Le parisianisme, voilà l’ennemi

Comme je l’écrivais dans une précédente chronique, les accents régionaux sont issus de langues régionales disparues ou en voie de disparition pour des raisons tant politiques (jacobinisme) que sociales (parisianisme). Cependant, dans ce couple mortifère, le parisianisme est de loin le plus insidieux et le plus dangereux, car il gangrène l’esprit de bien des Français, Parisiens ou non, s’étendant ainsi à tous les domaines de la vie sociale, alors que le jacobinisme ne repose que sur des décisions et des institutions politiques.

Une démonstration de cette tournure d’esprit a été donnée une fois de plus le 17 avril 2019, à l’occasion du décès de Christophe. Au journal de France 2, Jean-Miche Jarre, dont on peut par ailleurs apprécier la musique, n’a rien trouvé de mieux que de déplorer la mort de son ami au fin fond de la Bretagne, comprendre, chez les ploucs.

Bien que je ne sois pas Breton, j’ai été indigné par ses propos. Un tel mépris peut-il s’excuser par le chagrin ressenti ? Non, car, si le chagrin de Jean-Michel Jarre sincère, cela n’est pas douteux, son expression révèle quant à elle un authentique mépris de l’autre, que l’on peut apparenter au racisme, sur le mode de l’opposition entre Paris, pôle positif doté de toutes les qualités, et la province, immonde rebut voué aux ténèbres.

Le malheur veut que dans notre beau pays, le monde culturel (littérature, cinéma, spectacles en tous genres, médias), celui qui « donne le la » et formate les esprits, est essentiellement parisien ou parisianisé. J’entends par ce terme « formé de personnes qui, sans être nécessairement des Parisiens, ne jurent que par Paris ». Pour ces gens-là, qui vit hors de Paris est indigne de vivre.

Décentralisation et régionalisation n’y ont rien changé. Les esprits sont empoisonnés depuis au moins le XVIIe siècle. Notre grand Molière, si admirable par ailleurs, y a donné à plein avec son Monsieur de Pourceaugnac, bourgeois de Limoges ridiculisé ou dans cette réplique mise dans la bouche de Mascarille dans Les Précieuses ridicules (sc. X) :

Pour moi, je tiens que hors de Paris, il n’y a point de salut pour les honnêtes gens. 

Encore peut-on prendre ce propos au deuxième degré, Mascarille n’étant qu’un valet, un extravagant, qui s’est mis dans la tête de vouloir faire l’homme de condition. Mais justement, faire l’homme de condition, comprenez, vouloir faire partie de l’élite en France, c’est justement cela : dénigrer tout ce qui n’est pas Paris.

Toute réussite ne peut passer que par la capitale. Il faut « monter » à Paris, s’élever en quittant la province originelle pour parvenir à la condition enviée de membre de l’élite parisianisée. Après, peu importe où vous résiderez, vous resterez malgré tout marqué de manière indélébile par la conviction qu’en France, rien ne vaut Paris, dont vous transmettrez les valeurs indépassables en apportant la lumière aux bouseux.

Mais en fait, toute votre vie s’organise autour de vos séjours parisiens, trop peu nombreux, hélas, à votre goût. Heureusement, les TGV qui convergent vers la capitale vous rapprochent d’elle… et renchérissent les prix de l’immobilier des métropoles régionales. Vous habitez Tours ? Vous avec de la chance, avec le TGV, vous êtes à moins d’une heure de Paris, me dit-on. Comme si toute vie en France ne valait que par sa plus ou moins grande proximité par rapport à ce centre de la civilisation(1).

Pendant longtemps, la plupart des grandes écoles étaient localisées à Paris ou dans sa proche banlieue. Ce n’est plus le cas aujourd’hui, mais je me souvient que, lorsque l’École nationale d’administration (ENA) a été délocalisée à Strasbourg en 1991, il s’est trouvé des élèves pour manifester avec pour slogan Paris oui, la province non… Comment a-t-on pu en arriver là ?

Ailleurs, c’est un candidat à un concours à ENS de Saint-Cloud(2) qui se voit repris par un membre du jury parce qu’il a eu le malheur de citer Marcel Pagnol. Aux yeux de ce professeur, ce ne serait qu’un auteur régional, pire, un Provençal qu’on ne saurait prendre sérieux et dont l’œuvre ne n’appartient pas à à la littérature légitime, car trop ancrée dans le régionalisme(3).

