De la rapacité des ayants-droits (suite)

Je vous ai entretenu, voici quelques temps, de tout le mal que je pensais des ayant-droits. J’ai découvert récemment une preuve de plus de leur extrême nocivité. Voir ci-dessous que j’ai pu lire sur le site de l’association En Envor. Il serait temps que les associations à vocation culturelle et/ou scientifique soient protégées contre les excès de la sphère juridico-commerciale qui mettent en danger leur existence. Mais, lisez plutôt :

LA FIN D’UNE BELLE AVENTURE

Nos lecteurs les plus assidus l’auront sans doute remarqué : ni le site enenvor.fr ni les comptes Facebook et Twitter qui y sont associés n’ont été actualisés depuis le 17 septembre 2019. La raison en est simple. Le 17 septembre 2019, l’association En Envor, l’histoire contemporaine en Bretagne, structure éditrice d’En Envor, revue d’histoire contemporaine en Bretagne, et du site internet enenvor.fr, a été volontairement dissoute par ses membres.

C’est donc la fin d’une merveilleuse aventure. Bien sûr, nos regrets sont immenses mais ce qui prime, aujourd’hui, c’est le plaisir d’avoir navigué pendant des années avec vous, d’avoir transmis et partagé, bref d’avoir eu l’immense bonheur de faire de l’histoire. Néanmoins, nous vous devons quelques explications quant au choix qui a été le nôtre.

L’affaire remonte à l’hiver 2018-2019, période pendant laquelle nous avons de notre propre chef, sans avoir sollicité qui que ce soit ni réclamé quoi que ce soit, écrit sur le site tout le bien que nous pensions de l’exposition « Robert Doisneau, l’œil malicieux » présentée au Musée des beaux-arts de Quimper. Il s’agissait donc d’une publicité complètement gratuite et sans aucune contrepartie financière – nous avons même payé notre propre billet.

Afin d’illustrer notre propos et de sensibiliser au mieux nos lecteurs, nous avons accompagné notre texte de deux clichés de Robert Doisneau faisant partie de l’exposition : « Bigoudène place Bienvenüe » et « Le baiser de l’hôtel de ville ». Ce fut, sans le savoir, notre arrêt de mort.

Se basant sur le code L.122-4 du Code de la propriété intellectuelle, l’agence de photographie Gamma Rapho, par l’intermédiaire du cabinet d’avocats Harlay, nous a réclamé à l’été 2019 une somme avoisinant les 4 000€ au titre des droits d’exploitation de ces deux clichés.

Nous avons eu beau expliquer qu’aucune transaction financière n’avait eu lieu entre notre site et le Musée des beaux-arts de Quimper, que nous n’avions en conséquence réalisé aucun bénéfice financier à partir de ces clichés – d’ailleurs abondamment employés par la presse pour assurer la promotion de cette exposition – nous n’avons pas réussi à convaincre de notre bonne foi. L’état de nécessité qui était le nôtre, à savoir informer nos lecteurs et assurer bénévolement, à la hauteur de nos faibles moyens, la réclame d’une magnifique exposition, n’est manifestement pas celui des ayants-droits de l’illustre photographe.

C’est cela qui nous a conduit, le 17 septembre 2019, à dissoudre l’association En Envor, l’histoire contemporaine en Bretagne. La procédure administrative est en cours et donnera très prochainement lieu à une publication au Journal officiel des associations et fondations d’entreprise. Le site sera en ligne pendant quelques semaines encore puis disparaitra définitivement d’internet avant d’être versé dans un service d’archives.

Nous tenions à vous informer de cette décision aujourd’hui, dimanche 22 septembre 2019, pour vous montrer que la réalité des Journées du patrimoine n’est assurément pas la même pour tout le monde. Mais ne vous inquiétez pas : nos chemins historiens se prolongeront, forts de tout le bonheur que vous nous avez donné en nous lisant


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.