Le tailleur de pierre japonais et autres histoires sur la relativité de la puissance et de la richesse pour une vie heureuse

Il était une fois un homme qui taillait des pierres dans le rocher. Son labeur était très dur, et il peinait beaucoup, mais son salaire était maigre et il n’était pas satisfait. Il soupirait parce que son labeur était dur. Et il s’écriait : « Ah, si seulement j’étais riche pour pouvoir reposer sur un baleh-baleh au klambu de soie rouge. »
Or voici qu’un ange descendit du ciel, qui lui dit : « Qu’il vous advienne ce que vous avez dit. »
Aussitôt dit, aussitôt fait : il était riche. Et il reposait sur un baleh-baleh, et son klambu était en soie rouge.

Or le roi du pays vint à passer, des cavaliers précédant sa voiture. Et derrière la voiture il y avait d’autres cavaliers, et l’on tenait le payong d’or au-dessus de la tête du roi. Et lorsque l’homme riche vit cela, il fut chagriné qu’on ne tînt pas de payong d’or au-dessus de sa tête. Il n’était pas satisfait. Il soupirait, et s’écriait : « Je voudrais être roi. »
Et voici qu’un ange descendit du ciel, qui lui dit : « Qu’il vous advienne ce que vous avez dit. »
Aussitôt dit, aussitôt fait : il était roi. Et devant sa voiture galopaient de nombreux cavaliers, et d’autres venaient derrière sa voiture, et au-dessus de sa tête on tenait le payong d’or.

Et le soleil brillait de ses rayons brûlants et roussissait la terre, et le brin d’herbe se desséchait. Et le roi se plaignait que le soleil lui brûlait le visage, et était plus puissant que lui. Et il n’était pas satisfait. Il soupirait, et s’écriait : « Je voudrais être le soleil. »
Et voici qu’un ange descendit du ciel, qui lui dit : « Qu’il vous advienne ce que vous avez dit. »
Aussitôt dit, aussitôt fait : il était le soleil. Et il envoyait ses rayons vers le haut et vers le bas, vers la droite et vers la gauche, et de toutes parts. Et il roussissait le brin d’herbe à la surface de la terre, et le visage des princes qui y vivaient.

Et un nuage s’interposa entre la terre et lui, et il repoussa les rayons du soleil. Et il fut courroucé de voir qu’on résistait à sa puissance, et se plaignit que ce nuage était plus puissant que lui. Et il n’était pas satisfait. Il voulait être le nuage, qui était si puissant.
Et voici qu’un ange descendit du ciel, qui lui dit : « Qu’il vous advienne ce que vous avez dit. »
Et il devint nuage et se plaça entre le soleil et la terre et arrêta les rayons, en sorte que l’herbe verdit. Et le nuage pleuvait à grosses gouttes à la surface de la terre, et faisait s’enfler les rivières et des banjirs emportaient les troupeaux.
Et il dévastait les campagne par la masse de ses eaux.

Et il tomba sur un rocher, qui ne céda pas. Et il cascadait en larges torrents, mais le rocher ne cédait pas. Et il fut courroucé parce que le rocher ne voulait pas céder, et parce que la puissance de ses torrents était vaine. Et il n’était pas satisfait. Il s’écria : « Ce rocher a reçu une puissance supérieure à la mienne. Je voudrais être ce rocher. »
Et voici qu’un ange descendit du ciel, qui lui dit : »Qu’il vous advienne comme vous avez dit. »
Et il devint rocher, et il ne bougeait pas quand le soleil brillait, ni quand il pleuvait.

Or voici qu’arriva un homme avec une pique, et un ciseau pointu, et un lourd marteau, qui taillait des pierres dans le rocher. Et le rocher dit : « Qu’est-ce donc, cet homme est plus puissant que moi, et il taille des pierres dans mon sein ? » Et il n’était pas satisfait. Il s’écria : « Je suis plus faible que celui-là. Je voudrais être cet homme. »
Et voici qu’un ange descendit du ciel, qui lui dit : « Qu’il vous advienne ce que vous avez dit. »
Et il fut tailleur de pierre.

Et il taillait des pierres dans le rocher, au prix d’un dur labeur, et il peinait beaucoup pour un maigre salaire, et il était satisfait.

Jeronimus, pseudonyme du baron Van Hoëvell, pasteur de Batavia (1812-1879)

Trouvé parmi les écrits politiques assemblés dans l’excellentissime site Rocbo, le texte ci-dessus est extrait de Max Havelaar, le célèbre roman de l’écrivain néerlandais Multatuli. Il faudra que je me décide à lire ce classique de l’anticolonialisme paru en 1860, que ce soit dans la traduction de A. J. Nieuwenhuis et Henri Crisafulli publiée chez Dentu en 1876 ou dans celle beaucoup plus récente de Philippe Noble disponible chez Actes Sud.

Je voudrais évoquer ici des lectures plus anciennes, qui remontent à l’enfance et qui ne sont pas sans quelques liens avec l’histoire contée par Multatuli. Il s’agit de deux albums du Père Castor que vous avez certainement lus vous-mêmes ou que vos parents vous ont lus. Peut-être même les lisez vous à vos enfants et petits-enfants…

Si je vous dis La plus mignonne des petites souris, peut-être vous souviendrez vous de Monsieur Rongetout qui veut marier sa fille au personnage le plus puissant du monde. Est-ce le Soleil ? Pas du tout, ni le nuage, ni le vent, ni… mais lisez plutôt ou voyez les vidéos ci-dessous :

De cette première histoire, écrite et illustrée par Étienne Morel et constamment réédité depuis 1953, nous conclurons que l’ambition, la folie des grandeurs, l’hybris des Grecs ancien, doit s’effacer devant la modestie et le contentement de sa situation.

Voici un autre album qui a lui aussi fait l’objet de nombreuses rééditions jusqu’en 1993. Paru pour la première fois en 1940 avec des illustrations de Nathalie Parain, Le beau chardon d’Ali Boron de May d’Alençon contient, comme vous le verrez, un message similaire au précédent, à savoir qu’il faut savoir se contenter de ce que l’on a.

Dans les deux cas, rien de bien nouveau, mais si joliment exprimé… Un peu de philosophie et de morale à l’usage des enfants…


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.