Fantasmagoriana, ses sources et son influence

Brève présentation de Fantasmagoriana

Lors de l’été pourri de 1816, un groupe de jeunes Anglais réfugiés près du lac Léman tue le temps en lisant les histoires fantastiques L’un d’eux, le poète Lord Byron, suggère que chacun écrive une nouvelle de ce genre. Deux seulement vont rédiger des récits qui seront publiés : Le Vampire, un court récit de John Polidori, et surtout Frankenstein ou le Prométhée moderne par Mary Shelley.

Cette histoire est généralement bien connue. Je voudrais ici vous présenter brièvement l’ouvrage dont ces jeunes gens étaient tout imprégnés quand ils se sont lancés dans ce concours d’écriture.

A l’origine, il y a d’abord le Gespensterbuch, un recueil de nouvelles fantastiques en plusieurs volumes publiés de 1810 à 1817 par Johann August Apel et Friedrich Laun (alias Friedrich August Schulze).

Dès 1812, sous le titre Fantasmagoriana inspiré des Phantasmagoria d’Étienne-Gaspard Robert, Jean Baptiste Benoît Eyriès fait paraître une traduction de cinq des douze nouvelles parues dans les deux premiers volumes et il ajoute y une supplémentaire d’Apel et deux autres écrites par de Johann Karl August Musäus et Heinrich Clauren.

C’est cet ouvrage que Mary Shelly et ses amis ont lu lors de ce triste été de 1816 et non sa traduction partielle en anglais parue en 1813 : Tales of the Dead comporte la traduction du français en anglais de quatre des huit nouvelles de Fantasmagoriana et une cinquième, The Storm, écrite par la traductrice, Sarah Elizabeth Utterson.

Le recueil de Jean Baptiste Benoît Eyriès n’a pas connu de réédition complète avant celle parue en 2015 aux éditions Otrante.

Pour plus de détails, je vous invite à consulter les liens que j’ai disséminé dans le texte.

Les trois recueils en ligne

Vous trouverez ci-dessous des accès au texte intégral en ligne du recueil français de 1812, ainsi du recueil en allemand qui l’a inspiré et du recueil en anglais qu’il a inspiré.

Jean Baptiste Benoît Eyriès (trad.). Fantasmagoriana, ou Recueil d’histoires d’apparitions de spectres, revenans, fantômes, etc., traduit de l’allemand par un amateur. Paris : F. Schoell, 1812.

Johann August Apel et Friedrich Laun (alias Friedrich August Schulze). Gespensterbuch. Leipzig : Göschen, 1810-1817. 7 vol.

  • Bd. 6, 1816 ? (Hrsg. von Apel und Schulze):

Sarah Elizabeth Utterson (trad). Tales of the dead principally translated from the french.  London : White, 1813.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.