Les naturiens, précurseurs de la décroissance et du végétalisme

On pourra perpétuellement décapiter des rois, déposer des empereurs, éventrer des présidents de la République, la situation restera la même tant qu’il y aura des mines, des usines et des chantiers. Tant que l’artificiel établi pendant des siècles d’esclavage sera considéré comme base de système de vie, il y aura exploitation de l’homme par l’homme, il y aura spoliation, sans parler de la dégradation toujours continue et aggravée de la Nature.

Émile Gravelle

J’ai trouvé la citation ci-dessus dans un article fort intéressant du blog de Gallica consacré à un éphémère mensuel de la fin du XIXe, Le Naturien. Lancé en mars 1898 par l’anarchiste individualiste Émile Gravelle, il fait suite à La Nouvelle humanité que ce dernier avait fondé en 1894 Henri Zisly et Henri Beylie. Issus de l’anarchie, les naturiens développent une critique de la modernité industrielle qui conserve encore aujourd’hui toute sa pertinence prophétique et fait d’eux les précurseurs de l’écologie radicale et de la décroissance, ainsi que du végétalisme développé chez les néo-naturiens des années 1920, comme Louis Rimbaud, notamment dans les revues Le Néo-Naturien (1922-1927) fondé par Henry Le Fèvre et Le Végétalien (1924-1929) de Georges Butaud et Sophie Zaïkowska.

Petite bibliographie chronolgique pour aller plus loin

Henri Zisly. « Naturianisme », in Sébastien Faure (dir.), Encyclopédie anarchiste, 1930-1934.

Naturiens, végétariens, végétaliens et crudivégétaliens dans le mouvement anarchiste français (1895-1938), supplément au n° 9, série IV, de la revue Invariance, paru en Juillet 1993.

Louis Rimbault & « Terre Libérée », 1923-1949, Les brochure de l’En-dehors, 2005. Le même extrait à propos d’une une expérience végétalienne et anarchiste en Touraine sur les sites La Rotative et Socialisme libertaire.

Arnaud Baubérot.

Éléments d’histoire du végétarisme en France, n° 2 des Cahiers de l’Association végétarienne de France, 2014.

François Jarrige. Gravelle, Zisly et les anarchistes naturiens contre la civilisation industrielle, Le Passager clandestin, 2016. Fait partie de la collection Les précurseurs de la décroissance.

Le Naturien : fac-similé de la collection complète du journal (1898), suivi de L’ordre naturel : clameurs libertaires antiscientifiques (1905), précédé de L’écologie en 1898 par Tanguy L’Aminot, Éditions du Sandre, 2018.

Matthieu Giroux. « Le Naturien : des anarchistes parisiens à l’avant-garde de l’écologie », PhiLitt, 14 janvier 2019.

Nicolas Casaux. « Les natu­riens, précur­seurs d’une critique de la civi­li­sa­tion », Le Partage, 2 mars 2019.

Ne pas oublier, puisqu’il s’agit d’anarchistes, le Dictionnaire des anarchistes inclus dans Le Maitron ou le Dictionnaire des militants anarchistes initié par René Bianco du CIRA de Marseille.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.