Dystopies : les lendemains qui déchantent

Contre-utopie, anti-utopie et dystopie sont des mots qui, bien que parfois synonymes, ne désignent pas toujours la même chose. Il sera traité ici des dystopies comme des inverses des utopies. Les utopies délivrent la description d’une société ordonnée, rationnelle et donc enviable alors que les dystopies racontent un système cauchemardesque pour les populations qui y vivent. Autre élément, les utopies proposent de régénérer les populations grâce à des valeurs comme l’égalité ou la solidarité alors que les dystopies développent une société atomisée et dont les valeurs morales disparaissent. Au niveau de la structure du récit, les utopies classiques comme celle d’Etienne Cabet se structurent autour du récit de voyage qui analyse un système et des coutumes dans leur généralité d’un point de vue extérieur qui est celui de l’explorateur qui raconte son aventure. Les dystopies, quant à elles, concentrent le récit sur la vision d’un seul personnage principal qui est un habitant qui a toujours vécu dans la dystopie ou vécu déjà plusieurs années dedans.

Il s’agit ici d’une biblio-webographie et non d’une étude sur les dystopies, pour laquelle je ne me sens pas qualifié. Des mises à jour seront faites plus ou moins régulièrement.

Ouvrages et articles sur les dystopies

Postures, Dossier « Utopie/Dystopie: entre imaginaire et réalité », Hors série n°2.

C. Doxiades. Between Dystopia and Utopia. Londres, Faber & Faber, 1968.

M. Keith, Booker. Dystopian Literature. A Theory and Research Guide, Westport (Connecticut) & London, Greenwood Press, 1994.

Corin Braga. « Utopie, eutopie, dystopie et anti-utopie », un article paru dans Metabasis.it, rivista di filosofia on-line, septembre 2006 an I n° 2. Voir sa bibliographie.

Clément Dessy et Valérie Stiénon, dir. (Bé)vues du futur les imaginaires visuels de la dystopie, 1840-1940. Villeneuve d’Ascq : Presses universitaires du Septentrion : 2015.

  • Comptes rendus d’Ingrid Meyer dans Lectures et de Jean-Guillaume Lanuque dans Dissidence

Jean-Pierre Andrevon, Anthologie des dystopies – Les mondes indésirables de la littérature et du cinéma, Éditions Vendémiaire, 2020.

Œuvres littéraires dystopiques

Un exemples de dystopie : Le meilleur des mondes, chef d’œuvre d’Aldous Huxley, dossier de Lummni.

La collection « Dyschroniques » dirigée par Dominique Bellec au Passager clandestin exhume des nouvelles de science-fiction ou d’anticipation interrogeant la marche du monde, l’état des sociétés et l’avenir de l’humain.

Liste d’œuvres littéraires dystopiques sur Wikipédia :

Liste d’œuvres littéraires dystopiques sur Babélio

Dystopies à l’écran

Listes sur Wikipédia

Sitographie

Dystopie. Chroniques des avenir sombres s’intéresse aux dystopies tant littéraires que cinématographiques et télévisuelles. C’est un carnet de Nina Bartoldi, qui a déjà un peu écrit sur le sujet, car elle lit beaucoup d’ouvrages de ce genre.

Le site de Rachel Gilbert s’intéresse à l’anti-utopie et à la dystopie dans la littérature et le cinéma et à la diversité des utopies.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.