Effondrement et bande dessinée : le cas de Simon du Fleuve

Après l’apocalypse dans la bande dessinée

Le site Bédéthèque propose de nombreux thèmes. Celui intitulé Après l’apocalypse présente près de 200 séries de bandes-dessinées – les classiques Jérémiah, Neige, Le Tranceperceneige, et d’autres moins connues – dont les histoires se déroulent après l’effondrement de notre monde, que celui-ci soit dû à l’apocalypse nucléaire, à l’épuisement des ressources, au dérèglement climatique, au chaos politique et j’en passe…

Je voudrais m’arrêter ici sur une bande-dessinée que j’ai découverte en septembre 1977, dans Tintin. J’avais alors 13 ans… Il s’agit de Simon du fleuve, et plus précisément des planches correspondant à son 4e tome : Les Pélerins. Je me rappelle avoir été désorienté et fasciné par ce monde mêlant des éléments issus de notre XXe siècle – lignes à haute-tension abandonnées ; aérotrain utilisé par les maîtres des cités – et d’autres traits plus archaïques ou plutôt atemporels – vêtements ; traction à cheval…

Comment notre monde s’est effondré

Je finissais par comprendre que ce monde était un avenir possible, tel que pouvait se le représenter, au milieu des années 1970, Claude Auclair, un dessinateur écologiste et utopiste.

Peu à peu, en découvrant les premiers tomes de la série, je comprenais comment notre monde industriel s’était effondré. Dans Le Clan des Centaures, Charles en fait le récit à Simon en qui il a reconnu le fils d’un ami chercheur, assassiné par ceux des Cités. En voici le début :

« Les symptômes ont commencé à se manifester vers les années 1967-1968. Je crois. Les jeunes de différents pays du globe, inquiets, ont demandé à se faire entendre vainement. »

« Deux grandes puissances d’alors se livraient une lutte économique sans merci et soit directement, soit par peuple interposés, s’engluaient dans des guerres sans fin, où les peuples agressés luttaient vaillamment pour leur dignité d’hommes libre. »

« Or, pendant ce temps les ressources énergétiques de la planète s’amenuisaient, des cris d’alarme s’élevaient de toutes parts. Des peuples comprirent qu’ils possédaient une arme de choix, un liquide qu’ils tiraient de la terre, le pétrole. Et sur lequel était basée presque toute l’économie de ces autres pays hyper-consommateurs. » 

« Des conflits éclatèrent en différents points du globe pour s’approprier les richesses qui s’y trouvaient… »

« La situation mondiale de cette époque-là était d’une complexité sans nom. Partout, dans chaque nation, des minorités nationales se réveillaient et se lançaient dans la lutte contre les agresseurs. »

« Les grandes puissances, empêtrées dans leurs contradictions idéologiques armées jusqu’aux dents d’engins atomiques, capables de les rayer mutuellement de la carte de la planète, réfrénèrent leurs désirs de domination et évitèrent à grande peine l’holocauste. »   

« La désaffection des populations et leur lassitude étaient devenue grandes. Les troubles éclatèrent partout, les services du maintien de l’ordre étaient débordés. Ce fut la chute. »

« Et c’est dans les pays les plus évolués matériellement qu’elle fut le plus cruellement ressentie. »

« On vit des exodes massifs vers les campagnes, puis des regroupements s’opérer, une vie communautaire s’instaurer. »

« Les agriculteurs sédentaires cultivant pour les pasteurs nomades et les pasteurs élevant pour les sédentaires. »

Références en ligne sur Simon du fleuve et son auteur

Vous pourrez lire la suite du récit de Charles – lequel est fortement marqué par la situation politique des années 1970 (évènements de 1968 et leurs suites, guerre froide et choc pétrolier, retour à la terre de certains citadins…) – dans un article du site Révolution lente, « Le monde de Simon du Fleuve, un monde possible pour les générations futures », avec les commentaires d’un webmestre visiblement proche des partisans de la décroissance, ce qui n’est pas un défaut à mes yeux, loin s’en faut !

