Relire Face aux feux du soleil au temps du corona

Face aux feux du soleil (titre original : The naked sun) d’Isaac Azimov fait partie du cycle des Robots. Pour être précis, il s’agit de la suite des Cavernes d’acier, qui met en scène le tandem formé par l’inspecteur Lije Baley et son collègue R. Daneel Olivaw. R. pour Robot, car R. Daneel est un androïde.

Pourquoi s’intéreser à cet ouvrage ? C’est que m’est revenue en mémoire une des caractéristiques les plus frappantes de Solaria, la planète où se déroule la deuxième enquête de notre duo de policiers : les habitants y sont habitués dès l’enfance à ne communiquer que par les moyens de télécommunication (écrans, hologrammes) et à n’avoir aucun contact physique direct. Cela ne vous rappelle rien, en ces temps de réseaux sociaux omniprésents et de distanciation sociale décrétée d’en haut ?

Les Solariens développent ainsi une phobie de la promiscuité, non seulement par crainte d’une infection microbienne, mais aussi et surtout parce que leur vie isolée les a rendus psychologiquement inaptes à tout contact avec un autre individu. Plutôt mourir que d’affronter une telle éventualité…

Pour en savoir plus sur ce roman, je vous encourage à lire la présentation qu’en donne Jean-Noël Lafargue sur Le dernier blog. J’y ai notamment appris les deux faits suivants.

Dans Ignis, Didier de Chousy a déjà décrit une société de la communication d’où les rencontres physiques sont très limitées. Jean-Noël Lafargue consacre également un article à cet ouvrage sur son blog, article que vous pouvez compléter avec celui d’Andé Lange sur le site Histoire de la télévision. Encore une belle lecture en perspective ! L’édition originale, de 1883, et la 3e édition, parue l’année suivante, sont accessibles sur Gallica. Quant à celle de 1981, chez Slatkine, ou de 2008, chez Terre de brume, je pense que vous en trouverai bien un exemplaire en librairie, en bibliothèque ou chez un bon bouquiniste, quand ces lieux de perdition non indispensables rouvriront enfin… mais, par les temps qui courent, surtout pas chez Amazon, ces esclavagistes modernes !

L’historien de l’informatique et théoricien de la communication Philippe Breton s’est intéressé au roman d’Azimov dans son livre L’utopie de la communication, car la société solarienne lui semble très pertinente pour évoquer l’évolution de notre société actuelle et l’utopie cybernétique de Norbert Wiener. Ce qu’il résume par cet apophtegme à méditer (vous avez trois heures…) :

Les êtres, dans une société de communication, sont faiblement rencontrants et fortement communicants

Philippe Breton


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.