Neige, un poème de Mao Zedong

Neige, sur l’air de « Printemps au Jardin de Qin » février 1936

Vue du pays du Nord,
Mille lis que la glace enferme,
Dix mille lis de neige tourbillonnant.
Là-bas, en deçà, par-delà la Grande muraille,
Rien que la steppe à perte de vue ;
Du Grand fleuve, de l’amont à l’aval,
Le flot impétueux s’est soudain figé. […]

Suite de la traduction et texte original, dans l’article de Céline Wang, Controverse autour d’un poème de Mao Zedong « Neige, sur l’air de “Printemps au jardin de Qin” », Études chinoises. 漢學研究, n° 27, p. 11-40.

Autres copies de l’article : copie 1 ; copie 2.

Une autre traduction :

Paysage du Nord :
Mille lis de glace scellés,
Dix mille lis de neige en volée .
De la Grande Muraille, au dedans, au dehors,
Rien qu’une blanche immensité sans bord.
Le grand Fleuve, en amont, en aval,
Perd soudain ses impétueux élans. […]

Lire la suite sur le site Mao Zedong.

Ce poème est extrait de Mao Tsé-toung, Poésies complètes

Autres poèmes de Mao Zedong

Dix poèmes de Mao Tsé Toung, traduction de Philippe Sollers, première publication: Tel Quel n°40, Hiver 1970, repris dans Sur le matérialisme, Seuil.

Le Mont Jinggang, 1928.

Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire.

More Posts


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.