Voici d’autres références plus orientée vers l’histoire de la série et son auteur :

  • Claude Auclair, un site néerlandais sur l’auteur de Simon du fleuve.
La genèse de la série et ses tribulations éditoriale

Au commencement, nous trouvons Jason Muller, une série de bande dessinée écrite par Jean Giraud puis Linus et dessinée par Claude Auclair. Publiée de 1970 à 1972 dans l’hebdomadaire Pilote et interrompue au bout de quatre épisodes, elle est reprise en album en 1975 (en noir et blanc) puis en 1980 (en couleurs) aux Humanoïdes associés. Le titre complet est Jason Muller, récits des temps post-atomiques, bien que les causes de l’effondrement ne semblent pas avoir été une conflagration nucléaire, mais plutôt un « grand chambardement » dont la nature n’est pas précisée. Le monde de Simon s’y dessine déjà, avec ses populations nomades opposées aux militaires des maîtres des Cités et aux pillards issus de la périphérie urbaine. Dans le 5e tome de Simon du fleuve, Cité N.W. n° 3, apparaît un Jason Muller vieilli qui sous le nom de Jason tête-fêlée, s’est mué en exterminateur des bandes de pillards urbains.

En 1973 paraît dans Tintin le premier récit d’Auclair où apparaît le personnage de Simon. Dans cette histoire intitulée La ballade de Cheveu Rouge, Auclair s’inspire, peut-être un peu trop du roman Le Chant du monde de Jean Giono, d’où un litige pour plagiat avec Gallimard et l’interdiction de la reprendre en album. Une édition pirate à 500 exemplaires paraît en janvier 1981. L’histoire est ensuite rééditée intégralement dans La Dame noire, la biographie réalisée par Johan Vanbuylen en 1999 avant d’être reprise en 2015 dans le tome 1 de l’édition intégrale de la série.

Encore dans Tintin paraissent de 1974 à 1978 des récits repris dans 5 albums parus aux éditions Lombard :

Ils constituent l’essence même de la série, la mieux connue du public, La ballade de Cheveu Rouge et Jason Muller étant de diffusion plus confidentielle. Les divers aspects du monde de Simon s’y déploient, avec deux pôles : les nomades et les agriculteurs d’une part, qui tentent de reconstruire un monde harmonieux fait d’échanges équilibrés entre communautés (voir la fin des Esclaves ou Les Pèlerins) et à l’opposé, les maîtres des Cités et les bandes de pillards qu’ils laissent proliférer à la périphérie des villes pour entretenir un climat de crainte et mieux établir ainsi leur domination (voir notamment Les Esclaves et Cité N.W n°3). Bref, une dichotomie ville/campagne où la première n’a pas le beau rôle.

Et sur ce monde persiste, comme un fantôme, la trace de l’ancien monde et de ses erreurs, telle la centrale nucléaire hantées par les ombres mutantes de Maïlis. Nous sommes pourtant près de dix ans avant Tchernobyl… Si le message peut sembler simpliste, il n’en est pas moins efficace et pouvait marquer les esprits adolescents de l’époque. En tout cas, il m’en est resté quelque chose…

La série aurait dû s’arrêter avec son 5e tome, Cité N.W n°3. Elle avait sa cohérence, le récit qui s’achevait dans un Paris en ruine ne nécessitait pas de suite. Pourtant, près de dix ans plus tard paraissent 4 nouveaux tomes de la série :

Désormais, c’est Alain Riondet qui écrit le scénario et, même si Auclair reste au dessin, cela s’en ressent dans l’évolution des deux premiers récits vers un ésotérisme un peu fumeux, dont les thématiques rejoignent celle de Celui-là, autre série de ces deux auteurs. J’avoue que je n’y ai pas vraiment retrouvé l’esprit de la série initiale. Quant à Naufrage… Mais d’autres personnes sont captivées par cette même évolution, alors je vous laisse juge si vous avez l’occasion de les lire.

La série Simon du fleuve a été reprise en 2015 aux éditions Lombard dans une édition intégrale en 3 volumes dont voici les contenus :

  • Volume 1 : La ballade de Cheveu Rouge ; Le clan des centaures ; Les esclaves + un dossier inédit de 36 pages réalisé par Patrick Gaumer.
  • Volume 2 : Maïlis ; Les Pèlerins ; Cité NW n° 3 + un dossier de 44 pages réalisé par Patrick Gaumer.
  • Volume 3 : L’Éveilleur ; Les Chemins de l’Ogam ; Naufrage + un dossier inédit de 44 pages réalisé par Patrick Gaumer.
L’influence de Simon du fleuve

Pour terminer, je voudrais évoquer rapidement ici les éditions en langues étrangères de la série, en flamand, en anglais, en espagnol, en danois, en allemand…Ainsi, la série a eu une diffusion internationale.

Dans le monde de la bande-dessinée francophone, le monde de Simon a inspiré Michel Crespin, dont Marseil et les épisodes de la série Armalite 16 s’inscrivent clairement dans l’univers de Simon du fleuve. Ce dernier apparaît même fugitivement dans une case de Marseil

Dernière mise à jour : 14 octobre 2020.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.