Cependant, le parisianisme ne touche pas seulement la culture et l’enseignement, il s’étend à tous les faits sociaux. Ainsi les grèves de décembre 2019 ont-elles souvent été présentées dans les médias nationaux d’un point de vue parisien et francilien, comme si les chaînes nationales étaient vouées à ne parler que d’une information locale : celle de Paris et de sa banlieue. Le parisianisme ne serait alors qu’un provincialisme étriqué dont l’horizon ne dépasse guère la petite couronne…

Il y aurait encore beaucoup à dire sur le sujet. Je me promets d’y revenir prochainement, car ce thème mérite d’être exploré. En attendant, en réponse aux propos inconsidérés de Jean-Michel Jarre, je vous propose d’écouter Nous ne ferons pas pleurer Paris de Glenmor.

____________________________________________________________

Note 1

Dois-je répondre que je n’y vais jamais, ou seulement pour changer de train, courant dans le métro de Montparnasse à la gare de Lyon ? Dois-je répondre que la vie locale tourangelle est suffisamment riche pour que je ne me sente privé en aucune façon de ne pas participer aux activités culturelles parisienne ? Dois-je répondre que je n’ai rien à faire de l’agitation de la capitale ? Voilà qui fait de moi un parfait provincial.

Note 2

Non, ce n’était pas moi, ce candidat malheureux. J’ai entendu cette anecdote par notre professeur de lettres, du temps où j’étais en hypokhâgne. Il entendait ainsi nous mettre en garde à ce que nous pourrions dire quand nous parviendrions à l’oral. Je n’eus pas à suivre ses conseils…

Note 3

Ce membre du jury avait beau être professeur, ce n’en était pas moins un parfait imbécile et un ignare, et ce pour les raisons suivantes.

D’abord, l’auteur et réalisateur qu’était Pagnol n’a pas seulement commis des romans, des pièces et des films qui fleurent bon la Provence. Il a aussi écrit des essais d’un certain intérêt (Notes sur le rire), traduit Shakespeare et Virgile, et utilisé d’autres thématiques que la Provence, dans des pièces témoignant de sa connaissance de l’Antiquité (Catulle ; Ulysse chez les Phéaciens) ou de ses interrogations religieuses (Judas).

Ensuite et surtout, ce n’est pas parce qu’une œuvre littéraire est enracinée dans une province française qu’elle n’a pas une valeur beaucoup plus profonde. Après tout, l’Antigone de Sophocle a beau se passer à Thèbes et être écrite par un Athénien, son message n’en est pas moins universel. De la même manière, la fameuse Trilogie marseillaise reprend toute une série de thèmes éternels : la fille séduite et abandonnée ; la bâtardise ; l’adoption et l’amour paternel indépendant des liens du sang…

Les sentiments et les idées qui y sont exprimés dépassent de loin le Vieux Port… même s’ils y ramènent inévitablement, Pagnol ayant écrit cette trilogie parce qu’il aimait Marseille. Aimer sa province d’origine n’empêche pas d’aspirer à l’universel. Cette remarque vaudrait pour Jean Giono et d’autres écrivains « régionaux » dont l’intelligentsia parisienne tend à minorer l’importance.


2 réflexions sur « Le parisianisme, voilà l’ennemi »

  1. bonjour, je pense que la réflexion de Jean Michel Jarre tient au fait que Christophe était connu pour recevoir ses amis, composer, écrire etc. dans un appartement situé à Montparnasse, où il était une figure « locale » puisque même ses voisins l’entendaient jouer, avec bonheur sans doute. Ses proches y étaient reçus, et certains, très proches, ont dû être déçus de ne pas pouvoir le retrouver dans un endroit habituel. C’était le choix de Christophe mais il me semble que la réflexion de JM Jarre symbolise plutôt cette déception (et chagrin) de l’éloignement plutôt qu’un mépris typiquement parisien.

  2. Vous pouvez penser ce que vous voudrez et vous en avez bien le droit. C’est vrai que Jean Michel Jarre avait du chagrin, qu’il était déçu, aucun doute, mais il n’empêche que l’expression « au fin fond de la Bretagne » employée sur France 2 (je ne parle pas de « en catimini à Brest, en Bretagne » employée sur BFMTV et plus neutre) traduit, justement parce qu’elle n’est pas réfléchie et contrôlée, tout le dédain (si vous préférez ce terme…) du Parisien pour les bouseux bretons. Et bien des Bretons, à commencer par Dan ar Braz, n’ont pas particulièrement bien pris la chose. Et même moi qui ne suis pas Breton, cela m’a quelque peu heurté. Il paraît qu’il s’est enfin rendu compte de l’impair qu’il a commis puisqu’il s’est excusé hier auprès de ses amis bretons. Il n’aura jamais fallu qu’une semaine… Sans doute espère-t-il que le public ne le boudera pas la prochaine fois qu’il se produira aux Vieilles Charrues… au fin fond de la Bretagne ! Non, vraiment, à part sa musique que je continue à apprécier, il n’y a rien à sauver chez ce triste sire.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.