Une bibliothèque populaire modèle

Vous trouverez ci-dessous une satire de Louis Leroy parue dans Le Charivari du 5 août 1867. J’y ai ajouté des liens vers les versions numérisés des livres supposés subversifs qui y sont évoqués. J’y reviendrais peut-être plus longuement dans d’autres chroniques. De toute façon, une analyse de cette satire et de quelques autres textes du Charivari en faveur de la liberté de la lecture a été publiée par Agnès Sandras dans Bibliothèques populaires, carnet fort intéressant dédié à l’histoire des bibliothèques et de la lecture populaires…

__________________________________________________

Le conseil municipal de Cornillard-les-Nèfles s’est réuni à la sortie de la grand’messe pour délibérer sur le choix des ouvrages destinés à former l’esprit et le cœur des habitants de la commune.

Le maire. — Messieurs du conseil, nous sommes invités par Monseigneur l’évêque et M. le préfet à veiller avec le plus grand soin à la composition de notre bibliothèque populaire. Veillons donc, je ne vous dis que ça.

Le 1er adjoint. — Messieurs, s’il est un livre recommandable et vertueux entre tous, c’est bien certainement Paul et Virginie, j’ai donc l’honneur de proposer son acquisition au conseil. (Les membres du parti clérical frappent avec violence sur la table.) Comment! est-ce que ma proposition paraîtrait subversive ?

Le trésorier de la fabrique. — Au plus haut point ! J’aimerais autant Faublas. (Légers murmures.) Au moins avec celui-là on sait à qui l’on a à faire, tandis que, chez les deux amants de l’Ile-de-France la galanterie prend le masque de l’innocence pour mieux pervertir les cœurs.

L’adjoint. — Ah ! vous exagérez.

Le trésorier. — J’exagère ! Mais vous avez donc oublié cet épisode du naufrage où un grand diable de marin ose se présenter sans le moindre costume devant votre Virginie ?

L’adjoint (avec douceur). — Mais c’est pour lui sauver la vie en l’emportant dans ses bras à travers les flots en courroux.

Le trésorier. — Dans ses bras ! Vous l’entendez, messieurs, dans ses bras ! Une jeune fille pure dans les bras d’un homme dévêtu !

L’adjoint. — Du reste Virginie refuse son offre.

Le trésorier —Ce qui m’a toujours étonné de la part d’une fille aussi compromise ; oui, je le répète, horriblement compromise par votre M. Paul ! Et ce serait dans un pays de fabriques que vous voudriez donner un pareil exemple à la jeunesse des deux sexes ?

Le maire. — Je mets l’achat de Paul et Virginie aux voix.

(Une grande majorité se prononce contre l’œuvre immorale de Bernardin de Saint-Pierre.)

L’adjoint, timidement. — Je pense…  je crois…  je suppose que Robinson Crusoé pourrait rallier quelques suffrages.

Le trésorier. — Et après Robinson la Guerre des dieux, n’est-ce pas ?

L’adjoint. — Oh ! quel rapprochement !

Le trésorier. — Vous feignez d’ignorer que Daniel de Foë était protestant.

L’adjoint. — Est-ce bien une raison pour proscrire son chef-d’œuvre ?

Le trésorier. — An ! si celle-là ne vous suffit pas, que vous faut-il alors ?

Le maire, venant au secours de son adjoint. — Est-ce que ce Robinson n’est pas toujours seul dans son île ?

Le trésorier, ironiquement. — Jusqu’à l’arrivée de Vendredi.*

Le maire. — C’est vrai, je l’avais oublié. Ne parlons plus de Robinson, messieurs ; mais je crois que l’achat de la Morale en action ne peut soulever aucune objection.

Le trésorier avec aigreur. — Ah ! vous croyez ?

Le maire. — Dame !

Le trésorier. — Mais ce livre fourmille de beaux traits empruntés aux Grecs et aux Romains.

Le maire. — Eh bien ?

Le trésorier. — Des païens, des idolâtres, des gens qui adoraient Vénus sous toutes les formes !

Le maire. — Ah ! du moment qu’ils adoraient les formes de Vénus… Passons à autre chose alors.

Une voix. — Estelle et Némorin ?

Le trésorier, indigné. — Je somme le membre qui a osé faire une telle proposition de se nommer… (Silence général.) On n’a pas le courage de sa turpitude !

Le maire. — Qu’est-ce que vous pensez de Berquin ?

Le trésorier. — Berquin fut un contemporain de Voltaire !

Le maire. — Ah ! fichtre ! Que dirait M. Lacaze !

L’adjoint. — Je m’incline, tout en faisant remarquer au conseil que nous ne décidons rien. Voyons, la Géographie de l’abbé Gaultier ?

Le trésorier. — Vous tenez donc bien à infiltrer le goût de l’école buissonnière aux habitants de Cornillard-les-Nèfles ?

L’adjoint. — Avec la géographie ?

Le trésorier. — Est-ce qu’elle ne pousse pas aux voyages ?

Le maire. — C’est évident.

L’adjoint. — Eh bien, un traité d’astronomie quelconque ?

Le trésorier. — Pour déifier Galilée et donner tort une fois de plus à Josué, sans doute ?

L’adjoint. — Je vous jure que je n’avais pas l’intention d’être désagréable à Josué !

Le trésorier. — On ne le dirait pas.

Le maire. — Tiens, nous oublions la Grammaire de Lhomond. Je mets aux voix son adoption.

Le dépouillement du scrutin donne pour résultat dix voix pour, onze voix contre.

Le maire. — Lhomond est repoussé; c’est singulier. 

Le trésorier. —Il reste encore à notre bibliothèque populaire plus de livres qu’il ne lui en faut.

L’adjoint.—Mais lesquels ? Nous avons tout rejeté.

Le trésorier.—Ce n’est pas le nombre qui fait le mérite d’une bibliothèque, c’est le choix ; et nos administrés pourront puiser au hasard dans la nôtre sans crainte d’y perdre leur pieuse et sainte ignorance !


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.