX. — A G., dans l’entre-bâillement des rideaux d’un lit, un jeune abbé, tenant d’une main son rabat, de pr. à D., se penche en avant pour porter amoureusement la main sur l’épaule d’une jeune fille couchée sur son lit, à moitié nue, sa chemise en désordre, les seins et les jambes décou- verts. Elle a son bonnet sur la tête, et se détourne en riant. A D., une petite tasse sur une table de nuit, et, sur un tabouret, un chien vu de dos. — Médaillon ovale, entoure d’un encadrement rectangulaire avec tablette inférieure. Les armes qui sont en B., au milieu de la tablette, sont figurées par un rabat déchiré et une crosse renversée. — H. 0 m 260, L. 0 m 204.

LE RÉFRACTAIRE AMOUREUX.
C’est sur cette Autel où Je prête le serment.

Se vend à Paris rue du petit Bourbon près la Foire St Germain n° 23.

1er État. Avant toutes lettres.
2e — Celui qui est décrit.
3e — En B., au-dessous de l’encadrement, au M. : Dessiné et gravé par Aug. de St Aubin de l’Académie Royale de Peinture et Sculpture , Graveur du Roi et de sa Bibliothèque. Au-dessous : C’est sur cette Autel où Je prête le serment. Et au-dessous : A Paris, chez Marel. | Déposé.

A noter que dans Les estampes du XVIIIe siècle, école française : guide-manuel de l’amateur de Gustave Bourcard et Paul Eudel, il est même question d’un 4e état où la figure de l’abbé est remplacée par celle d’un officier….

Le réfractaire amoureux est une des multiples publications parues à partir de 1790 au sujet des prêtres qui refusaient de prêter serment à la Constitution civile du clergé et essentiellement contre eux . Selon Jules Renouvier (cf. Histoire de l’art pendant la Révolution, considéré principalement dans les estampes, Veuve Jules Renouard, 1863, réédition Slatkine, 1996), elle viserait plus particulièrement l’abbé Maury, un farouche adversaire de la Révolution brocardé dans la Complainte de l’abbé Maury.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.