Kouang-Tchéou-Wan (Guangzhouwan 廣州灣), une colonie française en Chine

En reprenant le Livres hebdo du 13 mars dernier après deux mois de confinement, j’ai repéré un ouvrage d’Antoine Vanière paru aux Indes savantes, Kouang Tchéou-Wan, colonie clandestine : un territoire à bail français en Chine du Sud (1898-1946).

Voici le résumé de l’ouvrage par l’éditeur (j’ai juste ajouté des liens dans le corps du texte) et vous trouverez plus loin un peu de documentation sur cet héritage des traités inégaux imposés à la Chine.

Lorsqu’en juillet 1997, la Grande-Bretagne restitua Hong Kong à la Chine, personne ne s’avisa que cette même année, la France aurait elle aussi dû faire la même chose avec son ancienne possession de Guangzhouwan, et non dès 1946. Acquise comme sa consoeur britannique en 1898 et pour 99 ans, la dépendance française était également située en Chine méridionale, à mi-distance entre Hong Kong et Hanoï – alors capitale de l’Indochine française.
A l’origine, Guangzhouwan n’était officiellement destinée qu’à accueillir une station navale avec un dépôt de charbon mais presque immédiatement, le gouverneur général Paul Doumer imagina d’en faire un « laboratoire colonial » en direction des provinces du sud de la Chine. L’entreprise, qui était susceptible de provoquer le démembrement de la Chine, fit long c feu et ne survécut pas au rappel du bouillonnant proconsul en métropole, en 1902.
Pendant près d’un demi-siècle, jusqu’au sortir de la Seconde Guerre mondiale, Guangzhouwan fut géré comme une colonie et par une colonie, dans la plus grande opacité et avec un soin jaloux, au mépris des décisions métropolitaines et des règlements internationaux naissants. C’est une tranche d’histoire, largement méconnue et passablement sulfureuse, ponctuée de quelques scandales retentissants et mêlant inextricablement affairisme et politique, commerce de l’opium et criminalité, tentatives de développement économique et rapine coloniale.
L’histoire de cette possession dévoile certains traits de la sensibilité coloniale, des impasses du colonialisme français et des contradictions insurmontables dans lesquelles il s’est lentement et irrémédiablement enfermé ; les conflits entre ministères compétents tout comme les dissensions entre Paris et Hanoï, ou encore la transformation des relations internationales dans une partie émergente du monde, qui allait bientôt devenir un des espaces clés de l’économie mondiale.
Guangzhouwan apparaît ainsi comme un lieu muet et silencieux, à la manière d’un angle mort, mais où se nouent tous les fils – ou presque – de l’univers colonial.

Cartes

Une carte générale de l’Indochine pour situer Kouang-Tchéou-Wan au nord de Hai Nan.

Quelques cartes du temps de la colonisation.

Kouang-Tchéou-Wan. 1908.

Territoire de Kouang Tchéou Wan. 1909.

Centre urbain de Fort-Bayard. 1928.

Carte du territoire de Kouang – Tchéou – Wan. Hanoï : Service géographique, 1936-1939.

Ouvrages et articles

Alfred Bonningue. La France à Kouang-Tchéou-Wan. Nancy , Berger-Levrault : 1931. Préface d’Achille Silvestre.

Indochine du Nord : Tonkin, Annam, Laos, Yunnan, Kouang-Tcheou Wan. 3e édition. 1932.

Antoine Brébion. Dictionnaire de bio-bibliographie générale, ancienne et moderne de l’Indochine française. 1935. Publié après la mort de l’auteur par Antoine Cabaton.

Kévin Seivert, « Les débuts du territoire français de Kouang-Tchéou-Wan », Annales de Bretagne et des Pays de l’Ouest, vol. 124 n°1, 2017, p. 113-134.

Timbres, cachets postaux et cartes postales

Timbres et cachets postaux

Cartes postales

Vidéos
Documentaire de François Boucher – Voir version anglaise – Voir conférence
Documentaire en 4 parties d’Angèle Xiao et David Brouca LeFevre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.