Le savant fou

Quand j’étais enfant, j’écoutais souvent L’étrange docteur Clair, gravé sur un vieux 78 tours qui craquait un peu.

Je me souviens encore de cette chanson légèrement terrifique et j’ai découvert récemment que Georges Ulmer en était l’auteur et que Willy Louis l’avait aussi interprété, deux noms qui, je l’avoue, m’étaient parfaitement inconnus.

Depuis cette époque de plus en plus lointaine, quand je cherche à imaginer un savant fou, je ne pense pas au docteur Jekyll de Stevenson…

… ni au docteur Moreau de Wells, ni même aux scientifiques apparaissant dans Les Aventures extraordinaires d’Adèle Blanc-Sec, mais bien à cet inventeur d’une potion qui doit le faire maître absolu du monde… et qui finit assassiné par son seul compagno,n un petit bossu sourd-muet.

Pourtant, il existe de nombreuses figures de savants fous et cet archétype de la littérature populaire et de la culture pop a acquis une légitimité aux yeux des chercheurs. Un colloque sur « les savants fous du XIXe au XXe siècle » s’est tenu à Brest en octobre 2009 et ses actes ont été publié par les Presses universitaires de Rennes en 2013 sous le titre Le savant fou dont une critique par Éric Picholle est parue dans Bifrost 72.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.