Théâtre d’ombres

En consultant le catalogue des publications des éditions Honoré Champion et Slatkine pour la période d’avril à septembre 2020, j’ai noté la parution début septembre d’un ouvrage de Mariel Oberthür, qui a publié en 2007 Le Cabaret du Chat Noir à Montmartre (1881-1897). Intitulé Ombres et lumière au théâtre de Séraphin au Chat Noir, son nouveau livre est consacré au théâtre d’ombres, lancé en France dans le dernier quart du XVIIIe siècle par Dominique Séraphin et qui atteindra son apogée avec les spectacles mis en scène par le peintre Henri Rivière au Cabaret du Chat Noir. Art optique accompagné de musique et de chansons, précurseur du cinématographe, spectacle fort prisé de nos aïeux au même titre que la lanterne magique et les panoramas, il s’est comme eux un peu effacé de la culture commune française, même si certains, comme la compagnie Coppélius, en maintiennent encore l’héritage.

Cependant, avant son introduction en France au XVIIIe siècle, la tradition du théâtre d’ombres est bien plus ancienne en Asie et dans la Méditerranée orientale. Le Karagöz turc, le Sbek Thom khmer

… le Wayang Kulit indonésien

Plus d’information

… font aujourd’hui partie du Patrimoine immatériel de l’Unesco, de même que leurs homologues syrien

… et chinois.

Le Portail des Arts de la Marionnette présente des silhouettes de théâtre d’ombres d’origines géographiques et culturelles variées, qu’elles soient chinoises, grecques, indonésiennes, russes, turques

Ces traditions nourrissent d’ailleurs la création française et c’est ainsi que la compagnie Jeux de Vilains a adapté le Mahâbhârata selon les codes du Wayang Kulit.

Mais revenons justement au théâtre d’ombres français, plus précisément à la période qui va de l’installation de Dominique Séraphin à Versailles en 1776 aux créations d’Henri Rivière et d’autres artistes du Chat Noir. Quels étaient les sujets abordés ? Dominique Séraphin s’adresse d’abord à un public enfantin et des ouvrages parus au cours du XIXe siècle – Le Séraphin de l’enfance, recueil de pièces d’ombres chinoises dédiées à la jeunesse (1843), Le théâtre des ombres chinoises, nouveau Séraphin des enfants (1880) – associent durablement son nom à des créations destinées à un jeune public. Cependant, pas plus que pour la bande dessinée, il n’y a de fatalité à ce que ces spectacles ne s’adressent qu’aux enfants. Les mystères religieux abordés par le peintre Henri Rivière et le compositeur Georges FragerolleLa tentation de saint Antoine (1888), La marche à l’étoile (1890), L’enfant prodigue (1895), Le Juif errant – ou les critiques grinçantes de la société illustrées par Fernand Fau et les chansonniers Jules Jouy et Jacques FernyUne affaire d’honneur (1890), Le secret du manifestant (1894) – témoignent de la diversité de thématiques.

Bon, je m’arrête là provisoirement, avec les références ci-dessous pour aller plus loin :


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.