Le bibliothécaire idéal selon un livre de 1828

Voici une trouvaille de Juliette Jestaz de la Bibliothèque historique de la Ville de Paris. Grand merci à elle d’en avoir fait profiter les membres de la liste bibliopat. Mais lisez plutôt.

Bonjour,

Je vous fais partager cette définition, qui reste toujours intéressante, me semble-t-il, donnée par le bibliothécaire Jean-Louis Bailly en 1828, dressant le portrait de Bonamy, le premier bibliothécaire de la Ville de Paris, qui officia de 1763 à 1770 dans la bibliothèque installée hôtel de Lamoignon (siège actuel de la Bibliothèque historique de la Ville de Paris) :

(Sa première phrase est très alambiquée).
“Il ne faut pas qu’on s’imagine qu’un bibliothécaire public ne soit, en raison d’un savant, que ce qu’est, par rapport à un livre, la table dés matières; il ne suffit pas pour lui de connaître sa bibliothèque, il faut qu’il soit lui-même une espèce de bibliothèque vivante. Sans parler de la bibliographie qui, grâce à l’activité infatigable de la presse, devient tous les jours une plus vaste nomenclature, il a besoin d’une érudition assez variée, pour n’être étranger à aucun genre de savoir; d’une érudition qui embrasse assez de détails pour qu’il soit en état d’indiquer à ceux qui viennent le consulter sur les ouvrages qu’ils entreprennent, les sources où ils peuvent puiser; d’une sagacité rare pour deviner les énigmes des consultans, et redresser leurs à-peu-près; d’une politesse, d’une patience à toute épreuve, pour écouter, sans rire, des questions ridicules ; pour apprendre aux ignorans ce qu’ils doivent demander; pour leur prêter son savoir, et les renvoyer satisfaits de celui qu’ils s’attribuent : toutes ces qualités se trouvèrent dans M. Bonamy.”

J’apprécie particulièrement “pour apprendre aux ignorans ce qu’ils doivent demander”, et “les renvoyer satisfaits (du savoir) qu’ils s’attribuent”… où l’on retrouve cette bienveillance teintée d’arrogance qui nous menace si souvent.

J.-L. Bailly, Notices historiques sur les bibliothèques anciennes et modernes , suivies d’un tableau comparatif des produits de la presse de 1812 à 1825 et d’un recueil de lois et ordonnances concernant les bibliothèques, Paris, 1828, p. 125
https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k54898318/f136.image



Citer ce billet
Jean Stouff (2020, 31 mars). Le bibliothécaire idéal selon un livre de 1828. Biblioweb. Consulté le 26 février 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/lzm6

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.